Bridgerton (Netflix) : cette scène de viol qui fait polémique

À peine sortie sur Netflix, la série Bridgerton s’est attirée les foudres des spectateurs en raison d’une scène de viol comme l’a rapporté le tabloïd The Daily Mail.

Un cadeau de Noël qui ne fait pas l’unanimité, comme l’a révélé le tabloïd britannique The Daily Mail. Avec sa série historique Bridgerton, dont les huit épisodes ont été mis à disposition ce vendredi 25 décembre, Netflix espérait certainement mettre tout le monde d’accord. Mais après les critiques réservées au casting et à l’intrigue, une scène de viol, extraite du sixième épisode du feuilleton, a fini de mettre le feu aux poudres. Dans cette dernière, Simon Bassett, duc de Hastings, interprété par Regé-Jean Page, refuse de poursuivre un rapport sexuel avec Daphne Bridgerton, campée par Phoebe Dyvenor. Malheureusement, cette dernière ne prend pas en compte sa demande et lui impose la relation, afin de découvrir s’il est véritablement stérile. Résultat, la série est accusée d’ignorer l’existence du viol masculin, un fait qui existe tout de même, bien que passé sous silence. Le comble ? Les personnages pointés du doigt sont mariés, ce qui en fait aussi un viol conjugal.

Les internautes ont donc fait part de leur indignation sur la Toile, et plus particulièrement sur Twitter. "Bridgerton a une scène de viol. Pourquoi n’est-elle pas traitée comme telle ?", "maintenir un partenaire pour forcer l’achèvement sexuel et la conception alors que ce dernier objecte est un viol. L’utilisation du viol pour rendre l’intrigue plus excentrique est inacceptable", "on ne vient pas d’ignorer une scène de viol ? Ok. Ce n’est pas ce qu’on aime voir", ont ainsi riposté de nombreux anonymes. Mais si les critiques fusent, d’autres membres de la Twittosphère ont préféré ignorer cette scène, eux qui s’attendent déjà à une deuxième saison de Bridgerton.

Des coordinateurs d’intimité présents

Des reproches auxquels Shonda Rhimes, productrice de Bridgerton mais aussi de Grey’s Anatomy, pourrait répondre ? Rien n’est moins sûr. Quoiqu’il en soit, les scènes d’intimité sont pourtant méticuleusement développées par la production du feuilleton, comme l’a expliqué le comédien Jonathan Bailey, alias Anthony Birdgerton, dans une récente interview accordée au magazine Cosmospolitan. "Depuis environ 5 ans, il a eu un vrai changement dans l’industrie du divertissement. Maintenant, on a des coordinateurs d’intimité, ça révolutionne complètement l’expérience", a-t-il déclaré. Malgré tout, les critiques persistent puisque cette scène de viol met en lumière un crime véritablement tabou. Si elles sont moins fréquentes, les violences physiques ou sexuelles sur les hommes sont bien d’actualité : en 2019, l’Insee avait révélé que 1,9% de la population masculine française âgée de 30 à 49 ans était la cible de tels crimes.

Source: Lire L’Article Complet