Covid-19 : ce qu’il faut comprendre de la nouvelle cartographie du gouvernement

Face à la progression de l’épidémie de coronavirus en France, avec notamment une augmentation des taux d’incidence, de reproduction et de positivité, le gouvernement a dévoilé ce mercredi 23 septembre 2020, une nouvelle cartographie de l’épidémie.

La France est désormais divisée en quatre grandes zones, qui rendent comptent des différents niveaux d’alerte face à la Covid-19. Explications.

Quatre nouvelles zones d’alerte

La nouvelle carte comprend quatre zones d’alerte, au sein desquelles les restrictions pourront être durcies. Ces zones seront réévaluées tous les quinze jours en fonction de l’évolution de la situation épidémique.

Les critères de classification prennent en compte : le taux d’incidence (nombre de personnes infectées sur une semaine, dans une population de 100 000 habitants), le taux d’incidence chez les personnes âgées de plus de 65 ans et la part des patients atteints de la Covid-19 dans les services de réanimation.

  • La zone “départements en vigilance” (en gris) correspond aux 32 départements dont le taux d’incidence n’a pas encore dépassé les 50 nouveaux cas pour 100 000 habitants. 
  • La zone “alerte“(en rose) concerne tous les départements ayant dépassé les 50 nouveaux cas pour 100 000 habitants. On en dénombre à ce jour 48.
  • La zone “alerte renforcée “(en “super-rouge”) concerne les départements où le taux d’incidence dépasse les 150 cas pour 100 000 habitants et 50 pour 100 000 chez les personnes âgées. Pour l’heure, on en dénombre 14, mais ce sont avant tout les agglomérations qui sont concernées par cette nouvelle catégorie : les territoires de Bordeaux, Lyon, Nice, Lille, Toulouse, Saint-Etienne, Rennes, Paris et sa petite couronne, Rouen, Grenoble et Montpellier.
  • La zone “alerte maximale” (en rouge écarlate) désigne les départements recensant plus de 250 cas pour 100 000 habitants, un taux d’incidence de plus de 100 pour 100 000 chez les personnes âgées et un pourcentage de malades placés en réanimation supérieur ou égal à 30. Elle ne concerne pour l’instant la métropole Aix-Marseille-Provence et la Guadeloupe. “Si cette dernière zone d’alerte devait être dépassée, nous n’aurions pas d’autre choix que de déclencher l’état d’urgence sanitaire dans les territoires concernés”, a précisé Olivier Véran, le ministre de la Santé.

Sont considérées comme “zones de circulation active du virus” toutes celles dont le taux d’incidence est supérieur à 50 cas pour 100 000 habitants et dans lesquelles la dynamique épidémique est jugée défavorable. “Toutefois, par anticipation (ex. : si le département a un taux d’incidence très proche de 50 pour 100 000 habitants et en augmentation) et pour des raisons de cohésion territoriale (ex. : si le département est proche d’un autre département avec un taux d’incidence élevé), le département peut être classé en ZCA à partir d’un taux d’incidence supérieur à 30 pour 100 000 habitants”, précise le ministère de la Santé.

Les “niveaux de vulnérabilité” de Santé Publique France

Ces nouvelles zones viennent s’ajouter à la carte préexistante de Santé Publique France, recensant les différents niveaux de vulnérabilité des départements.

Cette carte se base sur plusieurs critères comme : le taux de positivité des tests ou le taux de reproduction du virus (nombre de personnes qui peuvent potentiellement être contaminées par un individu infecté par un virus), mais aussi le nombre d’interventions de SOS médecins et de foyers de contamination (aussi appelés “clusters”, il s’agit d’un groupe d’au moins 3 cas confirmés ou probables, dans une période de 7 jours et qui appartiennent à une même communauté ou ont participé à un même rassemblement de personnes, qu’ils se connaissent ou non.)

Elle compte trois niveaux : limité, modéré, et élevé.

Au 23 septembre, 38 départements étaient considérés en situation de vulnérabilité modérée et 52 en situation de vulnérabilité élevée.

  • Covid-19 : laver et réutiliser un masque chirurgical serait possible
  • Covid-19 : selon une étude, le virus pourrait devenir saisonnier

Source: Lire L’Article Complet