Les héritiers de Leonard Cohen envisagent de porter plainte contre Trump

Des héritiers furieux ! La Convention nationale républicaine de la semaine dernière, qui a officiellement investi 
Donald Trump comme candidat républicain à l’élection présidentielle américaine, a aussi été marquée par l’utilisation à deux reprises du tube de
Leonard Cohen, Hallelujah. Dans un communiqué publié sur la page Facebook officielle de l’artiste vendredi, des représentants de la succession de Leonard Cohen et de Sony ATV Music Publishing ont annoncé qu’ils « exploraient les options légales » pour l’utilisation non autorisée de l’iconique morceau.

Une version enregistrée par Tori Kelly a été diffusée lors d’un feu d’artifice jeudi, juste après le discours de Donald Trump, et une deuxième a été chantée en direct par le ténor Christophe Maccio.

« Nous avons décliné leur demande »

« A la veille de la fin de la convention, des représentants du Comité national républicain nous ont contactés pour obtenir l’autorisation de jouer en direct Hallelujah de Leonard Cohen. Nous avons décliné leur demande », déclare Brian J. Monaco, président, directeur général du marketing mondial, SONY/ATV Music Publishing.

« Nous sommes surpris et consternés que la Convention nationale républicaine ait décidé de poursuivre en sachant que les héritiers de Leonard Cohen avaient spécifiquement refusé la demande d’utilisation », explique Michelle L. Rice, représentante légale de la succession Cohen, qui déplore également une « tentative plutôt effrontée de politiser et d’exploiter de manière si flagrante Hallelujah, une des chansons les plus importantes du catalogue de chansons de Cohen ».

Elle a ajouté une pique ironisant sur le fait que si la Convention nationale républicaine avait demandé à utiliser You Want It Darker (Vous le voulez plus sombre) de Léonard Cohen, il aurait peut-être reconsidéré sa demande.

De nombreuses stars mécontentes

C’est loin d’être la première fois que l’utilisation d’une chanson par Trump et le parti républicain américain met en colère les musiciens et leurs représentants.

Les héritiers de Leonard Cohen rejoignent la longue liste des artistes qui ont manifesté publiquement leur mécontentement face à l’utilisation d’une chanson par Donald Trump et le parti républicain américain. Cette liste inclut Tom Petty, Rihanna, Elton John, Adele, Guns N Roses, Pharrell, Queen, la succession de Prince, Aerosmith, Earth Wind and Fire.

Récemment Neil Young a porté plainte pour l’utilisation d’un morceau lors d’un meeting de campagne. Les Rolling Stones ont également menacé le président américain de poursuites judiciaires.

Source: Lire L’Article Complet