Pentagon Papers : pourquoi ce film a-t-il failli être censuré au Liban ?

Diffusé pour la première fois en clair dimanche 13 septembre 2020 à partir de 21h05 sur France 2, le film Pentagon Papers aurait pu ne jamais être projeté dans les salles de cinéma libanaises. Télé Star vous dévoile aujourd’hui pourquoi.

Sorti au cinéma en 2018, le film Pentagon Papers, porté par Tom Hanks et Meryl Streep, sera diffusé pour la première fois en clair à la télévision française dimanche 13 septembre 2020, à partir de 21h05 sur France 2. Réalisé par Steven Spielberg, ce long-métrage relate le récit d’un des premiers scoops de l’histoire du journalisme américain au début des années 1970, en s’inspirant de faits authentiques. Si ce film a connu un grand succès critique à travers le monde, Pentagon Papers est quand même passé à deux doigts de ne jamais être projeté au Liban à cause de son réalisateur.

En fait, le comité de censure local avait initialement refusé d’accorder son visa d’exploitation au long métrage en évoquant une liste de boycott d’Israël, dont Steven Spielberg fait partie depuis qu’il a réalisé La Liste de Schindler en 1993. Cependant, le Premier Ministre libanais de l’époque, Saad Hariri, a finalement autorisé la projection de Pentagon Papers au Liban. Un choix qui constitue une grande première puisque la décision du comité de censure du pays n’avait jamais été annulée auparavant. Les spectateurs libanais ont donc pu aller voir le film de Steven Spielberg en salles.

Pentagon Papers réunit 4 histoires en une à l’écran

Au sein de ce long-métrage, Steven Spielberg a mis en lumière le travail des journalistes du Washington Post qui ont rendu public des extraits d’un document classé secret défense baptisé : "United States-Vietnam Relations, 1945-1967: A Study Prepared by the Department of Defense". En fait, ce document sensible de 7000 pages, émanant du département de la Défense, détaillait l’implication politique et militaire américaine dans la guerre du Vietnam. Sa publication éclaboussa la classe politique de l’époque outre-atlantique.

De plus, Steven Spielberg est parvenu à faire coexister 4 histoires différentes, mais toutes intimement liées les unes aux autres, au sein de son film. Premièrement, celle des 4 gouvernements successifs qui ont menti aux citoyens sur la guerre du Vietnam pendant plus de 20 ans. Deuxièmement, celle de Daniel Ellberg, ancien Marine et consultant militaire devenu lanceur d’alerte. Troisièmement, celle du New York Times et de sa gestion d’un scoop retentissant. Et enfin quatrièmement, celle d’une bataille judiciaire, sans parler des répercussions toujours actuelles sur les médias, le premier amendement et la démocratie elle-même.

Source: Lire L’Article Complet