Passe ton bac d’abord : le désir d’apprendre, le pouvoir de se réinventer

Passer son bac à 30, 40 ou 50 ans : c’est le projet de Nissaillemonie, Jean-Éric ou encore Pauline. Tous et bien d’autres se sont inscrits au seul lycée d’adultes de France, qui permet donc à des personnes de passer – tardivement – le baccalauréat. 

L’autrice et réalisatrice Anne-Sophie Lévy-Chambon les a suivis depuis la rentrée de septembre 2019 pour comprendre ce qui poussent des personnes ayant un emploi, à revenir sur les bancs de l’école

Un établissement et des parcours hors-normes 

Tout au long du documentaire, on découvre ainsi le fonctionnement de ce lycée si spécial : ses professeurs passionnés – dont certains ont même obtenu leur baccalauréat en suivant ces même cours du soir-, un programme dense et une équipe pédagogique bienveillante. 

Mais ce qui fait la force du documentaire, c’est la multiplicité des portraits de ces élèves hors-normes. Chacun et chacune livrent avec sincérité ce qui l’a amené à s’inscrire au lycée pour adultes de Paris. On y découvre alors Ramin (29 ans) et Sokhom (59 ans) qui n’ont pas pu aller à l’école durant leur enfance, ou Cyndèle, qui faute d’une mauvaise orientation au lycée, n’a pas pu accomplir son rêve de devenir médecin, mais aussi Pauline, Claude, Jean-Éric, Nissaillemonie, et Michaël.

Tous et toutes ont de grands projets pour l’avenir, alors même que pour la plupart, ils sont déjà dans la vie active depuis plusieurs années : Syndèle veut donc devenir médecin, Ramin hésite entre ingénieur et fac de droit et Pauline rêve de police scientifique depuis qu’elle est enfant, “bien avant que les Experts ne passent à la télévision”.  

Aimer apprendre et apprendre à (s’)aimer 

Le documentaire réussit à communiquer à travers l’écran, la soif d’apprendre de tous ces élèves. Celles et ceux pour qui le baccalauréat est la première étape d’une reconversion professionnelle longuement réfléchie, et les autres pour qui ce retour sur les bancs de l’école résonne comme une revanche sur la vie. 

C’est le cas de Sokhom, qui a appris à lire et écrire seule, en lisant des Comics à son arrivée en France, ou encore de Claude, qui décide par défi, de passer son bac en même temps que son fils de 17 ans, alors qu’il avait quitter l’école à cet âge précis. 

Et puis, il y a enfin Nissaillemonie qui avait elle-aussi dû quitter le lycée avant de passer le bac. Cette jeune maman de deux enfants étaient à l’époque victime de harcèlement scolaire et n’arrivait plus à faire face. Aujourd’hui, avec force et courage, elle revient combattre ses démons et décrocher le bac. 

Une plongée donc dans les rêves et les espoirs de lycéens pas comme les autres, qui donnent une dimension nouvelle à la phrase “le savoir, c’est le pouvoir”. 

  • Témoignage : “J’ai appris à lire à 50 ans”
  • L’école m’a sauvée

Un film d’Anne-Sophie Lévy-Chambon, diffusé le lundi 7 septembre sur France 3 Paris Île-de-France à 23h. 

Coproduit par ASLC Productions et France 3 Paris Ile-de-France 52′

Source: Lire L’Article Complet