Certains sons dont le piano aideraient à venir à bout des cauchemars chroniques

Une étude, publiée le 27 octobre 2022 dans la revue Current Biology et menée par l’Université de Genève en Suisse, a mis en lumière un nouveau procédé capable de traiter les « troubles cauchemardesques chroniques » : entendre un son, associé à une expérience positive, pendant son sommeil.

En alliant la thérapie par répétition d’images – une technique consistant à modifier éveillé.e, le contenu de ses cauchemars par des alternatives positives -, et l’écoute d’un son (ici d’un accord majeur, soit un accord de trois notes composé d’une fondamentale, d’une tierce majeure et d’une quinte juste, ndlr) sur un souvenir “positif”, les neuroscientifiques sont parvenus à réduire les cauchemars des participants à l’étude.

Des cauchemars moins fréquents  

Alors que la moitié des 36 participant.es de l’étude ont été exposés, durant deux semaines, à cette nouvelle technique auditive, les scientifiques ont découvert que ce groupe “avait des cauchemars moins fréquents et des émotions de rêve plus positives que le groupe témoin.” 

Ainsi, les participant.es, connaissant pourtant initialement des cauchemars deux à trois fois par semaine, ont observé “une diminution soutenue des cauchemars après 3 mois” ainsi que “une augmentation des rêves contenant des émotions positives.” 

Un futur traitement à domicile

Des découvertes qui pourraient, à terme, réduire “considérablement les cauchemars, tout en favorisant l’activation de rêves émotionnellement positifs”. Mais cette nouvelle technique reste encore, pour l’instant, utilisée uniquement dans la recherche. 

“Les résultats du couplage de thérapie devront être répliqués avant que cette méthode ne puisse être largement appliquée. Mais tout semble indiquer qu’il s’agit d’un nouveau traitement particulièrement efficace pour venir à bout de la maladie des cauchemars”, a commenté le Dr Lampros Perogamvros de l’Université de Genève.

Cauchemars et santé 

Ces cauchemars, qui se définissent comme “des rêves accompagnés de fortes émotions négatives survenant durant la phase de sommeil paradoxal” comme le rappellent les chercheurs, peuvent avoir sur le long terme des conséquences néfastes sur la santé. 

Ils peuvent en effet troubler durablement le sommeil et augmenter le risque de développer de l’anxiété, du stress et une peur du coucher. De plus, une étude de l’Université de Birmingham publiée le 21 septembre 2021 avait, elle, fait le lien entre cauchemars récurrents et risque élevé de déclin cognitif.

  • Quelles huiles essentielles choisir pour chasser les cauchemars ?
  • Quelle est la signification de nos cauchemars ?

Source: Lire L’Article Complet