Covid-19 : une étude révèle comment le virus envahit le cerveau

Ce n’est plus un secret : la Covid-19 peut être à l’origine d’atteintes neurologiques et de lésions cardiaques. Une nouvelle étude révèle comment le coronavirus peut envahir le cerveau et avoir des conséquences mortelles.

Restez informée

On le sait : les symptômes de la Covid-19 sont la fièvre, la toux ou encore la fatigue. Des signes qui peuvent s’aggraver au bout de quelques jours avec l’apparition de difficultés respiratoires. Cette aggravation de la maladie serait due, chez certains de ces patients, à un phénomène mystérieux baptisé “orage de cytokine”. Il se caractérise par une production excessive de molécules appelées cytokines, à l’origine d’une violente réponse inflammatoire du système immunitaire pouvant causer des dégâts sur des organes tels que les poumons ou le foie, comme l’expliquait le New York Times.

Ces deux organes ne sont pas les seuls à pouvoir être touchés en cas de Covid-19 : des recherches suggèrent que le coronavirus pourrait aussi s’attaquer au cœur et au cerveau. Une nouvelle étude révèle même que la Covid-19 serait capable d’envahir le cerveau.

Covid-19 et cerveau : des conséquences mortelles

Pour réaliser ces travaux, menés par des chercheurs de l’université de Yale (Etats-Unis) et parus sur le site de pré-publication scientifique BioRXiv, les chercheurs sont partis du constat suivant : près de la moitié des patients touchés par la Covid-19 rapportent des symptômes neurologiques, parmi lesquels des maux de tête, une confusion et un délire.

Pour comprendre la façon dont cette maladie s’attaque au cerveau, ils ont analysé le tissu cérébral d’une personne décédée de Covid-19, mené une expérience sur des souris, ainsi que sur des organoïdes, des mini-organes cultivés en laboratoire.

Ils ont constaté que le coronavirus entrait dans des cellules via une protéine située à leur surface, appelée ACE2, avant d’usurper les composants cellulaires pour accélérer la reproduction virale et de priver les autres cellules d’oxygène. Au cours de leurs expériences menées sur des souris – l’une avec le récepteur ACE2 exprimé uniquement dans le cerveau et l’autre avec le récepteur uniquement dans les poumons – ils ont constaté que les souris infectées par le cerveau ont rapidement perdu du poids et sont mortes en six jours. Ce n’était pas le cas de celles infectées via les poumons.

Des résultats qui suggèrent que les infections à coronavirus qui touchent le cerveau des patients peuvent avoir des conséquences plus graves que celles touchant les voies respiratoires. “Si le cerveau est infecté, cela pourrait avoir une conséquence mortelle”, a conclut Akiko Iwasaki, immunologiste et auteure principale de l’étude.

Coronavirus : des atteintes neurologiques de plus en plus nombreuses

Une autre étude réalisée en février dernier par des chercheurs chinois et japonais et publiée dans la revue Journal of Medical Virology indiquait déjà que plusieurs patients atteints de Covid-19 présentaient, en plus de la détresse respiratoire, des signes neurologiques tels que des maux de tête, des nausées et des vomissements. “Des preuves de plus en plus nombreuses montrent que le coronavirus n’est pas toujours confiné aux voies respiratoires et qu’ils peut également envahir le système nerveux central induisant des maladies neurologiques”, écrivent les chercheurs.

Des cas de patients atteints de Covid-19 et présentant des signes neurologiques avaient également été signalés, comme l’indique Franceinfo. Des médecins du Henry Ford Health System de Détroit (Etats-Unis) avaient présenté, dans la revue Radiology, un cas d’encéphalopathie hémorragique aiguë nécrosante chez une patiente touchée par le coronavirus. Des neurologues du Renmin Hospital de l’université de Wuhan (Chine) ont quant à eux identifié un cas de myélite aiguë après une infection au coronavirus, qu’ils ont présenté dans la revue de pré-publication scientifique medRxiv.

A Brescia, en Italie, une unité dédiée aux patients atteints de Covid-19 et touchés par une atteinte neurologique avait même été ouverte. Et pour cause : “il y a une augmentation spectaculaire du nombre d’accidents vasculaires cérébraux ischémiques et de thromboses, qui est probablement due au virus”, explique le neurologue Alessandro Pezzini à Neurology Today.

Covid-19 : à l’origine de lésions cardiaques ?

Une autre étude, publiée dans la revue JAMA Cardiology indiquait que les lésions cardiaques étaient courantes chez les patients atteints de Covid-19 et qu’elles étaient associées à un risque de mortalité plus élevé.

Preuve en est : sur les 416 patients suivis pour les besoins de cette étude, 19,7 % avaient été touchés par une lésion cardiaque au cours de leur hospitalisation. Au total, 51 % des personnes souffrant de lésions cardiaques étaient décédées, contre 4,5 % de celles qui n’en avaient pas.

Cependant, les mécanismes à l’œuvre dans ce phénomène restent encore flous. “Il est extrêmement important de répondre à la question : leur cœur est-il affecté par le virus et pouvons-nous faire quelque chose ? Cela pourrait finalement sauver de nombreuses vies”, a déclaré le Dr Ulrich Jorde, cardiologue à New York, au site Scientific American.

A lire aussi :

⋙ Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur de nouveaux symptômes cutanés du Covid-19

⋙ Coronavirus : peut-on avoir le Covid-19 sans ressentir aucun symptôme ?

⋙ Symptômes du coronavirus, incubation, contagion, traitements : tout ce qu’il faut savoir sur le Covid-19

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet