Covid-19 : le vaccin a-t-il réellement été efficace contre l’épidémie ? Une étude répond

Afin de mesurer l’impact de la vaccination dans la lutte contre l’épidémie de Covid-19, des chercheurs ont réalisé de nouveaux travaux. Selon eux, le vaccin aurait bien permis de limiter les conséquences du virus.

Restez informée

Avec 29.324 nouveaux cas positifs confirmés au 8 mai, l’épidémie de Covid-19 est en net déclin. Selon Santé Publique France, le taux d’incidence serait même en baisse de plus de 30%. Le vaccin contre le coronavirus a-t-il contribué à ces résultats ? A-t-il réellement permis de lutter contre l’épidémie ? C’est ce qu’ont voulu savoir des scientifiques américains.

Covid-19 : le vaccin a permis de réduire le taux de mortalité lié au virus

Leur étude a été publiée dans le British Medical Journal (BMJ) le 27 avril dernier. Elle recensait les données de plus de 300 millions de patients issus de 2.558 comtés, situés dans une cinquantaine d’états américains. Entre les mois de décembre 2020 et décembre 2021, 30.643.878 cas de Covid-19 et 439.682 décès liés au virus ont été relevés par les autorités.

L’objectif était de démontrer comment « l’augmentation de la couverture vaccinale » pouvait influer sur « la mortalité et l’incidence du Covid-19« . Autrement dit, les chercheurs ont voulu mesurer l’efficacité des vaccins dans la lutte contre le coronavirus. D’après leurs travaux, les injections auraient bien permis de contrôler l’épidémie.

Le vaccin contre le Covid-19 aurait des effets individuels et collectifs

« Chaque amélioration de 10% de la couverture vaccinale a été associée à une réduction de 8% des taux de mortalité » peut-on lire dans l’étude. Il en va de même pour le taux d’incidence, qui aurait reculé de près de 7% grâce à la vaccination contre le Covid-19. Selon les scientifiques, le vaccin a donc bien été utile pour lutter contre le coronavirus.

Premièrement, il aurait eu un « effet individuel sur le risque et la progression de la maladie« . Mais ce n’est pas tout. La vaccination aurait aussi permis des bénéfices collectifs en « ralentissant la propagation«  du virus d’une part, mais surtout « en réduisant la transmission ultérieure« . La morbidité et la mortalité qui lui sont associées auraient également été diminuées. Ces conclusions sont donc plutôt rassurantes. Selon les auteurs de l’étude, le bilan des décès liés au Covid-19 a « récemment dépassé celui de la grippe espagnole« , ce qui en fait la pandémie moderne « la plus meurtrière« .

Source : Public health impact of Covid-19 vaccines in the US : observational study (British Medical Journal)

Source: Lire L’Article Complet