J’ai souvent des fourmillements, ça cache quoi ?

Sentir dans les fourmillements extrémités comme de petits picotements peut inquiéter. Mais heureusement, la plupart du temps, ces désagréments n’ont rien d’alarmant.

Restez informée

Fourmillements : que cachent ces sensations ?

La plupart de ces manifestations témoignent d’un nerf comprimé qui retrouve sa sensibilité. C’est ce que l’on éprouve lorsque nos jambes sont restées croisées trop longtemps, par exemple. Ces légers engourdissements peuvent aussi cacher des causes plus inquiétantes. Alors avant que le mental ne fourmille de craintes, petit tour d’horizon des possibilités…

Une hypotension

Ces “fourmis” peuvent annoncer une baisse de tension voire un malaise proche. En principe, les fourmillements se volatilisent au bout de quelques minutes. On peut s’allonger et surélever les jambes en attendant. Mais si la chose se répète au quotidien, mieux vaut consulter son généraliste.

Une crise de spasmophilie

Cette forme légère de tétanie peut provoquer palpitations, spasmes et respiration accélérée. Les picotements se focalisent dans les mains, les pieds et autour de la bouche. En cause : des troubles du sommeil, du stress. L’hérédité ou la carence en certains micronutriments (magnésium, vitamine D…) prédisposent aux crises de spasmophilie. Une cure d’oligoéléments, le sport, la méditation et la relaxation peuvent soulager.

Le syndrome du canal carpien

En plus d’un engourdissement ou bien de décharges électriques dans les doigts, ce syndrome peut entraîner une douleur dans la main qui va irradier dans le bras. Parfois, le pouce perd en mobilité. Le tout résulte de la compression du nerf médian au niveau du poignet. Un traitement médical à base de dérivés de cortisone et de repos (avec orthèse du poignet) peut suffire à stopper le mal.

Une neuropathie périphérique

Cette maladie du système nerveux touche en général les plus de 65 ans et les diabétiques. L’atteinte d’un nerf peut entraîner des troubles moteurs, la disparition du réflexe de contraction musculaire lorsqu’on percute le tendon (ce que le médecin vérifie avec un marteau) ou des contractions involontaires. Il existe de multiples explications possibles qui exigeront un traitement et des analgésiques afin de limiter la douleur.

Un AVC

Les fourmillements peuvent être les premiers signes d’un accident vasculaire cérébral imminent. Ils s’accompagnent alors d’une difficulté à parler, de violents maux de tête, d’un manque de tonus musculaire, voire d’une paralysie transitoire d’une partie des membres supérieurs. Parfois, ces signaux se répètent avant l’AVC lui-même. Un seul réflexe : appeler le 15. La rapidité de la prise en charge est cruciale pour limiter les séquelles et le risque de décès.

A lire aussi :

⋙ 5 astuces rapides pour en finir avec les fourmis dans les jambes

⋙ AVC chez la femme : les signes qui doivent alerter

⋙ L’équilibre, ça se travaille : 5 exercices à adopter au quotidien

Source: Lire L’Article Complet