L'avocate de Richard Berry a "des doutes sur l'authenticité des souvenirs" de sa fille

Invitée sur France Info, lundi 15 février, l’avocate de Richard Berry, Maître Sophie Obadia a répondu aux accusations de viols et agressions sexuelles émises par Coline Berry à l’encontre de son père.

Depuis l’audition de Coline Berry-Rojtman, le 12 février, à la brigade de protection des mineurs de Paris, c’est par voie de presse que s’affrontent les avocates de cette dernière et de son père. Lundi 15 février, sur le plateau de France Info, Me Sophie Obadia a pris la défense de son client, Richard Berrry, accusé d’actes incestueux par sa fille. «Il a beaucoup de choses à dire dans cette affaire, qui n’en est d’ailleurs pas une pour lui» a déclaré l’avocate, qui souhaite que son client soit lui aussi auditionné. «Il réfute totalement des gestes déplacés ou des gestes incestueux vis-à-vis de sa fille, de ses filles d’ailleurs. Il s’interroge, ce que je trouve très authentique chez lui, sur ce qui a pu motiver un tel divorce (…) entre un père et sa fille», a-ajouté Me Sophie Obadia.

“J’ai des doutes sur l’authenticité de son souvenir”

La fille de l’acteur a notamment évoqué, dans sa plainte, une scène de jeux sexuels mettant en cause Richard Berry et sa compagne de l’époque, Jeane Manson. Tous deux ont farouchement démentis les faits. Citée comme témoin de la scène par Coline Berry, la fille de Jeane Manson, Shirel Sayegh, a elle aussi réfuté ces accusations. Les faits aujourd’hui prescrits, se seraient déroulés entre 1984 et 1986. «Je lis la scène rapportée par cette jeune femme, qui a maintenant 45 ans, je ne dis pas du tout être une menteuse, je dis que j’ai des doutes sur l’authenticité de son souvenir», a estimé Me Sophie Obadia.

Faisant suite aux propos de la plaignante Coline Berry-Rojtman interviewée le même jour sur France Info, Me Obadia a dénoncé «la peoplisation, la médiatisation à outrance hors les tribunaux – j’ai entendu ce (lundi, NDLR) matin Coline Berry dire : “Je n’ai pas eu besoin d’un procès” donc nous sommes hors procès…». Rappelant les grands principes de la présomption d’innocence et de la prescription, l’avocate craint «une catastrophe».

En vidéo, l’audition de Coline Berry-Rojtman était “une épreuve”, selon son avocate

À lire aussi : les avocats de Richard Berry mettent en doute «l’authenticité» des souvenirs de Coline Berry »

“Elle ment, elle est mythomane”

Le soir même, sur le plateau de «C à vous», Me Karine Shebabo, avocate de Coline Berry-Rojtman, a pris la défense de sa cliente. «J’invite toutes les personnes qui s’intéressent à cette affaire à regarder quelle est la ligne de défense de Coline Berry et quelle a pu être celle de Richard Berry. Je note qu’il y a eu une évolution. On est passé de “Elle ment, elle est mythomane” à ‘”Je ne mets plus en doute sa parole mais plutôt l’authenticité de son souvenir”. Je crois aussi qu’il faut essayer d’apprécier de quel côté se trouvent les mensonges», a-t-elle plaidé.

Une médiatisation lourde à porter

Alors que les faits sont prescrits et que l’affaire a de fortes chances d’être classée, la fille de Richard Berry tient à leur «reconnaissance», et entend «donner le courage à d’autres de prendre la parole». «Ma plainte, je savais qu’elle n’allait pas être passée sous silence. J’exposais aussi ma famille, mes enfants, à une médiatisation qui est lourde à porter. Mais les effets secondaires négatifs sont moins importants que le bénéfice que je pense être à l’issue de cette démarche», a-t-elle expliqué dans son interview à France Info.

Source: Lire L’Article Complet