Choux-fleurs et brocolis : vos enfants ne les mangent pas, voici pourquoi

Choux-fleurs, brocolis, choux de Bruxelles… Vos enfants les refusent catégoriquement et vous vous demandez pourquoi. Une nouvelle étude scientifique lève enfin le mystère.

Restez informée

La jolie couleur verte du brocoli ne fera pas chavirer le cœur de vos enfants… Et pour cause ! Une nouvelle étude, parue dans la revue Journal of Agricultural and Food Chemistry, a révélé pourquoi certains enfants ne veulent manger ni brocolis ni choux-fleurs.

L’étude précise que d’autres légumes issus de la famille des Brassica, tels que le chou ou les choux de Bruxelles, peuvent également être peu appréciés de certains enfants. Alors, pourquoi ne les aiment-ils pas ? À cause d’une multitude de bactéries – les cysteine lyases – présentes dans leurs bouches, qui donneraient un goût amer à ces légumes.

Choux-fleurs et brocolis : une odeur soufrée empêcherait de les manger

Les interactions entre ces légumes et la salive humaine peuvent en effet donner lieu à des désagréments buccaux. Au contact des bactéries présentes dans la salive, la méthiine, une molécule retrouvée dans les légumes, se désagrège. En résulte une forte odeur de soufre, qui peut s’avérer bien désagréable pour un enfant. Selon Damian Frank, auteur principal de l’étude, le « dimethyl trisulfide » (DMTS) est l’un des pires composés chimiques produits au contact des légumes.

Les bactéries sont présentes à divers degrés chez les individus. D’après les chercheurs de l’Université de Sydney, qui sont à l’origine de l’étude, le microbiote buccal des enfants serait donc plus sensible que celui des adultes.

Manger ces légumes régulièrement réduirait les productions chimiques soufrées

Au total, ce sont 98 couples parent-enfant qui ont été suivis pour l’étude. Les chercheurs ont mélangé des échantillons salivaires à des choux-fleurs crus réduits en poudre. Après analyse, ils ont remarqué que les composés chimiques à l’odeur soufrée produits étaient souvent les mêmes entre un adulte et son enfant, ce qui tend à supposer que leur microbiote buccal serait identique.

En revanche, plus les enfants produisent de ces substances volatiles, moins ils tolèrent les légumes issus de la famille des Brassica. Cette production n’a pas été observée chez les adultes et pourrait bien s’expliquer par l’habitude de consommer ces aliments. Le palais des enfants ne serait donc juste pas habitué à l’acidité de ces légumes. Cela expliquerait pourquoi certains petits refusent catégoriquement d’en manger… Il ne s’agirait donc pas d’une affaire de goût !

Source : Journal of Agricultural and Food Chemistry

Source: Lire L’Article Complet