Gérald Darmanin désavoué par Emmanuel Macron ? « Les conseillers proposent mais le roi décide »

Le week-end de Pâques aurait dû faire l’objet d’un tour de vis policier, d’après les avertissements de Gérald Darmanin. Pourtant, Emmanuel Macron a décrété une tolérance pour les départs en vacances, ce mercredi 31 mars, contredisant ainsi son ministre de l’Intérieur.

Emmanuel Macron, un président qui agit seul (et contre tous) ? C’est ce que l’on peut remarquer en constatant le désaveu du chef de l’État à son propre ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Plus tôt dans la semaine, le “premier flic de France” avait annoncé des contrôles de police renforcés lors de ce week-end de Pâques, afin d’empêcher les Français confinés de sortir de leur rayon de 10 kilomètres. Une annonce rendue anachronique par la dernière allocution du président de la République, ce mercredi 31 mars. Dans sa très attendue prise de parole à l’Élysée, Emmanuel Macron a coupé court aux rumeurs circulant depuis plusieurs jours : oui, les établissements scolaires seront fermés pour trois à quatre semaines, mais non, les déplacements pendant ces trois jours de congés ne seront pas interdits. “Nos citoyens qui voudraient changer de région pourront le faire pendant le week-end de Pâques”, a fait savoir le locataire de l’Élysée, contredisant ainsi les propos antérieurs du ministre.

Ce changement de cap d’Emmanuel Macron, dans un contexte de reprise épidémique forte en France, traduit le tempérament solitaire du chef de l’État, qui semble décider tout seul, sans en référer à quiconque. C’est en tout cas l’avis de certains observateurs de la vie publique, à commencer par l’enseignante Barbara Lefebvre, présente dans le studio des Grandes gueules de RMC ce jeudi 1er avril. D’après l’essayiste, “les conseillers du roi ont des idées et des avis, mais le roi décide”. Le monarque, dans son petit conseil de défense, a bien dit ‘c’est moi qui signe les arrêtés à la fin du conseil. Vous me donnez vos avis et je décide'”, a ajouté la polémiste et chroniqueuse.

Un président encensé par son entourage

Depuis plusieurs mois, les voix s’élèvent en France contre les mesures de l’exécutif, dont certaines appellent depuis le début de l’année à reconfiner le pays ou fermer les écoles, en raison de la propagation rapide du virus et de ses variants sur le territoire. De son côté, Emmanuel Macron s’est montré catégorique : “pas de mea culpa” à faire, le chef de l’État ne regrette pas de ne pas avoir remis sous cloche les Français dès la fin du mois de janvier. Les avertissements ou recommandations des spécialistes du Conseil scientifique ne semblent plus l’atteindre en tous cas. Bien qu’il s’agace des “flagorneries” de son entourage, le président est encensé par sa garde rapprochée pour son “expertise” sur les sujets sanitaires. “Ce n’est pas un sujet inaccessible pour une intelligence comme la sienne”, avait même affirmé le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, dans une interview très commentée auprès du Monde ce mardi 30 mars.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet