Mauvaise nouvelle, la 8ème vague de Covid-19 a déjà commencé

Dans un extrait du dernier Complément d’Enquête (France 2), diffusé ce jeudi 22 septembre 2022 et relayé par Franceinfo, Jérôme Salomon ne laisse pas de place au doute : la 8ème vague de Covid-19 aurait bel et bien débuté, notamment à cause d’une hausse des cas de contaminations post-rentrée des classes. 

« Oui, objectivement, il y a une augmentation des cas, notamment chez les jeunesse », assure de son côté le directeur général de la santé face à Tristan Waleckx. 

Partagés par le Pr Jean-Daniel Lelièvre, chef de service des maladies infectieuses de l’Hôpital Henri-Mondor à Créteil, ces propos vont pourtant à l’encontre des estimations du ministre de la Santé. Lundi 19 septembre, sur France Inter, François Braun assurait quant à lui qu’il était encore « trop tôt » pour parler de nouvelle vague.

Mercredi 21 septembre, 38 250 cas positifs ont pourtant été recensés en 24h, selon Santé Publique France. On fait le point sur la situation actuelle en France.

Une hausse de 13,9% des cas en une semaine

« La moyenne glissante repasse au-dessus de 30 000 cas par jour (pour la première fois depuis le 8 août) », écrit le journaliste Nicolas Berrod sur son compte Twitter, en se basant sur le dernier rapport épidémique rendu par Santé Publique France.

Le spécialiste des questions liées à la Covid pour Le Parisien poursuit en confirmant que cette hausse des cas est d’autant plus visible pour les mineurs, notamment les 0-9 ans et les 10-19 ans. Un constat peu surprenant, puisque la rentrée des classes a eu lieu quasiment « normalement », sans masque ni protocole strict. Pour l’heure, seul l’aération des locaux, l’obligation du lavage des mains et la désinfection des surfaces une fois par jour sont mis en place pour contrer le virus à l’école.

Une autre cause pouvant expliquer cette reprise des cas est relative au variant majoritaire. Omicron BA.5, qu’on ne présente plus, est connu pour être hautement contagieux. Selon le rapport épidémiologique du 15 septembre 2022 publiée par Santé publique France, BA.5 est « omniprésent » et représente 93 % des séquences identifiées.

  • Septième vague de Covid-19 : « Avec les nouveaux variants BA.4 et BA.5 on se rapproche des premières formes de Covid-19 »
  • Covid-19 : quels sont les symptômes des sous-variants à BA.4 et BA.5, plus dangereux pour notre santé ?

En réaction à cette reprise des cas, qui devrait s’accentuer avec la baisse des températures, les recommandations sont classiques : « Il faut reprendre nos gestes barrières et pour toutes les personnes qui ont une indication à la vaccination, faire leur rappel en même temps que leur rappel grippe », soutient Jérôme Salomon. 

Pour être bien protégé tout en protégeant les autres, il est nécessaire de réintégrer le masque en présence de personnes fragiles ou dans des lieux clos, ouvrir les fenêtres et s’isoler en cas de symptômes.

De nouveaux vaccins autorisés par la HAS 

« Les Français ont parfaitement compris quelles étaient les réponses à cette réascension des cas de Covid », poursuit le directeur général de la santé dans l’interview donnée pour Complément d’Enquête. S’il ne paraît pas vraiment soucieux à l’évocation de cette nouvelle vague, c’est sans doute grâce aux améliorations croissantes de la couverture vaccinale nationale. 

« L’immunité acquise par la population ces derniers mois (infections et vaccination de rappel), bien qu’elle décline au fil du temps, pourrait ‘freiner’ cette reprise », analyse le journaliste Nicolas Berrod.  

Au 20 septembre, près de 40,7 millions de Français avaient reçu leur dose de rappel, informe Santé publique France. « La couverture vaccinale de la dose de rappel dans la population française est de 74,3 % chez les 18 ans et plus ; et 82,4% chez les 65 ans et plus », ajoute Numerama.

Parce qu’on sait que le sous-variant BA.5 est plus coriace face aux vaccins, la Haute Autorité de santé a confirmé, le 20 septembre dernier, sa recommandation d’administrer une nouvelle dose de « l’un des trois vaccins bivalents adaptés aux variants d’Omicron ». Autorisés lundi 12 septembre par l’Agence européenne du médicament, ces « boosters de vaccins » sont développés pour attaquer aussi bien la souche originelle que les sous-variants du virus.

Source: Lire L’Article Complet