Le sneating : cette tendance séduction osée… pour manger à l’œil !

La galanterie veut que l’homme paie l’addition lors du premier rendez-vous. Une bonne occasion d’en profiter, et d’en abuser.

Pratique peu reluisante, qui souvent cache pourtant une triste réalité. Si vous connaissiez déjà le ghosting, soit pour l’avoir vécu, et mal vécu, soit pour l’avoir pratiqué, le sneating, lui, s’en rapproche. Mais avec une signification bien moins élégante. Pire que le ghosting c’est possible ? Oui… 

Le but : accepter un rendez-vous amoureux, dans le seul et unique but de se faire inviter (et payer) un bon dîner. Les adeptes de la technique sont en phase avec eux-mêmes et n’ont aucune intention de revoir leur date après. Une technique facile à pratiquer de nos jours, notamment grâce aux réseaux sociaux, sur lesquels beaucoup affichent leur train de vie, et donc leur finance et leur goût pour les bons restaurants gastronomiques. 

L’occasion donc pour certaines femmes, (oui, les adeptes de cette technique sont en grande majorité de la gent féminine…), de se renseigner un peu plus, et de ne pas se gêner. D’autant que, c’est bien connu, pour les hommes, payer l’addition est en général un sous-entendu pour faire comprendre qu’il veut vous revoir. Et cette habitude, Justine en difficulté, ou encore Sarah, étudiante, en prennent désormais partie : « J’enchaînais les mauvais dates avec des mecs. À l’époque, en bonne féministe, j’insistais pour payer ma part de l’addition. Jusqu’au jour où une de mes amies m’a dit que quitte à passer des soirées pas terribles, je pourrais au moins éviter de dépenser mon argent. » raconte Justine. Et une fois que la machine est lancée, elle ne s’arrête plus. 

Comme c’est le cas pour Sarah étudiante, qui« La plupart du temps, je mange du riz avec de la sauce soja« . Mais ça, c’était avant de découvrir le sneating :« J’ai commencé à être plus stratégique sur les garçons j’échangeais sur Tinder. Ceux qui se disaient vieux jeu ou qui affirmaient savoir comment ‘traiter une dame étaient au rendez-vous’. Je fais ça depuis environ six mois, et j’ai réussi à avoir environ 40 repas gratuits dans de bons restaurants », confie-t-elle dans le magazine Whimn. 

Une pratique évidemment à éviter pour ne pas entrer dans l’engrenage… et garder espoir de trouver l’homme de sa vie. Mais qui cache finalement parfois des situations difficiles.

Pour réellement trouver l’amour : Dr Love : Des sites de rencontre sur mesure !

Source: Lire L’Article Complet