Big Little Lies : jouer une femme battue a donné des accès de rage à Nicole Kidman

C’est le personnage le plus intéressant de Big Little Lies, mais la jouer s’est fait à un prix. Dans Big Little Lies, actuellement diffusée sur TF1 en France, et par ailleurs toujours disponible sur OCS, on suit la vie pleine de secrets et de tourments de plusieurs femmes aisées de Monterey, ville cossue de la côte californienne. Un quotidien bouleversé après une mort survenue lors d’une soirée mondaine, qui pousse la police à enquêter sur les liens cachés des habitants.

La série s’illustre notamment par son casting incroyable, avec Reese Witherspoon, Nicole Kidman, Laura Dern, Shailene Woodley et Zoë Kravitz dans les rôles principaux. 

Céleste, personnage le plus fort de Big Little Lies

Le personnage sortant le plus du lot est Céleste, jouée par Nicole Kidman. Céleste est une ancienne avocate, mère de jumeaux, qui a tout abandonné pour suivre son mari (Alexander Skarsgard), homme d’affaires violent, possessif, jaloux, qui maltraite son épouse physiquement et mentalement. 

Le couple a une dynamique toxique, concluant souvent les scènes de violence physique par un rapport sexuel brutal, qui n’a rien de sexy. Amoureuse et sous emprise, Céleste ne parvient pas à s’extraire de cette relation. Après chaque épisode violent, elle espère toujours que son mari comprenne que ses soupçons envers elle sont irrationnels. Soumise, elle essaie de lui tenir tête à certaines moments, ou de le raisonner.

Un fonctionnement profondément inégalitaire et dangereux, voué à l’échec, que Big Little Lies illustre avec un réalisme saisissant. On a rarement vu les violences conjugales transposées aussi justement sur le petit écran. Sans doute parce que l’auteure du roman éponyme dont la série est adaptée, Liane Moriarty, s’est inspirée d’une relation abusive qu’elle a elle-même subie. 

Ce rôle est devenu l’un des plus emblématiques de Nicole Kidman, qui a pourtant essentiellement bâti sa carrière au cinéma. En 2018, l’actrice australienne a ainsi reçu le Golden Globe de la Meilleure actrice dans une mini-série. 

Nicole Kidman n’a pas voulu de doublure

Un prix mérité, tant sa performance est spectaculaire. En jouant Céleste, Nicole Kidman montre une vulnérabilité effrayante, tout en illustrant comment une femme brillante peut se retrouver aux prises d’un homme manipulateur, et avoir toutes les peines du monde à s’en défaire. 

Nicole Kidman a tout donné pour ce rôle, y compris sa santé mentale. Dans une table ronde organisée en 2017 par The Hollywood Reporter avec plusieurs autres actrices, dont Reese Witherspoon, Oprah Winfrey (Le Majordome, Selma) et Elisabeth Moss (Mad Men, La Servante Écarlate), l’actrice australienne révélait avoir refusé de prendre une doublure pour les scènes de violences. Au risque de se blesser lorsque le réalisateur, Jean-Marc Vallée, n’était pas satisfait.

J’ai des bleus partout tant le choc a été fort

“Un jour, [Jean-Marc Vallée] a voulu revenir en arrière et tourner à nouveau une scène où je suis lancée contre une armoire, parce que je ne m’étais pas cognée suffisamment fort pour lui, se souvenait Nicole Kidman. Je lui ai dit ‘J’ai des bleus partout tant le choc a été fort, donc je n’arrive pas à croire que ça ne se voie pas’ Mais comme nous le savons toutes, ce que l’on ressent quand on joue ne se retranscrit pas toujours à l’écran.”

À Vogue, Nicole Kidman avait aussi confié que son mari, le chanteur Keith Urban, était inquiet des “bleus énormes” qu’elle ramenait de ses journées de tournage. 

Aussi, Nicole Kidman a pu suggérer des éléments de dialogue ou de mise en scène, apportant sa touche personnelle au rôle. “Il m’arrivait d’appeler [le showrunner] David [E. Kelley] et de lui dire : ‘C’est important que tu saches que j’ai [en réalité son personnage, Céleste, ndr] abandonné ma carrière, que j’ai déménagé là pour lui. Quand il dit que je ne l’aime pas, c’est important que je réponde : ‘Mais j’ai abandonné ceci, cela ou ça. Ce n’est pas suffisant pour te montrer à quel point je t’aime ?’, détaillait l’actrice. L’idée, c’était de montrer cette tension constante au sein de la relation, et mon envie qu’il se rende compte d’à quel point je l’aime, ce qui, pour moi, est une motivation intéressante.”

Difficultés à sortir de ce rôle de femme battue

Élevée par une mère féministe, Nicole Kidman a pris ce rôle si à coeur qu’elle ne faisait parfois plus qu’un avec Céleste. Au point d’avoir du mal à abandonner son personnage. 

Lors de cette table ronde, Nicole Kidman a ainsi raconté un accès de rage qu’elle a eu après avoir tourné une scène de violences, dans le dernier épisode de la saison 1. “Je me souviens être allongée sur le sol durant le dernier épisode, en sous-vêtements, et je venais d’être balancée à droite et à gauche. J’étais juste sur le sol. Je n’arrivais pas à me relever. Je ne voulais pas me relever. Et je me souviens que Jean-Marc est venu vers moi, et a posé une serviette sur moi entre deux prises, parce que je me sentais juste…”

Je me sentais complètement humiliée et dévastée. Et en colère.

“Trop exposée ?”, lui demande alors Oprah Winfrey. “Je me sentais complètement humiliée et dévastée, répond Nicole Kidman. Et en colère. Je suis rentrée chez moi, et j’ai lancée une pierre à travers une porte vitrée”, dévoile l’actrice. 

Reese Witherspoon raconte ensuite que Nicole Kidman l’a appelée pour lui raconter son geste, expliquant s’être énervée en ne réussissant pas à rentrer dans sa chambre d’hôtel. “Évidemment, j’étais en train de contenir toute cette rage, et ce qui s’était passé”, explique la comédienne.

“Mon personnage représente quelque chose qui est au centre des conversations que nous avons en ce moment : l’abus de pouvoir, avait déclaré Nicole Kidman sur la scène des Golden Globes. Je pense sincèrement, et j’espère, que nous pourrons susciter le changement à travers les histoires que nous racontons, et la manière dont nous les racontons.”

  • Casting, date, scénario : ce que l’on sait de la série “Un homme ordinaire”, inspirée de l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès
  • “I May Destroy You”, la série cathartique qui ose une réflexion difficile et réaliste sur le viol

Source: Lire L’Article Complet