Ecole covid : autotests à l’école, rentrée du 3 mai, examens

La Haute Autorité de Santé a autorisé l’utilisation des tests antigéniques par prélèvement nasal pour les moins de 15 ans en milieu scolaire. Rentrée des élèves de primaire, enseignement à distance pour les collégiens et lycéens, protocole sanitaire… Le point sur les dernières annonces.

  • Rentrée du 26 avril
  • Protocole sanitaire à l’école
  • Tests salivaires à l’école
  • Actualités Covid à l’école
  • Bac, brevet, BTS et demi-jauge
  • Masque à l’école
  • Contamination à l’école
  • Université Covid

Rentrée du 3 mai au collège et lycée 

[Mise à jour du 28 avril à 9h28]. Les élèves de primaire ont fait leur retour à l’école ce lundi 26 avril tandis que les collégiens et lycéens poursuivent l’enseignement à distance jusqu’à la rentrée du 3 mai dans des conditions adaptées. “Les collèges et les lycées reprendront en distanciel puis, à partir du 3 mai, en présentiel dans des conditions de demi-jauge” a précisé Jean Castex ce 22 avril. Pour les collèges situés dans les 15 départements les plus touchés par l’épidémie, l’enseignement hybride est étendu pour les classes de 4e et 3e, et ce sera le cas pour tous les lycéens. Le protocole sanitaire à l’école prévoit par ailleurs la fermeture de classe dès le premier cas de Covid-19. Le dépistage est renforcé avec davantage de tests salivaires dans les écoles et des autotests, qui pourront, selon les nouvelles recommandations de la HAS, être utilisés chez les moins de 15 ans, à l’école. Lors d’une conférence de presse, le Premier ministre avait rappelé que “les dégâts causés par la fermeture prolongée des écoles sont catastrophiques et peuvent entraîner des dommages sur le long terme en terme éducatif, psychologiques” aussi importants que ceux liés à la pandémie.

Protocole sanitaire à l’école et à la cantine : qu’est-ce qui change ?

Le protocole sanitaire à l’école en vigueur depuis le 1er février s’applique pour cette rentrée scolaire dans les écoles, collèges et lycées. Une classe devra fermer dès le premier cas de Covid-19, des tests salivaires sont déployés dans les écoles primaires, et des autotests seront distribués dans les établissements scolaires. La HAS a notamment autorisé les autotests chez les moins de 15 ans dans un avis publié ce 26 avril. A la cantine, le protocole recommande une limitation du brassage des élèves : ceux d’une même classe déjeunent ensemble avec une distance de deux mètres. Les repas peuvent s’organiser en extérieur ou dans un gymnase, et des plats à emporter peuvent être proposés. Ce 23 avril sur France Info, Jean-Michel Blanquer avait suggéré aux parents de faire manger les enfants à la maison. “Quand on peut avoir un enfant chez soi pour le déjeuner, c’est mieux (…) C’est aussi bien qu’il y ait moins d’enfants à la cantine, et que ce soient ceux qui en ont le plus besoin qui en bénéficient”. Port du masque dès 6 ans, gestes barrières renforcés, aération toutes les heures, capteurs de CO2 et purificateurs d’air, activités physiques et sportives en plein air sont recommandés. 

  • Protocole sanitaire à l'école : quelles mesures pour la rentrée ?

    Les élèves de primaire font leur rentrée ce 26 avril avec un protocole sanitaire strict. Une classe fermera dès le premier cas de Covid-19, les tests salivaires sont déployés et des autotests seront effectués au lycée.

  • Cantines scolaires : protocole, faire déjeuner les enfants à la maison ?

    Le protocole sanitaire concernant les cantines scolaires reste inchangé pour la rentrée du 26 avril, avec la limitation du brassage des élèves et une distanciation de deux mètres. Jean-Michel Blanquer a suggéré aux parents de faire déjeuner les enfants chez soi.

Tests salivaires à l’école

Pour la rentrée du 26 avril, le gouvernement prévoit d’augmenter le nombre de tests salivaires dans les écoles pour mieux dépister les élèves avec l’objectif d’en réaliser progressivement 600 000 tests salivaires par semaine d’ici mi-mai. Ce dispositif de dépistage sera déployé dans les départements où l’incidence est la plus élevée. Les collégiens pourront également en bénéficier à leur retour à l’école, progressivement à partir du 3 mai. Suite aux recommandations de la HAS d’autoriser les autotests chez les moins de 15 ans, les collégiens pourraient en effet utiliser les tests antigéniques sur prélèvement nasal.

