Avant-Après : la métamorphose d’une maisonnette de 35 m² à Paris

Pour son premier achat immobilier, ce jeune couple a déniché la perle rare. Dotée d’un jardinet sans vis-à-vis et d’un petit patio lumineux, cette maisonnette de 35 m2 située dans le quartier des Batignolles à Paris avait tout pour plaire. Si le potentiel de ce havre bucolique au cœur de la capitale était évident, Margaux Carnevali a dû restructurer la pièce de vie avec l’objectif de créer un espace harmonieux et fonctionnel aux airs de maison de vacances. Pari réussi. Après quelques mois de travaux, l’architecte a imaginé un intérieur qui se distingue par sa configuration millimétrée. Entre un sens du détail aiguisé, l’utilisation des matières naturelles et le maniement maîtrisé d’une palette chromatique organique et ensoleillée, visite de cette maisonnette ouverte sur l’extérieur. 

Avant travaux : une pièce de vie sans charme

Bien qu’habitable en l’état, cette pièce de vie n’était ni au goût du jour, ni accueillante, ni lumineuse malgré sa large porte-fenêtre par laquelle on entre. Une toute nouvelle conception était donc indispensable afin de révéler le caractère chaleureux de cette maisonnette dotée de nombreux atouts. 

Après travaux : une pièce de vie ouverte sur le jardin

Ancrée dans un esprit maison de vacances qui fleure bon l’évasion, la pièce de vie gagne en cachet et s’offre une toute nouvelle dimension. Alors que la maison en pente possédait déjà des poutres apparentes grises et vieillottes, celles-ci ont été poncées, nettoyées et légèrement teintées pour se fondre dans le décor sans jamais l’alourdir. Toutes les menuiseries ont été changées et les portes-fenêtres se délestent désormais de leur soubassement massif pour créer un dialogue entre intérieur et extérieur. Aux murs, les peintures Guittet “Blanc Valloire” et “Beige Sicile” soulignent les volumes et fusionnent avec les nombreuses touches de bois. “J’ai tout de suite eu cette palette de couleurs en tête. Elles sont parfaites pour cette maison”, explique l’architecte. Au sol, un parquet en chêne contrecollé Leroy Merlin à planches larges accentue l’effet bohème recherché. 

Après travaux : un salon bohème

En champ-contrechamp, la pièce centrale de 14,4 m2 se divise en deux parties parfaitement identifiables. D’un côté le coin salon confortable qui accueille un canapé en lin convertible vert olive “Odna” signé La Redoute Intérieurs, une table basse en chêne massif et un tapis style berbère. Pour habiller le mur au-dessus du canapé, un miroir en paille Maisons du Monde et deux étagères en chêne s’affichent en majesté. Si l’atmosphère fait la part belle aux influences bohèmes déterminées par Margaux Carnevali, quelques touches de noir viennent trancher l’ensemble tout au long de la visite. Par exemple, ce grand lampadaire en forme d’arc “Waldun”, lui aussi déniché chez La Redoute Intérieurs. Très discrets, les radiateurs ont été changés et choisis en blanc. 

Après travaux : un coin salle à manger chaleureux

En face, le coin dinatoire est accolé au bar de la cuisine. L’architecte détaille : “J’ai changé de sens pour créer du mouvement et mener naturellement vers le couloir.” Comme un rappel judicieux à l’aura authentique qui infuse les lieux, la table du coin repas s’habille également d’un bois massif et chaleureux. Ce banc et ces chaises noires La Redoute viennent confirmer la convivialité qui se dégage de cet espace. Dans un souci d’optimisation totale, des placards de rangement se glissent sur le côté extérieur du bar.

Avant travaux : une cuisine fermée

Cloisonnée, l’ancienne cuisine était uniquement accessible par le couloir, en plus d’obstruer la lumière naturelle qui provient du patio. Margaux Carnevali a dû répondre aux envies du couple pour réinventer cet espace et lui rendre toute sa fonctionnalité. 

