Premiers mois de grossesse : 17 propositions pour une meilleure prise en charge

La députée Paula Forteza propose une série de 17 mesures destinées à mieux prendre en charge les futures mamans durant le premier trimestre de la grossesse et éviter qu’elles ne soient isolées, notamment en cas de fausse couche.

Quelles mesures pour mieux accompagner les femmes enceintes ?

Paula Forteza préconise un renforcement des politiques publiques, du système de santé ainsi que du Code du travail pour proposer des aménagements adaptés aux futures mamans. Elle propose :

  • Une prise en charge par l'Assurance maladie à 100% des frais médicaux dès le début de la grossesse. 
  • Une prise en charge à 100% des consultations de psychologue pour les femmes enceintes et les jeunes mamans
  • Investir davantage dans la recherche sur la santé des femmes enceinte pour pallier aux symptômes des trois premiers mois de grossesse
  • La prise en charge d'anti-vomitifs par l'Assurance maladie : certains traitements récemment autorisés sur le marché français comme Cariban ne sont pas à ce jour remboursés.
  • Un dépistage préventif de l'endométriose
  • La formation du corps médical concernant les violences obstétricales, ainsi que la création d'une plateforme d'informations gynécologiques
  • Une campagne d'information publique sur les fausses couches
  • Améliorer la prise en charge des accouchements et des fausses couches en augmentant le budget des hôpitaux
  • La possibilité de télétravailler ou de changer de poste pour les femmes enceintes qui restent debout durant une longue période comme les enseignantes, les vendeuses, les nounous… afin d'éviter les retards de développement constatés chez les nouveau-nés.
  • Permettre également aux femmes enceintes de réduire leur temps de travail durant les premiers mois de la grossesse
  • Créer un congé de trois jours en cas de fausse couche aussi bien pour la femme que pour le ou la partenaire, afin d'aider les couples à traverser ce deuil. 
  • Mettre en place des moyens supplémentaires pour les sages-femmes afin d'assurer une prise en charge décente pour les femmes enceintes
  • Créer un fonds de solidarité pour les jeunes mamans des professions libérales ou indépendantes afin d'éviter qu'elles soient contraintes d'nterrompre totalement leur activité. Le montant dépendrait alors de la baisse du chiffre d'affaires.
  • Ouvrir de nouveaux droits à la formation pour les femmes enceintes pour pallier au frein de carrière
  • Renforcer le cadre de la lutte contre les discriminations à l'égard des femmes enceintes, notamment pour les sanctions à l'encontre des employeurs discriminant les femmes enceintes, mères de famille ou simplement les femmes en âge d'avoir des enfants.

Source: Lire L’Article Complet