Ecole covid : cantine, tests, cours à distance, écoles ouvertes

Le couvre-feu dès 18 heures s’appliquera à toute la France dès samedi. Un million de tests par mois dans les écoles, pas de fermetures d’écoles, protocole sanitaire renforcé à la cantine, cours hybrides… Le point sur les annonces de Jean Castex et Jean-Michel Blanquer.

  • Couvre-feu à 18h
  • Mesures à l’école
  • Protocole à la cantine
  • 1 million de tests à l’école
  • Pas de fermeture des écoles

Couvre-feu à 18h dans toute la France, dès samedi

[Mise à jour du 14 janvier à 18h48]. Jean Castex annonce les nouvelles mesures pour freiner l’épidémie de covid-19 en France. “Nous devons tout faire pour éviter que le variant du virus ne progresse massivement”. A partir de samedi 16 janvier et pour au moins 15 jours, le couvre-feu s’appliquera dans toute la France. “Le Conseil scientifique a confirmé l’utilité du couvre-feu dans la lutte contre la pandémie”, a précisé Jean Castex. Il sera néanmoins possible de se déplacer pour aller chercher ses enfants à l’école ou à la crèche. 

Ecoles ouvertes, tests de dépistage, cours à distance : quelles annonces à l’école, collège et lycée ?

Le confinement du printemps dernier a creusé les inégalités scolaires et a cru le décrochage de nombreux enfants. Plusieurs pays voisins ont fait le choix de fermer les établissements scolaires ou de repousser la rentrée comme au Danemark, au Royaume-Uni, en Irlande ou en Italie. Mais le gouvernement souhaite tout faire pour éviter la fermeture des écoles. 

  • Le protocole sanitaire dans les cantines scolaires sera renforcé.
  • Nous allons suspendre jusqu’à nouvel ordre les activités physiques et sportives scolaires et extra-scolaires en intérieur. Toutes les pratiques d’intérieur sont suspendues, pour quelques semaines ce type d’activités, a ajouté le ministre de l’Education.
  • Tests à l’école. Nous allons augmenter notre capacité de dépistage dans les écoles avec un objectif de 300.000 tests par semaine, soit plus d’un million de tests par mois. Ces mesures doivent permettre de réduire davantage les risques, a précisé Jean Castex. Ces tests seront déployés dès le mois de janvier, dans les écoles, les collèges et les lycées pour le personnel et les élèves.
  • Comment protéger les élèves du variant du virus ? Le variant du virus est plus contagieux chez les enfants, mais il n’y a pas de cas plus graves, précise Olivier Véran. Dans ses recommandations, le Conseil scientifique ne recommande pas de fermeture des écoles, mais préconise une surveillance renforcée. 
  • Jean-Michel Blanquer rappelle qu’il est essentiel de maintenir les écoles ouvertes, notamment par rapport aux conséquences sociales et éducatives liées à la fermeture des établissements scolaires.
  • Cours à distance. Au-delà du 20 janvier, le gouvernement maintient les cours hybrides (en partie à distance et en présentiel) pour les lycéens. “Depuis le début du mois de novembre, les deux-tiers des lycées sont entrés dans ce mode de fonctionnement et cela fonctionne au cas par cas en tenant compte des capacités de chaque lycée”, précise le ministre de l’Education nationale. Ainsi, les lycée qui le souhaitent pourront continuer à être en mode hybride”.
  • Baccalauréat et cours à distance au lycée. Si les cours hybrides restent efficace face au Covid, le ministre de l’Education se dit attentif aux élèves de Terminale qui passent le baccalauréat cette année. “Notre recommandation est que les élèves de Terminale soit le plus possible en présence dans les établissements scolaires”.
  • Au collège : “à titre exceptionnel, lorsque les établissements rencontrent des contraintes, il peut y avoir aussi, au cas par cas, un système hybride, mais cela reste exceptionnel, car les élèves qui ne sont pas à l’école, à cet âge là, peuvent avoir des activités qui sont plus contaminantes”, a-t-il ajouté.

Quel protocole sanitaire à la cantine ?

