Ce gène serait responsable des fringales et de l'aversion pour le sport (du moins, chez la souris)

Envie d’aliments gras et sucrés et désir de faire de l’exercice en berne ? Blâmez le gène Prkar2a ! En effet, les chercheurs américains des National Institutes of Health (NIH) ont découvert chez la souris un gène qui contrôlerait ces besoins. Et pour cause, il s’exprimerait notamment dans l’habenula, minuscule région de l’épithalamus dans le cerveau dont on connaît mal les fonctions — si ce n’est qu’elle est impliquée dans les réponses à la douleur, au stress, au sommeil et à la récompense. Leurs recherches sont publiées dans le JCI Insight ce 3 novembre 2020.

  • Confinement: «Laissez-nous travailler !», scandent des commerçants et restaurateurs à Lyon

    Le Figaro

  • "Laissez-nous travailler": à Lyon, manifestation funèbre des commerçants et indépendants

    AFP

  • Le vaccin contre le Covid-19 de Pfizer serait "efficace à 90%"

    Gentside

  • Les vins de Bourgogne se mettent au bio

    AFP

  • États-Unis: essai concluant avec des passagers pour le train hypersonique de Virgin Hyperloop

    Le Figaro

  • Un Indien découvre des œufs d'une nouvelle espèce de dinosaures

    KameraOne

  • Ecosse: Aberdeen lance les premiers bus à 2 étages à hydrogène du monde

    AFP

  • «L'Etat sera aux côtés de la SNCF et du groupe Air France KLM» rassure Jean-Baptiste Djebbari

    Le Figaro

  • Venezuela: Maduro espère un dialogue «décent, sincère et direct» avec l'administration Biden

    Le Figaro

  • Manifestations anti-masque à travers l'Europe

    AFP

  • L'Union européenne est «prête» à «intensifier la coopération» avec Joe Biden, assure Ursula von der Leyen

    Le Figaro

  • Californie: la vidéo hallucinante de deux kayatistes «avalées» par une baleine à bosse

    Le Figaro

  • Nagorny-Karabakh: de la musique folklorique traditionnelle pour apaiser les esprits dans les abris anti-bombes

    AFP


  • Confinement: «Laissez-nous travailler !», scandent des commerçants et restaurateurs à Lyon
    Le lundi 9 novembre 2020 environ deux cents commerçants et restaurateurs sont descendus dans les rues de Lyon afin de réclamer la réouverture de leurs commerces. Ils estiment notamment injuste la fermeture complète des petits commerces et restaurants. Les représentants de l’association UMIH Nuit craignent pour la survie de ces indépendants.


    Le Figaro


  • "Laissez-nous travailler": à Lyon, manifestation funèbre des commerçants et indépendants
    A Lyon, environ deux cents commerçants et indépendants se rassemblent devant la préfecture du Rhône, à l’appel de l’UMIH (Union des métiers de l’industrie hôtelière), de la FNH (Fédération nationale de l’habillement) ou encore des Toques blanches (association de restaurateurs lyonnais), pour alerter sur la situation de leurs établissements autour d’une revendication commune: "laissez-nous travailler!"


    AFP


  • Le vaccin contre le Covid-19 de Pfizer serait "efficace à 90%"
    Les sociétés Pfizer et Biontech ont annoncé dans un communiqué diffusé ce lundi que leur vaccin contre le Covid-19, actuellement à la phase 3 des tests, est "efficace à 90%". Une autorisation d'utilisation d'urgence va être demandée aux États-Unis.


    Gentside

VIDÉO SUIVANTE

De l’espoir dans la prévention de l’obésité

Dans une étude précédente, les scientifiques avaient constaté que malgré un régime riche en graisses, les rongeurs dépourvues d’un Prkar2a fonctionnel étaient moins susceptibles de devenir obèses que celles chez qui il était efficient. Une observation appuyée par ces nouvelles recherches, présentées sur le site des NIH : les souris dont le gène avait été désactivé mangeaient moins d’aliments riches en graisses — et donc, plus gratifiants pour le cerveau — que leurs homologues. Et ce, même quand elles avaient un accès illimité à la nourriture ou après avoir été soumises à un jeûne.

Elles étaient aussi plus enclines à faire de l’exercice, puisqu’elles utilisaient le tapis roulant à leur disposition deux à trois fois plus longtemps que les autres souris témoins. En altérant le circuit neuronal habituel de l’habenula, les animaux ont donc ressenti moins d’attirance pour les aliments “récompenses” et ont fait plus de sport. Une piste qui, si elle s’avère un jour efficace sur les hommes, pourrait aider à la prévention du surpoids et des pathologies associées. Toutefois, il est important de rappeler que l’obésité est une maladie complexe et qu’une seule stratégie pourrait difficilement en venir à bout.

Source: Lire L’Article Complet