Mark Zuckerberg a peut-être menti à propos du chiffrement de WhatsApp

Mark Zuckerberg l’a affirmé lors de son passage devant le congrès américain : personne ne peut consulter les messages et fichiers des utilisateurs. Ce qui serait faux puisque la modération a accès au contenu chiffré.

WhatsApp a beau être une messagerie très appréciée avec de nouvelles fonctions en développement, sa maison mère suscite toujours la méfiance. Il faut dire que Facebook a une mauvaise image auprès des consommateurs et Apple Insider nous apprend aujourd’hui que Mark Zuckerberg a peut-être menti au congrès américain à propos du chiffrement du service. En 2016, WhatsApp annonce l’utilisation du chiffrement de bout en bout pour toutes les communications, des messages aux fichiers. Une protection supérieure contredite par un rapport de ProPublica. On apprend que Facebook emploie 1000 personnes à Austin, au Texas, à Dublin et à Singapour pour « examiner des millions de contenu d’utilisateurs » grâce à un « logiciel spécial pour consulter ce qui a été signalé ou repéré par l’IA ». Lors de son passage devant le congrès américain en 2018, Mark Zuckerberg avait spécifiquement indiqué que personne ne peut voir le contenu chiffré.

Il semblerait que ces affirmations soient étayées par une plainte déposée auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) en 2020 expliquant que des personnes externes surveillent les messages, images et vidéos… Le porte-parole de WhatsApp déclare ne « pas avoir vu cette plainte » tandis que la SEC n’a pas encore communiqué à ce propos. Mais Apple Insider nuance ces accusations à l’égard de Mark Zuckerberg. Il semblerait que lorsqu’un utilisateur signale un message, toute la conversation n’est pas envoyée aux équipes de WhatsApp. Seul celui concerné est transmis en plus des quatre précédents sous une forme non cryptée. Précisons tout de même que ce n’est pas la première fois que le service de messagerie est accusé d’être peu protégé. En 2017, des allégations ont été formulées concernant la découverte d’une porte dérobée permettant à Facebook de voir les messages cryptés. L’entreprise avait nié.

Source: Lire L’Article Complet