Elle dépose un projet de loi pour protéger les femmes qui allaitent en public

Le 15 juin 2021, l’élue LREM Fiona Lazaar a déposé une proposition de loi pour protéger les femmes qui allaient dans l’espace public à l’Assemblée Nationale. Elle propose la création d’un délit d’entrave à l’allaitement dans les lieux publics, puni d’une amende de 1 500 euros. 

Ni autorisé, ni interdit, le vide juridique autour de l’allaitement constitue, on l’a vu récemment à plusieurs reprises, un risque pour les femmes qui donnent le sein en public. 

On se souvient notamment de l’agression d’une femme à Bordeaux qui allaitait son enfant dans la file d’attente d’un point relais. Comme Maëlys, de nombreuses femmes sont chaque année victimes d’insultes, de gifles et de violence alors qu’elles nourrissent leur bébé en public, souvent sans que les témoins de la scène ne sourcillent, ou que les agresseurs ne soient inquiétés. 

Allaiter n’est pas de l’exhibitionnisme 

En plus de punir les personnes qui empêcheraient l’allaitement en public, ce projet de loi, par sa simple promulgation, entend démystifier et désexualiser le regard de la société sur la poitrine. Comme l’explique la député Fiona Lazaar au Figaro, ces violences font partie “d’une culture assez patriarcale où le corps de la femme, sa poitrine, se résumerait à un organe sexuel, alors que c’est aussi une façon de répondre aux besoins essentiels des enfants.”

Le projet de loi prévoit deux articles. Le premier vient rappeler que l’allaitement n’est pas une infraction d’exhibition sexuelle. L’élue LREM regrette d’avoir à le marteler à nouveau : “C’est un peu grave d’avoir à l’écrire mais malheureusement c’est ce qui est presque systématiquement reproché aux femmes qui reçoivent des remarques parce qu’elles allaitent”.

41 % des femmes en France trouvent ’embarrassant’ d’allaiter dans l’espace public.

Le second article quant à lui prévoit clairement la mise en place d’un délit d’entrave à l’allaitement : “Le fait d’interdire ou de tenter d’interdire l’allaitement d’un enfant dans l’espace public ou dans les établissements recevant du public est puni de 1 500 euros d’amende”, peut-on lire sur le site de l’Assemblée Nationale. 

Pour Fiona Lazaar, cette loi s’accompagne aussi d’un apprentissage collectif : “La sensibilisation et la formation des personnels travaillant dans des lieux publics sont aussi importantes, il faut changer de regard sur l’allaitement et mettre un stop à celles et ceux qui voudraient restreindre le droit des femmes”.

Un projet de loi nécéssaire

Depuis la présentation de son projet de loi, l’élue LREM affirme avoir reçu de nombreux témoignages de femmes “rassurées de savoir que la loi est de leur côté”.

Dans son projet, la députée cite une étude de 2015 indiquant que “41 % des femmes en France trouvent ’embarrassant’ d’allaiter dans l’espace public.””Il est alors important de se débarrasser du ‘jugement social’ envers les jeunes mères qui font le choix libre d’allaiter”, poursuit le plaidoyer de l’élue. 

Cette loi ne changera peut-être pas tout de suite les mentalités, ne banalisera pas tout de suite l’allaitement, mais elle protégera les femmes qui font le choix d’allaiter. Parce que l’allaitement est un choix, un droit qu’elles n’ont pas à renoncer par peur de se faire agresser.

Pour le moment, le projet en question a seulement été déposé à l’Assemblée nationale. Son examen n’est pas encore à l’ordre du jour. 

  • Être mère, entre quête idéaliste et culpabilisation latente
  • Pourquoi les femmes se cachent désormais les seins à la plage

Source: Lire L’Article Complet