Noëla harcelée : pourquoi son collège est en pleine polémique depuis son suicide

Suite au suicide de Noëla, son collège est en pleine polémique. Et dans cet article, on vous explique pourquoi.

C’est l’un des sujets qui a le plus ému les internautes sur les réseaux sociaux : la triste disparition de Noëla ! Le 13 janvier dernier, Noëla, âgée de 11 ans, s’est suicidée dans sa chambre juste après être rentrée du collège. D’après les informations du Parisien, c’est la petite soeur de l’adolescente qui a découvert son corps sans vie 40 minutes après. Noëla s’est donnée la mort, pendue, avec sa ceinture de judo accrochée à la porte de la salle de bains. L’intervention des secours n’aura pas été suffisante pour réanimer la jeune fille. Une enquête pour « recherche des causes de la mort » a été ouverte auprès du commissariat du XXe arrondissement de Paris.

Pour les proches de la victime, l’établissement dans lequel elle était scolarisée pourrait être à l’origine du drame. Une source proche du dossier a confié au Parisien : « La situation scolaire de l’enfant est au centre des investigations, mais il ne s’agit peut-être pas de harcèlement scolaire. Il faut rester très prudent ». La mère de Noëla révèle avoir été contactée par le collège, 3 jours avant que sa fille se donne la mort, pour lui raconter un incident survenu en cours. La maman explique : « La professeure d’histoire-géographie accuse ma fille de lui avoir dit : ‘Je suis schizophrène, si je te tue, il ne se passera rien’. Mais Noëla m’a juré qu’elle n’avait rien fait ».

Un conflit entre Noëla et son collège

La maman de Noëla raconte ensuite que sa fille avait été convoquée à un conseil de discipline. Mais avant ce jour, la jeune fille était exclue du collège. Elle explique : « Il nous dit que d’ici là, Noëla devait rester à la maison. Alors que je travaille toute la journée, que je ne peux pas m’occuper de ma fille ». Et le principal lui aurait balancé : « Sa place n’est pas à l’école, mais dans un centre psychiatrique spécialisé ». La mère de Noëla affirme que sa fille n’a aucun problème psychiatrique en expliquant : « C’est ce que m’avait confirmé la Maison des adolescents, qui l’avait suivie ». Cette triste affaire est désormais entre les mains de la justice.

Source: Lire L’Article Complet