Mafia Remake : Une bonne modernisation presque complète, notre test

Mafia, premier du nom, fait son grand retour avec un remake maîtrisé techniquement et graphiquement, mais qui aurait gagné à être modernisé sur certains points.

Tous les joueurs de Mafia gardent un très bon souvenir du jeu sorti initialement en 2002. Une ambiance exceptionnel et le point de départ d’une licence qui va se développer et se poser avec seulement deux jeux. Avec son côté GTA dans les années 1930 qui fonctionne très bien, mais ses spécificités de gameplay qui lui permet tout de même de s’éloigner du monstre de Rockstar, Mafia s’impose rapidement. Après la sortie des remastered de Mafia II et Mafia III il y a quelques mois, 2K Games nous propose pour ce 25 septembre le remake du premier opus, avec quelques semaines de retard sur la sortie initiale, pandémie oblige. En tout cas, c’est un remake à ne pas manquer aussi bien pour les fans de la première heure que pour les curieux.

Beauté et tradition

On avait déjà largement parlé de cet aspect dans notre preview du remake de Mafia, mais le travail de Hangar 13 pour embellir Lost Heaven est admirable. Que ça soit sous la pluie dans la nuit ou en pleine journée, on se retrouve directement plongé dans l’ambiance des années 30 et de la prohibition et il suffit de quelques minutes au volant avec du jazz à la radio pour être plongé dedans. En plus de l’histoire, le jeu propose un mode inédit qui permet d’explorerr librement dans la ville pour récupérer les objets à collectionner et c’est aussi l’occasion de se balader dans les rues pleine de néons ou à China Town et découvrir véritablement la ville.

Un mode plutôt sympa sachant que ce remake reste très fidèle à la structure des jeux Mafia. Ce monde ouvert ne va pas proposer de quêtes annexes ou d’activités secondaires mais va servir uniquement à se rendre aux objectifs du chapitre en cours et vers le prochain personnage à qui il faut parler. Un modèle bien loin de ce qu’on a l’habitude de voir dans les open-world actuels, mais qui permet à Mafia de garder son identité. Pour les complétionistes, explorer la ville sera aussi l’occasion de trouver toutes les voitures du jeu pour les ajouter à son garage, une nouvelle fonctionnalité également accessible depuis le menu principal.

Le gangster (trop) classique

Côté scénario, les choses n’ont pas changé d’un poil par rapport à l’original. On incarne toujours Tommy, un chauffeur de taxi qui se retrouve malgré lui embarqué dans la mafia et monte les échelons avec les années. Rien de surprenant là dedans, puisque même à l’époque de sa sortie, Mafia proposait une histoire relativement classique dans le thème du film de gangsters. Le remake garde le même format de narration où Tommy raconte sa vie et balance ses collègues à un policier en échange d’une protection pour lui et sa famille, mais les cinématiques ont droit à une mise en scène plus moderne et des plans caméra beaucoup plus travaillés, donnant aux réunions de la famille une ambiance totalement différente et beaucoup plus immersive de cette façon.

Il y a quand même un point du scénario est dommageable, c’est que Hangar 13 n’ait pas pris le temps d’enrichir l’histoire en dehors de sa mise en scène, ce qui est une attente légitime lorsque l’on parle d’un remake. Tommy est en train de balancer ses partenaires criminels en échange de la protection de sa femme et sa fille, mais pendant toute la durée du jeu, on va voir sa femme quatre minutes, et on n’entendra juste parler de sa fille pendant quelques secondes. On passe complètement à côté de cet aspect de la vie de Tommy qui est pourtant capital et c’était déjà quelque chose qui manquait dans l’original. Un petit chapitre qui montre l’importance de sa famille face à la Famille aurait été un superbe ajout dans le cadre du remake, plutôt que de devoir attendre l’épilogue.

Les valeurs sûres

Comme pour la trame narrative, le gameplay n’a pas connu de changements majeurs. Le système de healing se base toujours sur une petite régénération de santé et des packs de vie trouvables dans les zones de combats et les phases de tir se font avec un système de couvertures. La conduite un peu lourde n’a pas changé non plus mais on l’accepte facilement étant donné qu’on pilote des automobiles des années 30. Si les gun fights auraient gagné à avoir un peu plus de dynamisme et surtout une IA un peu moins idiote, la difficulté reste bien dosée et Hangar 13 décide de rester sur des valeurs sûres de gameplay pour ne pas trop dénaturer son remake.


Ça vaut quoi ?

Mafia Remake est un bon remake d’un point de vue visuel et technique. La ville est superbe à explorer, l’ambiance des années 30 est géniale et la mise en scène moderne des différentes cinématiques renforce l’immersion. Il y a cependant un point technique négatif qui vient casser cet aspect : les expressions faciales manquent vraiment d’humanité. Les personnages n’ont pas le visage figé et inexpressif pour autant mais il manque quelque chose pour que Tommy, Paulie, Don Salieri et les autres aient des expressions un peu moins robotiques. Côté gameplay, ce remake ne prend pas de risque et reste sur la structure qui a fait le succès de Mafia, que ça soit dans son cheminement ou les combats et ce n’est pas gênant, après tout c’est un remake. Cependant, on trouve dommage que l’intrigue n’ait pas eu droit à un petit peaufinage pour apporter plus de profondeur à Tommy et qu’on se sente beaucoup plus investi dans sa vie et son avenir, là où on ne fait que rester spectateur extérieur, surtout que le jeu se termine en à peine une dizaine d’heures.

Source: Lire L’Article Complet