Mexique : les baleines observables en Basse-Californie, un aquarium grandeur nature

C’est l’un des meilleurs spots pour admirer les géants des mers : les eaux de la Basse-Californie hébergent trente-trois espèces de mammifères marins, dont vingt-huit de cétacés. Le plus petit est le marsouin du Pacifique, endémique de la mer de Cortés et pratiquement éteint malgré les efforts déployés pour sa sauvegarde. Les plus grands, les baleines grises, bleues et à bosse sont, eux, aisément observables en hiver et au début du printemps.

Les baleines grises

La lagune de San Ignacio, côté Pacifique, constitue un cadre exceptionnel pour les contempler – et même les caresser ! –, de début janvier à fin avril, quand elles ont fini ici leur migration depuis l’Alaska pour s’accoupler et mettre bas. A noter : ces cétacés laissent plus facilement leurs petits s’approcher des barques en fin de saison, lorsqu’ils sont déjà âgés de quelques semaines. L’agence Kuyima propose des forfaits combinant virée en mer et logement dans un bungalow au bord de l’eau.

Contact : kuyima.com

Les baleines bleues

La baie de Loreto, côté mer de Cortés, est le domaine de l’immense baleine bleue. Le plus grand animal de la planète (jusqu’à trente mètres), en réalité couleur d’ardoise, ne parade qu’à bonne distance des barques. De janvier à mai, plusieurs agences locales organisent, dès l’aube, des excursions avec les pêcheurs. Pour tout renseignement, s’adresser directement à la guérite du port de Loreto.

Contact : toursloreto.com

Les baleines à bosse

Depuis La Paz, dans le sud de la péninsule, les possibilités d’admirer la faune marine sont infinies. La baleine à bosse est facilement observable en hiver et au printemps. C’est la spécialiste des sauts spectaculaires et des acrobaties éclaboussantes. L’agence Mar y Aventuras propose des sorties en mer, en kayak ou autres embarcations, mais aussi de nager avec le plus grand poisson au monde, le requin-baleine, et de plonger avec les otaries de l’île d’Espíritu Santo.

Contact : kayakbaja.com

Notre podcast “Retour de terrain”

Les routes sinueuses de la sierra, les militaires balourds – “Vous êtes mariées ? Où sont vos maris ?” –, les rencontres magiques avec les baleines grises… Dans le onzième épisode de notre podcast “Retour de terrain”, la journaliste Emmanuelle Steels revient sur les coulisses de son road trip de 1 800 km entre horizons grisants et bitume ardent. A écouter ci-dessous ou sur vos plateformes préférées.

➤ “Road trip à la mexicaine”, un reportage d’Emmanuelle Steels (texte) et Karla Gachet & Ivan Kashinsky (photos) paru dans le magazine GEO de décembre 2020 (n°502, Prague et la Bohême).

📸 En images : la Baja California en van et en famille.

➤ Pour voir tous les numéros de GEO disponibles à l’unité, c’est par ici ! Vous êtes déjà fidèle au contenu GEO ? Alors pour ne rien manquer, découvrez nos formules d’abonnement pour recevoir chaque mois GEO chez vous en toute simplicité.

A lire aussi :

⋙ Basse-Californie : notre road trip à la mexicaine

⋙ Comment les baleines à bosse modifient leurs chants au fil de leur voyage

⋙ Sur la route des missions en Californie

Source: Lire L’Article Complet