Inde : une pub pour parfum indigne en s’amusant du viol collectif

« Nous sommes quatre et il n’y en a qu’une… Alors, qui va tirer son coup ? ». Cette phrase, tirée d’une publicité indienne à l’ambiguité malsaine, est accusée de promouvoir la culture du viol et de s’amuser des situations de détresse ressenties par les femmes. Tout est dans le jeu de mot avec « shot » (« coup », en français, dont le sens peut avoir une consonance sexuelle) et qui entretient une « blague » faisant allusion à un viol collectif.

Sous le feu des critiques, la marque Layer’r Shot a dû retirer sa campagne des antennes indiennes après avoir suscité l’indignation.

Suggérer un viol collectif pour vendre un parfum

L’une des versions du spot publicitaire, diffusée lors d’un match de cricket entre l’Angleterre et la Nouvelle-Zélande jeudi 2 juin 2022, met en scène une bande d’hommes qui entrent dans la chambre d’un ami, sur le lit, il est assis avec une jeune femme surprise par cette intrusion. L’un d’eux lance à l’homme sur le lit : « Tu as pris ton coup ? ». Ce à quoi il répond « Oui », sous le regard effaré de sa partenaire présumée.

Puis, l’un des arrivants remonte l’une de ses manches et dit « Maintenant c’est notre tour ». La bande s’avance alors vers le lit, la femme est apeurée. Finalement, les hommes se dirigent vers la bouteille de parfum intitulée The Shot, qui se trouve derrière elle, et s’aspergent face caméra. C’est ainsi qu’ils ont pris leur « shot ».

Samedi 4 juin 2022, Swati Maliwal, présidente de la Commission de Delhi pour les femmes, a interpellé le gouvernement indien pour dénoncer cette publicité. « Elle fait clairement la promotion de la violence sexuelle contre les femmes et les filles, et favorise une mentalité de violeur chez les hommes », a-t-elle écrit au ministère de l’Information et de la Radiodiffusion.

  • Israël : grève et manifestations après le viol collectif d’une adolescente par une trentaine d’hommes
  • « La nouvelle meute » : en Espagne, mise en examen de cinq Français soupçonnés d’un viol collectif

La publicité bannie par le ministère de l’Information

Moins de 24h après, écrit CNN Business, l’institution a ordonné son bannissement immédiat. Dans un communiqué, la marque a présenté ses excuses et a annoncé l’arrêt de la diffusion de la publicité sur toutes les plateformes. Layer’r Shot estime que sa campagne a été « mal perçue par certains », et que le but n’était pas « de blesser les sentiments de quiconque » ou « de porter atteinte à la pudeur des femmes ».

« C’est honteux et dégoûtant », a réagi l’actrice indienne Priyanka Chopra sur Twitter, indignée comme d’autres stars de Bollywood telles que l’actrice Richa Chadha et scénariste et réalisateur Farhan Akhtar. « Quel esprit incroyablement insipide et tordu faut-il pour imaginer, approuver et créer ces publicités puantes faisant allusion au ‘viol collectif’ de spray corporel ? », s’est agacé ce dernier sur Twitter lui aussi.

En 2012, le viol collectif d’une jeune indienne de 23 dans un bus de New Dehli avait provoqué l’effroi dans le pays et au-delà. Le 16 décembre de cette année, Jyoti Singh, étudiante en kinésithérapie, avait été brutalement violée par six hommes, dont un adolescent, face à son compagnon impuissant. Les agresseurs avaient notamment utilisé une barre de fer. La victime avait succombé à ses blessures, d’une hémorragie interne, quelques jours après l’agression.

L’affaire a profondemment traumatisé l’opinion publique et une loi anti-viol a été adoptée le 22 mars 2013, durcissant les peines des agresseurs et permettant une libération de la parole des victimes. Pour autant, les femmes continuent d’être victimes de crimes sexuels atroces à travers le pays.

  • Les femmes victimes de violences sexuelles sont davantage exposées à un risque d’hypertension
  • Muriel Salmona, la psy qui se bat pour les victimes d’amnésie traumatique

Source: Lire L’Article Complet