  • Tests salivaires à l'école : pour qui, comment ça marche ?

  • Test salivaire Covid : pharmacie, école, fiabilité, où le trouver ?

  • "Je préfère le test salivaire que le bâton dans le nez"

Les dernières actualités sur le Covid à l’école

  • Des étudiants en BTS portent plainte pour “mise en danger de la vie d’autrui”. Certains étudiants craignent que les rassemblements lors des examens favorisent la propagation du coronavirus. Ce 23 avril, l’avocat Fabrice di Vizio a porté plainte pour “mise en danger de la vie d’autrui” auprès de la Cour de justice de la République (CJR) contre les ministres de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur, au nom de mille étudiants qui déplorent le maintien des épreuves de BTS en présentiel. Des arguments balayés par Jean-Michel Blanquer. “Nous avons décidé la création d’une session de rattrapage au début du mois de juillet et nous ferons un coaching personnalisé pour chaque élève qui en aura besoin et qui aurait raté la première session (…)  Les plaintes n’ont pas lieu d’être“, a expliqué le ministre de l’Education nationale ce 25 avril sur LCI
  • Un renforcement des mesures sanitaires dans les écoles recommandé par des médecins. Dans une tribune publiée ce 26 avril, par Le Monde, un collectif de médecins et de chercheurs appelé Du côté de la science estime qu’il est nécessaire d’adopter des mesures plus strictes pour réduire la transmission de la Covid-19 au sein des établissements scolaires. Ces scientifiques souhaitent que le dépistage du coronavirus dans les écoles ait lieu plus d’une fois par semaine et que les salles de classe soient mieux ventilées grâce à des détecteurs de CO2 et des purificateurs d’air ou à une ouverture plus d’une fois par heure des fenêtres. Enfin, le collectif souhaite que la rentrée de septembre soit anticipée grâce notamment à la vaccination afin d’éviter que les écoles ne deviennent des foyers épidémiques importants. 
  • La Haute Autorité de Santé autorise les autotests pour les élèves de moins de 15 ans. Ce 26 avril, la Haute Autorité de santé (HAS) a autorisé les tests antigéniques sur prélèvement nasal aux moins de 15 ans. Ils “ont l’avantage d’allier rapidité de résultat et possible utilisation de manière répétée chez un plus large public “, indique la HAS dans un communiqué. Jusqu’à présent, ils étaient réservés aux plus de 15 ans (par manque de données sur les enfants) mais la HAS considère que ces autotests représentent “un outil de dépistage chez les moins de 15 ans ” et qu’ils sont “pertinents pour briser les chaînes de contamination, notamment en milieu scolaire“.  La Has recommande une utilisation de ces tests sous forme d’autotests au moins une fois par semaine et en autonomie pour les étudiants, les lycéens et les collégiens. Elle estime en revanche que ce sont les parents ou du personnel formé qui doivent réaliser ces autotests chez les écoliers dès la maternelle ou à l’école élémentaire. Le gouvernement a par ailleurs annoncé que 64 millions d’autotests seraient déployés dans les établissements scolaires. A compter de cette rentrée du 26 avril, tous les professeurs et personnels de l’Education ainsi que les ATSEM réaliseront à leur domicile deux autotests par semaine et les lycéens réaliseront un autotest par semaine en établissement, avec l’accord des parents et sous la supervision d’un adulte. Durant la semaine du 3 mai, les élèves seront sensibilisés, via des tutoriels, à ce type de dépistage et les personnels seront formés pour expliquer cette pratique aux élèves, qui les réaliseront dès la semaine du 10 mai.
  • Autotests à l'école : autorisés aux moins de 15 ans

    Les autotests seront proposés aux lycéens à partir de la semaine du 10 mai. La Haute Autorité de Santé vient de rendre son avis : les autotests peuvent aussi être utilisés chez les moins de 15 ans pour briser les chaînes de contamination en milieu scolaire.

