Coup de foudre à Bangkok : pourquoi le tournage a été particulièrement éprouvant

Le tournage de Coup de foudre à Bangkok, diffusé ce lundi 16 novembre sur TF1, s’est déroulé quelques semaines avant que l’épidémie de Covid-19 ne devienne totalement ingérable.

Ancienne star de Scènes de ménages sur M6, Loup-Denis Elion retrouve Blandine Bellavoir, visage emblématique des Petits meurtres d’Agatha Christie sur France 2, dans Coup de foudre à Bangkok, ce lundi 16 novembre à 21 heures sur TF1. La jeune femme y incarne Laura, une architecte passionnée envoyée en Thaïlande pour y construire un centre commercial futuriste. Sur place, Laura tombe sous le charme de Marc, incarné par Loup-Denis Elion, responsable de différents orphelinats en Asie du Sud-Est.

Dans les colonnes de Télé Star, Blandine Bellavoir se confie sur le tournage particulier de ce téléfilm qui s’est déroulé juste avant le premier confinement mondial contre le Covid-19. "Nous étions là-bas entre janvier et tout début mars. Tout s’est bien passé : il y avait du gel, des masques, la prise de température… On pensait même qu’on allait devoir rester confinés là-bas ! On entendait que le nombre des cas progressait en France. Et quand on est rentrés ici le 2 mars, on a trouvé aberrant que personne ne porte de masque… Sinon, les journées de tournage étaient longues car les contraintes sanitaires rendaient tout compliqué, et en plus, je suis dans presque toutes les scènes", explique l’actrice.

Blandine Bellavoir bientôt dans une série sur l’affaire du petit Grégory

Après une révélation dans Plus belle la vie puis une confirmation dans Les Petits meurtres d’Agatha Christie, Blandine Bellavoir fait donc son arrivée sur TF1 dans ce Coup de foudre à Bangkok. Dans quelques semaines, c’est toujours sur la première chaine que les téléspectateurs la retrouveront dans le rôle de Christine Villemin dans Une affaire française, une série sur l’affaire du petit Grégory. "Ce couple est d’une grande force. Ils sont toujours ensemble aujourd’hui. Ce qu’on a mis en exergue, c’est aussi l’acharnement médiatique dont ils ont été victimes", confie-t-elle dans nos colonnes.

Source: Lire L’Article Complet