Lors des repas à la cantine, les élèves retirent leur masque et mangent collectivement. Parents d’élèves et scientifiques avaient notamment alerté ces derniers jours sur ces lieux “à haut risque de contamination”. 

Ainsi, à l’école primaire, il n’y aura pas de brassage entre les classes. “Les élèves d’une même classe mangeront ensemble tous les jours et à la même table”, précise-t-il. Si cela n’est pas possible, “les temps de repas seront alors allongés pour permettre l’étalement des classes à la cantine”. Au cas par cas, on pourra aussi avoir recours à “des plats à emporter”. 

Dans l’enseignement secondaire, “l’hybridation des lycées permet de lever normalement la pression sur le temps des repas, puisqu’il y a moins d’élèves. Si l’établissement scolaire est en tension pour organiser le temps de restauration, le temps de service serait rallongé, et des repas à emporter seraient proposés. 

Dépistage à l’école : 1 million de tests par mois dès 6 ans

Lors d’un déplacement à Metz ce 14 janvier, Olivier Véran a annoncé un protocole qui vise à dépister jusqu’à un million d’enfants et d’enseignants par mois, ce qui est énorme. En descendant le dépistage jusqu’à l’âge de 6 ans, partout là où ça fait sens”. Le ministre de la Santé a précisé que le variant du virus “paraît plus contagieux”, y compris chez les enfants “sans que l’on ait plus de cas graves”. Rappelons que ce 3 janvier, le ministre de l’Education nationale avait précisé sur BFMTV que davantage de tests de dépistage allaient être déployés dans les lycées. “Le protocole va continuer à fonctionner et nous allons déployer encore plus fortement les tests, notamment dans les lycées qui maintiennent en majorité un système hybride comme c’est le cas depuis le début du mois de novembre”. Le ministre de l’Education a également précisé ce 10 janvier qu’“un million de tests en milieu scolaire” seraient effectués en janvier. Depuis le mois de novembre, seuls 10.000 tests avaient été réalisés dans des lycées d’une dizaine d’académies, et sur la base du volontariat

Pas de fermeture des écoles en France

Le gouvernement est opposé à la fermeture des écoles. “Nous avons fait un choix qui est d’essayer de maintenir notre système éducatif. On avait mesuré les effets catastrophiques du premier confinement. Et si l’école s’arrête, c’est très mauvais pour les enfants mais aussi pour l’économie. Si on ferme le système éducatif, l’économie française se met en carafe”, a déclaré Jean Castex, lors d’une visite à Metz à l’occasion du lancement de la vaccination des plus de 75 ans. Ce jeudi, le ministre annoncera des adaptations dans les établissements scolaires,  notamment dans les lycées. Le 7 janvier, le Premier ministre avait déclaré :“Il faut vraiment que la situation sanitaire soit gravissime pour fermer les écoles. Car nous savons que les conséquences, y compris sanitaires, de la fermeture des écoles sont absolument dramatiques“.

“Il n’y a pas lieu à ce stade d’envisager la fermeture des écoles“, avait affirmé Olivier Véran ce 10 janvier sur Europe 1. “S’il devait y avoir une circulation plus importante du virus chez les enfants (…) évidemment nous pourrions discuter, mais à ce stade, il n’y a pas lieu de l’envisager”. 

Le Conseil scientifique recommande l’ouverture des écoles

Newsletter

Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.

Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Voir un exemple

Ce 13 janvier sur France Info, le président du Conseil scientifique a précisé qu’il était favorable à l’ouverture des établissements scolaires, malgré le niveau élevé des cas de Covid. “On pense que les données anglaises sur la pénétration du virus ne sont pas suffisamment claires pour nous pousser à fermer les écoles en France”, a déclaré Jean-François Delfraissy. “Nous recommandons de poursuivre l’ouverture des écoles avec des mesures de surveillance beaucoup plus strictes” a ajouté le scientifique. La jauge déterminant une fermeture de classe, actuellement fixée à trois cas de covid, pourrait par exemple évoluer. “Il faut changer la jauge et dès le premier malade du variant anglais, il faut aller plus vite et fermer cette école a-t-il ajouté.

Source: Lire L’Article Complet