Le Bon plaisir : ce film est-il inspiré d’une histoire vraie ?

A l’occasion de la diffusion du film Le Bon plaisir samedi 26 décembre 2020, à partir de 21h05 sur Public Sénat, Télé Star vous dévoile si ce long-métrage trouve son origine dans une histoire qui s’est réellement produite ou pas.

Sorti au cinéma en 1984, le film baptisé Le Bon plaisir, porté par Catherine Deneuve et Michel Serrault, sera rediffusé samedi 26 décembre 2020, à partir de 21h05 sur la chaîne parlementaire Public Sénat. Réalisé par Francis Girod, ce long-métrage est l’adaptation cinématographique du roman éponyme de Françoise Giroud, paru l’année précédente. Le scénario de cette œuvre relate l’histoire du personnage de Claire Després, incarné à l’écran par Catherine Deneuve. Cette dernière, qui a eu une liaison avec un homme ambitieux devenu président de la République, se fait voler son sac à main, dans lequel se trouve une lettre laissant entendre qu’un enfant pourrait être né de cette liaison.

En fait, Le Bon plaisir évoquait l’existence de l’enfant cachée du président François Mitterrand, Mazarine, 10 ans avant que le fait ne soit officiellement révélé. Le roman de Françoise Giroud, dans lequel le scénario de ce long-métrage trouve ses origines, avait d’ailleurs été publié aux éditions Mazarine, affiliées aux éditions Fayard. Cependant, Françoise Giroud n’a jamais voulu confirmer cette théorie. De plus, la biographie de la journaliste/écrivaine par Laure Adler a remis en cause cette version. Elle prétendra que ni la vie de François Mitterrand, ni l’existence de Mazarine Pingeot, n’ont inspiré cette histoire. En fait, ce récit relaterait plutôt une situation similaire vécue par un ministre du gouvernement de l’époque, dont l’identité reste toujours inconnue à ce jour.

Le Bon plaisir : un film tourné dans de vrais lieux de pouvoir

Pour l’anecdote, le livre de Françoise Giroud est un "roman à clé". Il s’agit d’un sous-genre romanesque dans lequel certains personnages, ou la totalité de ceux-ci, représentent de façon plus ou moins explicite une personne réelle. Sous le couvert de la fiction, l’auteur écrit en réalité une histoire vraie, souvent pour éviter la diffamation, tout en faisant une satire. La "clé" de l’histoire, qui fait comprendre au lecteur qu’il s’agit d’une histoire vraie, est habituellement une personnalité publique reconnue. Son équivalent cinématographique est le "film à clé".

Source: Lire L’Article Complet