Au secours, j’en ai assez de mon conjoint !

Bien sûr, il y a la pandémie et le lot de frustrations, complications, renonciations… qui vont avec. Mais il n’empêche, constater que notre seuil de tolérance fond comme neige au soleil ne nous réjouit guère. Il y a bien un moyen de sortir de cette galère, non ?

Restez informée

Pourquoi c’est si dur ?

« Il y a quelques années, je craignais notre passage à la retraite mais à côté du confinement, ce n’était rien ! s’émeut Violette, 68 ans. Les tournois de bridge de mon mari ont été annulés, mes expos entre copines aussi, et bien sûr, nous ne voyons presque plus nos petits-enfants. Tous les deux à la maison toute la journée, nous n’avons finalement plus que cela à faire : nous chamailler pour un oui ou pour un non ! »

L’étude qui va (peut-être) nous consoler

78 % des personnes en couple affirment que leur vie conjugale a été plus harmonieuse lors du second confinement que lors du premier, selon un sondage Ifop/Gleeden de décembre 2020. Beaucoup ont opté pour la réconciliation sur l’oreiller (70 % notent une hausse de leur activité sexuelle entre les deux confinements) et seuls 48 % se sont disputés à propos des tâches ménagères à l’automne, contre 64 % au printemps 2020.

La question à se poser pour relâcher la pression

Est-ce que je préférerais vraiment être confiné(e) tout(e) seul(e) ? Et pensez-y : d’après les études, la vie de couple semble s’améliorer de confinement en confinement !

Les bonnes parades

Écrivez une lettre de gratitude à la personne qui partage votre vie. « Dans un moment où l’on a envie d’en vouloir à tout le monde, c’est salutaire de se mettre dans la posture inverse en cherchant un motif et un destinataire de sa gratitude », assure Michel Lejoyeux. L’optimisme c’est comme le reste, ça s’entretient : en ces temps troublés, il est sans aucun doute notre meilleur allié.

A lire aussi :

⋙ Violences conjugales : les seniors, victimes oubliées

⋙ Mon mari ne me désire plus : l’avis de la psy

⋙ Je suis plus complice avec ma meilleure amie qu’avec mon mari…

Source: Lire L’Article Complet