Pourquoi les réunions "Zoom" nous épuisent-elles tant ?

Depuis le début de la crise sanitaire et l’enchaînement des différents couvre-feu / confinements, s’il y a bien une chose qui s’est démocratisée, c’est la visioconférence. Elle est devenue pour certains essentielle pour maintenir le lien social avec nos proches, autant que professionnel afin de pouvoir continuer nos activités loin des bureaux.

Une technologie certes salvatrice, mais qui a aussi des conséquences sur la santé de ses utilisateurs : de plus en plus souffrent de “Zoom fatigue”, un sentiment d’épuisement mental face aux réunions virtuelles qui s’enchaînent, comme le décrit très bien un article de The Conversation publié en 2020. En effet, ces conversations nécessitent davantage d’énergie, développe la docteure en sciences cognitives Nawal Abboub à Franceinfo.

  • Rupture d'un glacier en Inde: des chiens renifleurs pour aider à trouver les survivants

    AFP

  • De Rennes à Brest, la neige est tombée sur une large partie de la Bretagne

    Le Figaro

  • Valérie Trierweiler : son "terrible" souvenir lors de l'élection de François Hollande (vidéo)

    Non Stop Zapping

  • Des experts de l'OMS quittent leur hôtel à Wuhan à la fin de leur mission

    AFP

  • Le gouvernement français est-il en train de changer sa stratégie du confinement ?

    Le Figaro

  • Crue: à Lagny-sur-Marne, la rivière sort de son lit

    Le Figaro

  • Une mystérieuse intoxication frappe plus d’une centaine d’élèves dans une école près de Toulouse

    Gentside

  • Les origines du Mardi gras expliquées aux enfants

    Gentside

  • Rupture d'un glacier en Inde: course contre la montre pour retrouver des survivants

    AFP

  • Birmanie: depuis le coup d'Etat, le tatouage politique redevient à la mode

    AFP

  • Un drone filme le moment où un surfeur a échappé de peu à un requin

    KameraOne

  • Crue de la Seine: les images des berges immergées

    Le Figaro

  • Paris: rassemblement contre l'expulsion d'une famille ivoirienne

    AFP

  • Une explosion spectaculaire de bouteilles de gaz filmée en Inde

    KameraOne


  • Rupture d'un glacier en Inde: des chiens renifleurs pour aider à trouver les survivants
    Les secouristes indiens avec l'aide de chiens renifleurs redoublent d'efforts pour tenter de sauver les 34 employés des centrales hydrauliques bloqués dans un tunnel depuis la catastrophe qui a frappé dimanche matin la vallée du petit État d'Uttarakhan, situé à la frontière indo-tibétaine. IMAGES


    AFP


  • De Rennes à Brest, la neige est tombée sur une large partie de la Bretagne
    Météo-France a placé mardi 9 février 31 départements en vigilance orange «neige-verglas» allant de la Bretagne au Grand Est, quatre en vigilance «grand froid» dans le nord et trois en «crue», après l'arrivée d'une perturbation neigeuse. Les cumuls en Bretagne ont été revus à la baisse au cours de la journée. Mais un fin manteau neigeux a quand même recouvert le nord-ouest de la France.


    Le Figaro


  • Valérie Trierweiler : son "terrible" souvenir lors de l'élection de François Hollande (vidéo)
    Dans le documentaire "Elysée, neuf femmes aux marches du pouvoir" diffusé le 5 février dernier sur LCP, Valérie Trierweiler est revenue sur son passage à l'Elysée où elle a vécu difficilement la forte attention médiatique. Une séquence à découvrir sur Non Stop Zapping.


    Non Stop Zapping

VIDÉO SUIVANTE

L’importance du langage non-verbal

Gestes, postures, manifestations physiologiques… Ils sont autant d’indices dans une discussion vous permettant de comprendre au mieux les propos de votre interlocuteur. C’est ce qui s’appelle le langage non verbal. Or d’après la “règle des 3V”, issue de travaux du professeur Albert Mehrabian publiés en 1967, 7 % de la communication générale serait liée au sens des mots utilisés, 38 % à l’intonation de la voix et 55 % aux expressions du visage.

Que ces chiffres soient exacts ou non, ils illustrent à quel point le langage corporel dans son ensemble est important lors d’un échange. Or lors d’une visioconférence, difficile de discerner les gestes de la personne en face. Le cerveau doit alors se concentrer sur les autres indicateurs précédemment cités… Mais ceux-ci sont aussi brouillés, car ils lui sont toujours restitués avec un léger décalage, appelé “désynchronie” par Nawal Abboub :

C’est un décalage qui se calcule peut-être en millisecondes. Mais c’est suffisant pour demander un effort supplémentaire au cerveau pour qu’il reconstruise la réalité, indique-t-elle à Franceinfo.

La réduction et la mauvaise qualité des signaux nous oblige[nt] à être plus attentifs pour suivre et prête[nt] à des moments de confusion dans la conversation, confirme la docteure en neurosciences Marie Lacroix au journal.

Un trop plein d’informations et de non-informations

La fluidité et le rythme de la discussion sont ainsi perturbés, d’autant que les prises de parole sont difficilement identifiables. Résultat ? Tout le monde se coupe. L’échange des regards, indispensable à l’attention, à la mémorisation et au lien, se voit lui aussi compliqué. Lors d’un “Zoom”, chaque participant fixe son écran pour regarder les autres. S’il voulait s’adresser à eux dans les yeux, il devrait parler directement à la caméra et ainsi manquer les réactions de ses interlocuteurs.

Rajoutez à tout cela le fait qu’en télétravail, environnements personnel et professionnel ne font plus qu’un, vous êtes alors dans la crainte qu’un élément extérieur vienne perturber votre conversation de boulot. Le cerveau est en alerte constante. C’est ce que le National Geographic désigne comme “l’attention partielle continue”… et cela équivaudrait à lire un livre tout en cuisinant. Un véritable casse-tête nécessitant beaucoup de concentration et particulièrement épuisant.

Vous mettez votre cerveau en double tâche : vous vous concentrez à la fois sur la personne à qui vous parlez et sur vous. […] Il y a beaucoup de sources de distraction et ça rend l’espace encore plus difficile pour se concentrer, explique Nawal Abboub.

Des conseils pour remédier à cette fatigue quotidienne

  • Faire des pauses loin des écrans ;
  • Fixer des créneaux de réunion plus courts ;
  • Éviter les réunions avec un trop grand nombre de personnes actives ;
  • Enlever la caméra une fois l’introduction passée, pour se concentrer sur les voix ;
  • Se reposer justement davantage sur la voix, amplifier les gestes du visage ;
  • Utiliser des technologies alternatives, en envoyant (quand cela est possible) plutôt des messages, en travaillant sur des documents partagés, etc.

Source: Lire L’Article Complet