Michaël Youn (Une affaire française) : "Il y a de la pudeur, ce serait trop facile d’aller chercher les larmes de Christine"

Ce lundi 20 septembre, TF1 diffuse Une affaire française, mini-série centrée sur l’affaire Grégory Villemin. Michaël Youn, interprète du journaliste Jean-Michel Bezzina, se confie à Télé Star sur ce nouveau projet tout en "pudeur".

Elle n’est pas encore sortie qu’elle fait déjà polémique. Ce lundi 20 septembre à 21h05, TF1 donnera le coup d’envoi d’Une affaire française, mini-série centrée sur l’affaire Grégory Villemin, petit garçon de 4 ans retrouvé pieds et mains liés dans la Vologne le 16 octobre 1984. Portée par Blandine Bellavoir et Guillaume Gouix, la série promet déjà de réaliser de belles audiences sur TF1. Pourtant, le projet n’est pas sans poser question. Alors que Christine et Jean-Marie Villemin, les parents du petit Grégory, n’ont pas donné leur accord pour la production de cette nouvelle fiction, certains s’interrogent sur l’intérêt d’une telle réalisation, qui pourrait facilement tomber dans le voyeurisme…

De passage au Festival de la fiction, tenu à La Rochelle du 14 au 19 septembre dernier, Michaël Youn a évoqué cette question légitime liée au voyeurisme. Rassurant, l’interprète du journaliste Jean-Michel Bezzina décrit une série dans la pudeur, volontairement réalisée à distance de ses personnages. "Il y a de la pudeur. Il y a très peu de gros plans dans la série, parce qu’on ne veut pas rentrer dans l’émotion du personnage. Ce serait trop facile d’aller chercher les larmes de Christine. Christophe reste, avec beaucoup d’élégance, de pudeur, à distance, comme s’il était un témoin de ce qu’il s’est passé. Il reste témoin de cette affaire et nous laisse zoomer avec nos propres yeux. C’est très intéressant", estime le comédien de 47 ans.

"Vous n’allez pas chercher Arné et de Tonquédec avec un scénario fait de voyeurisme"

Selon lui, la seule affiche de la série témoigne de son caractère pudique et respectueux : "C’était évident. Vous n’allez pas chercher Laurence Arné, Guillaume de Tonquédec, etc. avec un scénario fait de voyeurisme, où l’on va dans le scabreux et dans le scandaleux. Il y a quand même eu trois morts dans cette histoire, puisque le juge Lambert s’est suicidé en 2017. Il y a un couple qui s’est vu déposséder d’un petit enfant de quatre ans, je le schématise, mais ‘parce qu’ils avaient un canapé en cuir’. Je le schématise volontairement mais c’est ça, c’est de la jalousie parce qu’il avait un petit peu plus d’argent que ceux d’à côté. Forcément, on était obligé de traiter ça avec beaucoup de pudeur." Constituée de trois épisodes, la première saison d’Une affaire française sera diffusée sur trois soirées d’affilée.

Source: Lire L’Article Complet