Le micro-don : simple, rapide et sans engagement !

Simple, rapide, sans engagement, cette nouvelle forme de générosité, quasi indolore pour les donateurs, fait du bien aux associations. Un système qui gagne à être connu.

Restez informée

Sur le buffet de la cuisine, le bocal bien rempli miroite au soleil. Catherine y jette régulièrement la petite monnaie qui traîne au fond de ses poches ou encombre son porte-monnaie, toutes ces pièces de 1 ou 2 centimes dont on ne sait que faire… « Avant, je les gardais pour l’opération Pièces Jaunes, et je les déposais dans la tirelire, à La Poste. Cette année, ils ont préféré la supprimer, à cause du Covid… », regrette l’institutrice retraitée. « Avec les élèves de ma classe, nous participions aussi à la collecte », précise-t-elle.

Les Pièces Jaunes se dématérialisent

Depuis trente ans, on s’était tous habitués à cette opération solidaire, à l’initiative de la Fondation des Hôpitaux, pour aider les enfants hospitalisés et leurs familles. En nous débarrassant de nos petites pièces dans les boîtes mises à disposition, on faisait une bonne action, facilement, et à peu de frais. Du micro-don déjà, sans que l’expression soit encore de mise. En 2021, pour la première fois, les pièces jaunes (et rouges) resteront au fond de leur bocal avec une collecte désormais 100 % numérique, crise sanitaire oblige. « Cette année, les Pièces Jaunes prennent tout, sauf les pièces », confirme le slogan de l’opération, précisant que « les traditionnelles tirelires passent le relais à de nouveaux modes de collecte pour mieux s’adapter aux usages actuels ».

L’arrondi ou quand des centimes font des millions

Ces « usages actuels », – toujours plus de techno et de moins en moins de cash au profit de la carte bancaire –, ont présidé dès 2009 à la création de microDON, une start-up de l’économie sociale à l’origine de l’arrondi solidaire, autre formule de plus en plus populaire. Vous l’avez sans doute déjà pratiqué à la caisse de votre supermarché ou enseigne préférée.

Son principe ? Juste avant de taper le code de la carte bancaire, un message apparaît sur le terminal de paiement électronique proposant d’arrondir le montant de la transaction à l’euro supérieur, par exemple 15 € au lieu de 14,96 €. Ces quelques centimes d’écart sont directement reversés à une association partenaire. Voilà comment on « micro-donne » au quotidien, presque sans y penser.

Une goutte d’eau ? Oui, mais elle commence à avoir des allures de belle rivière solidaire, d’autant qu’après l’arrondi en caisse en 2013, micro-DON a développé l’option d’arrondi sur salaire et sur relevé bancaire. En douze ans, 27 millions d’euros ont ainsi été collectés, 8 millions rien qu’en 2020, dont 6,2 pour l’arrondi en caisse. C’est peu comparé aux dons de particuliers effectués en France chaque année (2,6 milliards d’euros en 2019 selon la Direction générale des Finances publiques). « Mais 6,2 millions en caisse, ce sont 22 millions de personnes qui ont dit oui pour donner à l’une des 204 associations bénéficiaires l’an dernier », se réjouit Mathieu Jubré. Le directeur du marketing et du développement de microDON précise que 39 enseignes et 8 000 points de vente sont partenaires en France. Et que la formule devrait continuer à séduire, favorisée par l’essor de l’e-commerce et des paiements sur internet.

1 350 associations de… bienfaiteurs !

« 100 % des micro-dons sont reversés aux associations choisies par les enseignes », rassure Mathieu Jubré. « Leur nom figure systématiquement sur le terminal de paiement, et une signalétique est posée à proximité de la caisse.» En douze ans, plus de 1 350 associations ont été soutenues. Depuis le début de la crise sanitaire, de nombreuses enseignes ont privilégié des causes en rapport avec le Covid-19 pour aider les soignants et les hôpitaux. « Nous savons être réactifs, pousser une association ayant un besoin urgent, mais toujours avec un contrôle en amont. Et le micro-don n’est jamais automatique », insiste-t- il. « On ne force la main à personne. Le client peut toujours dire non, voire se rétracter. » Et obtenir un remboursement de 32 centimes, comme c’est arrivé une fois, l’an dernier.

A lire aussi :

⋙ Impôts 2020 : comment déclarer vos dons aux associations ?

⋙ 6 idées pour arrondir ses fins de mois à 60 ans et plus

⋙ Léguer de l’argent à une association, mode d’emploi

Source: Lire L’Article Complet