Après travaux : une cuisine parfaitement équipée

Après avoir cassé l’ancienne cloison, l’architecte livre une toute nouvelle cuisine en U baignée de lumière, entre blanc et beige, bois et gris. Faussement neutre, cet espace de 6 m2 s’inscrit dans le prolongement de la pièce principale sans attirer l’œil. Choisie dans un blanc mat qui capte la lumière, la cuisine “Voxtorp” d’IKEA se débarrasse du superflu pour se concentrer sur l’essentiel : un beau plan de travail en chêne stratifié, une crédence immaculée Leroy Merlin inspirée des zelliges, un meuble haut de 60 centimètres parfaitement calibré pour se faufiler au plus bas de la sous-pente et permettre l’ouverture de la fenêtre. Le propriétaire n’avait que pour seule requête l’intégration d’une cave à vin. Comme pour le reste de l’électroménager, four/lave-vaisselle, micro-ondes, plaques de cuisson et hotte en tête, celle-ci trouve sa place dans cette cuisine étudiée au millimètre près. Pour contraster l’omniprésence du bois, un carrelage hexagonal aux motifs originaux mais discrets “As de Carreaux” a été posé dans une parfaite diagonale. 

Après travaux : des rangements millimétrés

En face, un mur de rangement a été créé dans la continuité directe de la cuisine. Il contient le réfrigérateur, un espace buanderie et la partie technique. Ici, “la cuisine est un rectangle dans lequel on passe travers”. L’optimisation étant le maître mot, des paniers plats ont été installés pour exploiter l’espace jusqu’au plafond. 

  • Avant-Après : une ancienne loge de gardien de 19 m² transformée en studio fonctionnel
  • Avant-Après : fraîcheur et fonctionnalité dans un appartement mansardé de 30 m²

Après travaux : un couloir optimisée

Comme une invitation à continuer la visite vers la chambre, le dégradé de couleur s’intensifie et les lames de parquet verticales semblent nous indiquer le chemin. Pour casser la rigidité, le dressing sur-mesure IKEA se dissimule derrière des rideaux en lin vaporeux, tandis que la tringle et les anneaux se cachent derrière une subtile retombée dans un alignement parfait. En face, la porte en verre opaque qui donne sur le petit patio offre une belle luminosité en plus de celle apportée par le velux. 

Avant travaux : une chambre

Sans réel cachet, la chambre de 7,7 m2 semble petite et sombre bien qu’illuminée par la porte fenêtre menant au patio. Son seul atout ? Une belle poutre apparente en forme de T. 

Après travaux : une chambre cosy

Si la pièce n’a pas été transformée à proprement parler, la voilà revue et corrigée. Parti pris audacieux mais réussi, le mur derrière le lit se pare d’un terracotta soutenu “Ocre Nubis” de Guittet pour mettre en avant les nombreuses touches déco. Quelques pointes de noir sont observables ici aussi : les interrupteurs, les fils des suspensions en rotin Maisons du Monde et la nouvelle poignée de porte font écho à la poutre apparente poncée et vernie. Bien que massif, le lit “Quilda” signé La Redoute Intérieurs est allégé par les chevets de la même collection. Bohème à souhait, cette chambre façon petite suite d’hôtel est exemplaire. Aussi, pour pallier le manque d’espace, l’architecte a opté pour une porte coulissante Leroy Merlin. 

Avant travaux : une salle de bains vétuste

Nichée sous l’escalier de la maison mitoyenne, la salle de bains était encombrée d’une baignoire. Vétuste et peu fonctionnelle. 

Après travaux : une petite salle de bains fonctionnelle

Là encore, la salle de bains de 2,8 m2 n’échappe pas à la règle fixée par l’architecte pour cette maisonnette : l’espace est optimisé, fonctionnel et lumineux. “Cet escalier était un vrai challenge”, raconte-t-elle. La baignoire a troqué sa place contre une confortable douche carrelée de 1,20 m, le sol se pare désormais de mosaïque “Vestige crème”, Leroy Merlin et les murs arborent un béton ciré beige. Résultat ? Une belle unité qui fait la part belle aux teintes organiques. Seules les notes de bois insufflées par le meuble vasque à faible profondeur, le miroir rond qui vient adoucir les lignes et les petits paniers donnent du relief à cette salle d’eau absolument propice à la détente. 

Réalisation : Margaux Carnevali, NEVA Architecture Intérieure

Photos : Agathe Tissier

Source: Lire L’Article Complet