  • Enseignement à distance et nouveaux bugs pour les collégiens et lycéens. Comme la première semaine d’école à la maison, les collégiens et lycéens ont été confrontés à des “ralentissements, localisés et ponctuels dans le temps” reconnait le ministère de l’Education nationale dans un communiqué du 26 avril. Ces nouveaux bugs sont “dus principalement à des mots de passe oubliés (1 000 demandes ce matin) ou à un manque de fluidité au niveau des salles d’attente des classes virtuelles” estime-t-il. La création de comptes sur le site du Cned au lieu des sites de “Ma classe à la Maison” ont aussi pu générer des dysfonctionnements ponctuels En ce qui concerne les espaces numériques de travail (ENT), les visites ont été 20 % supérieures à celles de la semaine du 5 avril, mais plus courtes, et aucun incident majeur n’a été constaté, précise le communiqué. 
  • À compter de ce lundi 26 avril, les activités périscolaires peuvent reprendre dans le respect du protocole sanitaire. Les activités extrascolaires sont en revanche suspendues excepté pour les collégiens bénéficiant du dispositif d’accueil prioritaire durant la semaine du 26 avril.
  • Décaler le couvre-feu ? Ce lundi matin, Emmanuel Macron s’est rendu dans une école de Melun, en Seine-et-Marne, où il a échangé avec des élèves de primaire, accompagné de Jean-Michel Blanquer. Le président de la République a abordé la réouverture des écoles. Il a également annoncé que le couvre-feu pourrait être un peu décalé “car 19h, c’est trop tôt”.
  • Jean-Michel Blanquer vacciné avec AstraZeneca. Ce samedi 24 avril, Jean-Michel Blanquer s’est fait vacciner contre la Covid-19. “Je viens de recevoir la première dose du vaccin AstraZeeneca au centre de vaccination des Pompiers de Paris, à la caserne Massena“, a, en effet, écrit sur Twitter le ministre de l’Education nationale âgé de 56 ans. Quelques jours plus tôt, Jean-Michel Blanquer avait indiqué dans le journal Le Parisien qu’il allait se faire vacciner. “J’ai plus de 55 ans, donc je rentre dans la catégorie d’âge des professeurs qui peuvent se faire vacciner (…) Pour bien signifier que, conformément à l’avis des autorités de santé, il y a un rapport avantage/risque qui est très positif“.
  • Fermeture de classe dès le premier cas de Covid-19. “Nous maintenons un protocole sanitaire strict : nous fermerons la classe dès le premier cas de contamination” a confirmé le ministre de l’Education nationale. Cette mesure conduira à un certain nombre de fermetures, précise-t-il. En ce qui concerne les absences de professeurs qui seraient positifs au virus, le ministère de l’Education nationale prévoit 5.000 recrutements supplémentaires de professeurs des écoles remplaçants et d’AED. 
  • Vaccination des enseignants. Depuis le 17 avril, les enseignants de plus de 55 ans sont prioritaires à la vaccination, a rappelé Jean Castex. Ce dispositif est également ouvert à d’autres professions prioritaires comme les policiers et gendarmes ou encore les professionnels de la petite enfance…. Pour se faire vacciner, les professionnels concernés devront se munir d’une pièce justifiant de l’exercice de leur métier enseignant (carte professionnelle, bulletin de salaire accessible sur l’ENSAP…) ainsi que d’une pièce d’identité et d’une carte vitale ou d’une attestation de droits. Les professeurs de plus de 50 ans pourront bientôt se faire vacciner à leur tour, notamment pour ceux qui s’occupent d’enfants handicapés ou qui travaillent dans une école maternelle. Enfin, l’ensemble des enseignants pourront se faire vacciner de manière prioritaire entre les mois de mai et juin, a déclaré Jean-Michel Blanquer sur France Info ce 23 avril.
  • Vaccination des enseignants : à quel âge, quelles dates ?

    Les enseignants de plus de 55 ans peuvent se faire vacciner depuis le 17 avril. Les professeurs de plus de 50 ans pourront bientôt se faire vacciner à leur tour, notamment pour ceux qui s'occupent d'enfants handicapés ou qui travaillent dans une école maternelle. Marche à suivre et documents à présenter.

