Le cheddar, un fromage aux multiples facettes

Ce fromage né dans le village de Cheddar en Grande-Bretagne n’est pas connu pour être le plus diététique de tous. Il est vrai qu’avec ses 33% de lipides, il fait partie des fromages les plus gras du marché… Mais consommé avec modération et intégré à une alimentation variée et équilibrée, il peut tout de même apporter des bienfaits pour la santé.

Les bienfaits nutritionnels du cheddar

Comme tous les fromages, le cheddar représente une excellente source de calcium. Ce minéral contribue au bon fonctionnement musculaire et nerveux, à une bonne circulation sanguine, ainsi qu’au maintien des os et des dents. Une part de 30g de cheddar représenterait 24% de l’apport journalier d’un adulte ou d’un enfant à partir de 8 ans. 

Par ailleurs, le cheddar est un fromage qui regorge de vitamines. Riche en vitamine A, qui contribue fortement à une bonne vision, il est également doté de vitamine D qui booste l’immunité. Il contient aussi de la vitamine B : une part de 30g de cheddar représenterait environ 10% de l’apport quotidien en vitamines B2, B9 et B12. Enfin, il apporte des quantités considérables de protéines de bonne qualité pour l’entretien de la masse musculaire. 

Le cheddar à préférer au fromage allégé  

C’est plutôt surprenant, mais le cheddar serait meilleur pour la santé que le fromage allégé. C’est du moins ce qu’avance une étude publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition en 2018. Comme le rapporte Business Insider France, l’expérience à été conduite sur des adultes pendant six semaines. Une partie d’entre eux a mangé du cheddar riche en graisses saturées – environ 120 g par jour – alors que les autres ont mangé du fromage à teneur réduite en graisse.

Conclusion ? Les participants du premier groupe ont constaté une baisse de leur taux de cholestérol comparé aux membres du second groupe. Grâce à cette expérience, les scientifiques ont jugé que la graisse laitière, consommée sous forme de fromage, ne serait pas intégrée de la même façon par l’organisme quand elle est consommé comme un aliment entier et non sous forme allégée. Le fromage serait donc à privilégier dans sa forme entière. 

Un fromage à consommer avec modération

C’était presque trop beau pour être vrai. Au delà de ses vertus sur la santé, il faut rappeler que le cheddar, doit être consommé avec modération. D’ailleurs, certaines études ont montré les limites d’une consommation importante de produits laitiers. 

A New York aux États-Unis, une équipe de scientifiques du Roswell Park Cancer Institute a conduit une recherche en examinant plus de 3 000 femmes sur une période de 11 ans. Près de deux tiers d’entre elles avaient un cancer du sein. En mesurant leur ingestion de produits laitiers, ils ont découvert que le fromage pouvait être responsable d’une augmentation de 53% des risques de ce cancer, et tout particulièrement le cheddar et le fromage à la crème. “Cette étude sur les différences entre les femmes et leur consommation de produits laitiers offre une nouvelle compréhension significative des facteurs de risque potentiels associés au cancer du sein”, déclarait alors Christine Ambrosone, PhD, directrice du département du cancer.

Il est important de noter enfin que sa teneur en lipides est considérable. En cas de consommation excessive, cela contribuerait à une augmentation du taux de cholestérol dans le sang. Il est donc à consommer raisonnablement en cas d’hypercholestérolémie ou de surpoids. Son taux en sel étant élevé, les personnes souffrant d’hypertension artérielle doivent également le consommer avec parcimonie.

Source: Lire L’Article Complet