Ces nouveaux outils qui améliorent la prise en charge de l’endométriose

L’endométriose, longtemps méconnue, sort petit à petit de l’ombre. Le diagnostic et la prise en charge de cette maladie qui touche 10 % des Françaises tendent à s’améliorer, et la tech n’y est pas pour rien.

Les lignes bougent, et c’est peut-être grâce à la tech. Juste avant la Journée de l’endométriose, le 28 mars, qui touche 2 à 3 millions de femmes en France – soit 1 sur 10 – mais peine encore à être bien traitée, plateformes digitales et applications se multiplient pour faire avancer la prise en charge.

Faciliter le diagnostic et la prise en charge

Le site EndoZiwig, lancé en janvier, permet aux patientes d’envoyer leur dossier médical depuis chez elles et d’être orientées, à l’aide d’un algorithme, directement vers la prise en charge adaptée à leurs besoins – quand le délai avant que le diagnostic ne soit posé reste de 7 à 10 ans en moyenne…

L’appli Easy Endo, créée par deux médecins, permet, elle, d’évaluer ses symptômes au quotidien et de partager ses expériences et ressentis avec d’autres femmes.

En vidéo, Endométriose : Julie Gayet témoigne face caméra au nom d’une femme atteinte

Le podcast «Parlons d’Endo !», lancé en partenariat avec l’association Endo France, propose témoignages de patientes, conseils d’expertes… et solutions concrètes pour mieux vivre avec la maladie.

Participer et agir, tel est le mot d’ordre de la nouvelle start-up nantaise Lyv, qui lance dans quelques semaines, un média participatif où patientes, proches et experts scientifiques pourront échanger leurs expériences et connaissances, se soutenir et informer autour de la maladie. Pour enrichir sa communauté et fournir un contenu le plus adapté possible sur son site, disponible via une application d’ici la fin de l’année, la fondatrice Hélène Antier a lancé le hashtag #CeQueJaiDansLeVentre et recense les histoires des femmes atteintes.

La start-up Lucine enfin, finaliste de notre Prix Business with Attitude 2021, encore au stade des essais cliniques et spécialisée dans le traitement digital des douleurs chroniques, compte accompagner les femmes touchées. On veut bien  !

Source: Lire L’Article Complet