  • Examens de fin d’année, brevet, bac et BTS. Les épreuves de brevet et du baccalauréat sont maintenues cette année. Les élèves de BTS reprendront les cours au lycée dans les mêmes conditions que les lycéens et une session de rattrapage est prévue pour les élèves qui n’auraient pas obtenu leur diplôme. Pour l’enseignement supérieur, les examens et partiels auront lieu en présentiel en juin, et les concours sont maintenus, sans changement. 
  • Activités physiques et sportives. Elles sont encouragées à l’école, collège et lycée pour le bien-être et la santé des enfants. Le gouvernement a également fait le choix d’ouvrir les clubs sportifs pendant les vacances scolaires, pour les pratiques en extérieur. “Cette règle va donc rester en vigueur pour les semaines suivantes et dès que cela sera possible, nous essaierons de desserrer les contraintes sanitaires pour permettre la reprise des activités en intérieur, mais nous n’y sommes pas encore”, déclare Jean-Michel Blanquer.
  • Reprise des enseignements dans les conservatoires pour les élèves des premier et deuxième cycles inscrits dans les classes à horaires aménagés.
  • Des écoles équipées de capteurs de CO2. Les syndicats de l’Education nationale réclament l’installation de capteurs de CO2 dans les écoles afin de vérifier si le renouvellement de l’air est suffisant pour prévenir la propagation du coronavirus. Le ministère de l’Education nationale n’a pas encore donné de consignes nationales à ce sujet mais certaines écoles ont déjà fait le choix d’installer de tels capteurs. Ainsi, selon BFM TV qui dévoile cette information ce 19 avril, la ville de Paris en a commandé pour équiper 125 écoles et collèges publics (sur 763) d’ici à la mi-mai sachant que toutes les cantines des lycées franciliens en sont déjà dotées. Les villes de Lille, Brest, Biarritz, Aix-les-Bains et Issy-les-Moulineaux ont également acheté des capteurs de CO2 pour les cantines de leurs écoles primaires, et les départements du Puy-de-Dôme, de l’Eure-et-Loir et de l’Yonne pour les cantines de leurs collèges.
  • Un forfait psy pour les enfants. Lors d’une visite au CHU de Reims ce 14 avril, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’un forfait psy, avec dix séances prépayées pour les enfants âgés de 3 à 17 ans, affectés par la crise sanitaire.  
  • L’activité partielle pour les parents. “Si la classe de votre enfant est fermée, vous pouvez demander à votre employeur à bénéficier de l’activité partielle” a précisé Elisabeth Borne ce mardi sur Europe 1. La ministre du Travail rappelle que le salaire est pris en charge à hauteur de 84%, avec un reste à charge pour l’entreprise de 15%. Deux conditions sont requises : l’enfant doit avoir moins de 16 ans et les parents doivent être dans l’incapacité de travailler. Seul l’un des deux parents peut bénéficier de ce dispositif. 
  • Chômage partiel des parents : quand, montants, pour qui ?

    Durant la fermeture des écoles, les parents d'enfants de moins de 16 ans (ou en situation de handicap) qui doivent rester à la maison pour garder les enfants, et qui ne peuvent télétravailler peuvent bénéficier du chômage partiel. Explications.

  • Déplacements en famille : allègement le 3 mai, couvre-feu, sorties

  • Vacances de Pâques : dates, stages de réussite, déplacements

  • Crèches fermées : assistantes maternelles, aides pour les crèches

  • Evaluations nationales en CP : le retard du premier confinement rattrapé ?

  • Sans cours de natation, les noyades risquent d'augmenter cet été

Baccalauréat 2021, lycée et demi-jauge, brevet et BTS

  • Baccalauréat et Covid : les épreuves maintenues.L’objectif est de maintenir autant que possible les examens finaux tels qu’ils sont prévus aujourd’hui, notamment l’épreuve écrite de philo en juin et le grand oral du baccalauréat. Tout cela se prépare avec une extrême bienveillance, y compris pour les élèves” a déclaré Jean-Michel Blanquer sur RTL ce 1er avril.
  • Bac 2021 : dates, grand oral, épreuves du bac maintenues

    Les examens du baccalauréat, dont celui de philosophie, ainsi que le Grand oral, sont maintenus cette année. Pour les BTS, une session de rattrapage est ouverte en juillet pour tous les candidats qui n'auront pas validé le diplôme. Découvrez le calendrier des épreuves du bac 2021.

  • Lycée Covid : cours à distance, demi-jauge, autotests

    Ce lundi 26 avril, les collégiens et lycéens poursuivent les cours à la maison avant de reprendre en présentiel le 3 mai, en demi-jauge. Des autotests seront également réalisés dans les lycées.

  • Brevet 2021 : dates, comment va-t-il se passer ?

    Les collégiens en classe de 3ème sur l'année scolaire 2020/2021 auront un brevet particulier, du fait de la crise sanitaire. Jean-Michel Blanquer a confirmé le maintien des examens malgré l'épidémie de coronavirus. Comment va-t-il se dérouler ?

