Chrysoula Zacharopoulou, ministre et gynécologue, accusée de viols

Un nouveau membre du gouvernement est visé par des accusations de viol. Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État en charge du Développement, de la Francophonie, et des Partenariats internationaux auprès du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, est accusée de viols par deux femmes.

Selon les informations de Marianne, publiées le mardi 22 juin 2022, la parquet de Paris a ouvert une enquête dès le 27 mai, confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne.

La ministre accusée de violences gynécologiques

Les accusatrices ont également porté plainte contre la membre du gouvernement, 46 ans, gynécologue de profession. Elles dénoncent toutes les deux des faits qui s’apparentent à des violences gynécologiques puisqu’elles dénoncent des scènes survenues dans un cadre médical.

La première a déposé sa plainte le 25 mai, la seconde le 16 juin. Le journal, citant une source proche du dossier, a donné quelques précisions sur le contenu de la deuxième plainte, évoquant des faits qui se seraient déroulés en 2016 à l’encontre d’une femme majeur.

Avant d’entrer au gouvernement le 20 mai, Chrysoula Zacharopoulou était députée au Parlement européen depuis le 2 juillet 2019. 

  • Par peur du gynécologue, elles ont renoncé à se faire soigner
  • À voir : « Paye (pas) ton gynéco », un docu édifiant sur les violences gynécologiques

Un gouvernement éclaboussé par les violences sexuelles

Depuis le début du mandat d’Emmanuel Macron, et particulièrement la constitution du gouvernement de la Première ministre Elisabeth Borne, plusieurs ministres et élus LREM sont accusés de violences sexuelles.

Damien Abad, ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, est accusé de viols par deux femmes. Dans une tribune publiée dans Le Monde lundi 20 juin 2022, 188 femmes demandent sa démission immédiate.

Matheus Branquinho, député suppléant de la 3e circonscription de la Loire, a quant à lui comparu vendredi 20 mai 2022 devant le tribunal correctionnel de Saint-Étienne pour des faits de pédocriminalité. L’élu conteste avoir agressé sexuellement une fillette de six ans de son cercle familial et l’amie de cette dernière âgée, elle, de huit ans, en 2020. Cependant, il a avoué détenir plusieurs milliers d’images ou de vidéos à caractère pédopornographique.

Depuis plusieurs années, les militantes féministes réclament également la démission du ministre de l’Intérieur ,Gérald Darmanin, qui avait fait l’objet d’une plainte pour harcèlement sexuel et abus de confiance. L’homme politique avait été accusé de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance, pour des faits remontant à 2009. Mais l’enquête avait été classée plusieurs fois sans suite.

  • Accusé de viols par une vingtaine de patientes, un gynécologue invité à intervenir au congrès « Paris Santé Femmes » y renonce
  • Nice : un gynécologue mis en examen pour viol et agression sexuelle

Source: Lire L’Article Complet