“Faut arrêter le crack!” : Rachida Dati clashe Anne Hidalgo au Conseil de Paris

« Chouchoute », « Faut arrêter le crack », la maire du 7e arrondissement de Paris n’y est pas allée de main morte lors du conseil de Paris. 

Mardi dernier, Rachida Dati n’a pas hésité à interrompre Anne Hidalgo à plusieurs reprises au conseil de Paris. La maire de la capitale a décidé de laisser le micro de la maire du 7e arrondissement ouvert. « Souvent, les Parisiens qui sont à distance ne profitent pas des paroles de Madame Dati », a lancé ironiquement Anne Hidalgo. Le but de ce geste ? Que les habitants de la capitale « puissent voir comment les choses se déroulent dans ce Conseil » et constater « parfois, le manque de respect qui consiste à arriver en retard et à ne pas écouter les orateurs ». Rachida Dati n’a pas hésité à se lâcher. On vous donne toutes les infos.

Quand Rachida Dati dit à Anne Hidalgo "d'arrêter le crack" : ambiance au Conseil de Paris ????#Quotidien pic.twitter.com/fpUjyjv3LU

Alors que la maire de Paris abordait la question du budget, son ancienne rivale a fait plusieurs interventions : « Oh chouchoute! », « Bernard Cazeneuve reviens », « Avec l’argent des Parisiens! », peut-on entendre sur la vidéo. C’est lorsqu’Anne Hidalgo a abordé la question de l’écologie que Rachida Dati s’est montrée plus violente dans ses propos.

Faut arrêter le crack

« Faut arrêter le crack », a lancé la maire du 7e arrondissement de Paris. Un clin d’œil presque certain au projet d’Anne Hidalgo de mettre en place 4 sites de prise en charge des toxicomanes dans la capitale. « Le Conseil de Paris, ce n’est pas une estrade de tribune présidentielle. Les gamineries des uns et des autres, je considère que ce n’est pas au niveau de ce qu’attendent de nous les Parisiens« , a regretté Maud Gatel, la présidente du groupe Modem au Conseil de Paris. Rachida Dati « passe son temps à invectiver, insulter, lancer des noms d’oiseaux à tort et à travers. Son comportement est peu respectueux de la démocratie, pas respectueux de ses collègues », a regretté Rémi Féraud, président du groupe Paris en Commun. « Elle le fait dans l’intérêt des Parisiens et, bien sûr, nous comprenons qu’Anne Hidalgo préférerait ne pas avoir d’opposition », a, elle, souligné Nelly Garnier, conseillère du groupe Changer Paris. Un événement qui a été beaucoup critiqué sur les réseaux.

Source: Lire L’Article Complet