Dans « Celebrity Hunted », huit stars jouent à cache-cache géant

  • Amazon Prime Video propose à partir de ce vendredi 29 octobre les trois premiers épisodes de Celebrity Hunted.
  • Dans ce programme, quatre binômes de deux célébrités doivent disparaître sans laisser de trace et tenter d’échapper à des experts de la cybersécurité.
  • Florent et Laure Manaudou, ainsi que Squeezie et Seb racontent à 20 Minutes ​les coulisses de leur participation.

Paris, place du Trocadéro. Le jour vient à peine de se lever sur la capitale lorsque sortent, emmitouflées sous leur capuche, huit célébrités. Musique de tension, décompte sur la
tour Eiffel, voix off effrayante, elles s’alignent toutes, face caméra, avant que le top départ de Celebrity Hunted ne soit donné. Ça y est, le compteur affiche « 00 : 00 ». Les quatre binômes partent dans une direction opposée. À partir de ce moment-là, les stars du programme ont dix jours pour partir en cavale sans jamais se faire attraper par les agents du quartier général.

Un tournage qui se prépare

Les sportifs Laure et Florent Manaudou, les youtubeurs Squeezie et Seb, les comédiens Franck Gastambide et Ramzy Bedia, ainsi que les artistes Dadju et Darcy ont tous accepté de faire une croix sur leur quotidien le temps de l’émission d’
Amazon Prime Video, tournée en mars dernier. « On nous l’a proposé à la fin de l’année dernière mais j’étais enceinte donc j’avais du mal à me projeter », raconte
Laure Manaudou à 20 Minutes. Heureusement, la nageuse a pu compter sur son frère qui a élaboré le plan de leur cavale. « J’avais pris une carte de France mais je ne savais pas où est-ce qu’on allait arriver. J’essayais de bouger un peu tous les jours, de trouver des connexions un peu partout et petit à petit, on a affiné le plan », confie-t-il. Lors du neuvième jour, les joueurs et joueuses encore en compétition doivent impérativement rejoindre un lieu d’exfiltration précis, quelle que soit leur position actuelle.

Prendre part à Celebrity Hunted est visiblement sans commune mesure avec un tout autre tournage d’émission télévisée. « On avait quand même écrit toute la cavale, vu tout ce qu’il était possible de faire, contacté les gens potentiellement disponibles ou pas », énumère Seb. « On a fait toute la feuille de route de notre cavale en amont et après, jour 1, ça a commencé, on suivait tout ce qu’on avait prévu de faire sauf quelques fois où on a changé des trucs en last minute parce qu’on devenait parano », enchérit
Squeezie.

Impossible d’accéder aux caméras de surveillance publiques

À leurs trousses, les membres du quartier général suivent les célébrités à la trace. Au fil des épisodes, on découvre des images de vidéosurveillance des rues de Paris ou des zones commerciales qu’elles traversent. Dès les premières minutes du programme, les spectatrices et spectateurs sont informés que les moyens mis habituellement à la disposition de la police lors des enquêtes sont reconstitués.

« La loi française interdit à une production audiovisuelle d’accéder aux caméras de surveillance publiques, répond Amazon. L’équipe de tournage qui suivait un binôme le devançait de quelques minutes afin d’installer une caméra GoPro au niveau d’un distributeur automatique, d’un péage ou d’un coin de rue où se trouvait une caméra. Cela leur permettait de fournir ensuite, et seulement si le QG le demandait, des images de reconstitution. »

Les huit personnalités prenant part à la compétition se battaient d’ailleurs contre des ennemis invisibles. Aucune d’entre elles ne savait vraiment comment travaillait le QG, combien de personnes étaient derrière elles ou si elles étaient proches ou non. Pourtant, des experts de la cybersécurité, du profilage et des professionnels du renseignement militaire s’activaient depuis Paris pour les traquer. « On est vite devenus paranos parce qu’ils sont habillés en civil donc on pouvait les croiser à tout moment », rapporte Laure Manaudou. Dès l’instant où les agents du QG touchent une célébrité, elle est éliminée du jeu.

La célébrité, avantage ou inconvénient ?

Les stars de Celebrity Hunted, considérées comme fugitives, étaient accompagnées d’un caméraman et d’un journaliste. Forcément, cela attire l’œil des badauds mais ce n’était pas le seul handicap avec lequel partaient les participants et participantes. À propos de la célébrité, Squeezie rapporte que « c’est un fardeau parce que des gens peuvent t’aider mais il y en a aussi d’autres qui peuvent te reconnaître et donner des indices aux enquêteurs en leur disant qu’ils nous ont aperçus à tel endroit. »

D’autre part, il peut être rare de croiser des personnalités dans des coins reculés des campagnes françaises. Lorsque des habitants ou des habitantes les croisent, une trace est souvent rapidement laissée sur Internet, « en mode « je l’ai aperçu dans telle ville, qu’est-ce qu’il fout là ? » », explique Squeezie.

« Quand on est connu, on peut aussi se faire des connexions assez rapidement et le QG ne sait pas forcément qu’on peut aller chez ces personnes, leur raconter le concept de l’émission et qu’elles peuvent nous accueillir », témoigne Florent Manaudou qui voit donc la notoriété comme un avantage dans cette compétition. La preuve de cette affirmation sera peut-être apportée au terme des six épisodes du programme, dont seuls les trois premiers sont disponibles pour le moment. Les trois derniers suivront le 5 novembre.

Source: Lire L’Article Complet