  • Les épreuves de BTS adaptées : dans un communiqué du 16 avril, les ministères de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur précisent que les épreuves de BTS seront adaptées pour tenir compte de la situation sanitaire. “A titre exceptionnel, une session de rattrapage pour l’année en cours” sera ouverte “à destination de l’ensemble des candidats qui n’auraient pas pu valider leur diplôme”. Quant aux stages de fin de BTS, ils seront plus flexibles pour permettre aux étudiants de mieux apprendre sur le terrain. Ils pourront par exemple être fragmentés et des mises en situation professionnelles pourront être organisées dans l’établissement de formation. 
  • BTS 2021 : les étudiants portent plainte contre Blanquer

    Un millier d'étudiants ont porté plainte contre Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal pour mise en danger de la vie d'autrui. Ils protestent contre le maintien des épreuves en présentiel, et réclament un contrôle continu

Masque à l’école : quels masques pour les enfants ?

Le masque à l’école est obligatoire pour les enfants dès l’âge de 6 ans et pour le personnel de l’Education nationale. Suite à l’apparition de variants, seuls les masques “grand public’ de catégorie 1 sont autorisés. 

Masque enfant : masque de catégorie 1, quel modèle choisir ?

  • Masque à l'école : catégorie 1, obligatoires dès le CP

    Depuis ce lundi 8 février, les masques chirurgicaux ou "grand public" de catégorie 1 deviennent obligatoires dans les espaces clos et extérieurs à l'établissement scolaire, dès le CP. Ce qu'il faut savoir sur les nouvelles mesures.

Quels risques de contamination à l’école ?

  • Contamination à l'école : quels sont les risques ?

    Quels sont les risques de transmission du virus chez les élèves ? Alors que le taux d'incidence augmente dans les établissements scolaires et que les collèges et lycées inquiètent, on fait le point sur les contaminations à l'école.

 

Covid à l’université : retour en présentiel à 100% en septembre

Ce 27 avril, la ministre de l’Enseignement supérieur a voulu se montrer optimiste concernant la rentrée de septembre des étudiants. “On prépare une rentrée 100% en présentiela indiqué, sur France Inter, Frédérique Vidal qui a ajouté qu’une “solution de repli à demi-jauges” était prévue. La ministre a aussi confié que le passage à une jauge à 50% dans les semaines qui viennent allait “permettre de tester les protocoles et de voir comment vont se mettre en place les possibilités d’autotests pour les étudiants“. Deux jours plus tôt, elle avait aussi annoncé dans 20 minutes que les examens terminaux dans les universités, suspendus jusqu’alors, allaient de nouveau être organisés “à compter du 3 mai. Ils auront lieu “en présentiel, à distance ou via la remise d’un rapport” en fonction des établissements. Repas à un euro, chèques psy, aide à l’emploi… Le gouvernement a mis en place certaines aides pour venir en aide à la jeunesse touchée par la crise sanitaire.

  • Covid université : présentiel en mai, concours, rentrée de septembre

    Ce 27 avril, la ministre de l'Enseignement supérieur a indiqué que les étudiants pourraient être en présentiel à 100 % à la rentrée de septembre et à 50% à partir de la mi-mai. Les examens auront lieu majoritairement en présentiel à partir du 3 mai.

  • Chèque psy étudiant : montant, modalité, liste, comment ça marche ?

    La crise sanitaire de la Covid-19 impacte la santé mentale des jeunes. Depuis le 10 mars, les étudiants peuvent s'inscrire sur une plateforme officielle afin de bénéficier de 3 consultations gratuites chez un psychologue ou un psychiatre. Pour qui ? Comment faire la demande et l'utiliser ? Liste et marche à suivre.

  • 1 jeune, 1 solution : emploi, formation, mentorat, quel soutien pour les jeunes ?

    Lancé durant l'été dernier pour aider les 750 000 jeunes qui arrivent sur le marché du travail cette année, le plan 1 jeune, 1 solution va être renforcé avec notamment l'obligation de formation.

Newsletter

Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.

Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Voir un exemple

Ce 17 février, le porte-parole du gouvernement a rappelé qu’aucun étudiant ne serait laissé pour compte et livré à lui-même. Il a précisé que près de 1,3 million de repas à un euro ont été servis dans les 500 points de restauration en France durant les trois premières semaines, pour venir en aide aux étudiants touchés par la crise sanitaire. En ce qui concerne le mal-être des jeunes, Gabriel Attal a ajouté que les chèques psychologiques mis en place et les autres mesures “doivent maintenant s’appliquer partout sur le territoire en faveur des étudiants”. Des aides pour l’emploi des jeunes sont également mises en place.

Source: Lire L’Article Complet