Restaurants, transports… Ces lieux où le pass sanitaire n’est pas encore obligatoire

Depuis ce mercredi, vous devez montrer patte blanche pour vous rendre dans les lieux de loisir et de culture. Certains établissements ne seront concernés qu’au mois d’août, d’autres pas du tout. On fait le point.

Restez informée

“Préparez vos justificatifs.” Pour aller au cinéma ou voir une exposition, les Français doivent désormais présenter une preuve de vaccination, un test Covid-19 négatif ou encore un certificat de rétablissement. Il s’agit là de la première étape du plan d’extension du pass sanitaire visant à ralentir la propagation du variant Delta. Si certains lieux sont d’ores et déjà soumis au pass sanitaire, d’autres le seront début août.

Pas encore obligatoire dans les restaurants, cafés, centres commerciaux…

Pour le moment, pas besoin du pass sanitaire pour certains établissements. Dans les restaurants, cafés (y compris en terrasse), centres commerciaux, hôpitaux, trains, maisons de retraite, hôtels, campings, mariages et établissements médico-sociaux, la présentation du précieux sésame ne sera exigée qu’à partir du 1er août. Il vous reste donc une dizaine de jours pour vous y préparer.

Où se rendre sans pass sanitaire ?

Certains lieux ne sont et ne seront pas concernés par l’extension du pass sanitaire. C’est le cas des lieux de culte mais à l’occasion des cérémonies religieuses uniquement. Les hôtels et campings ne disposant pas d’infrastructures telles qu’un restaurant, une piscine ou encore une salle de sport ne sont également pas concernés. Vous pourrez également faire votre shopping ou vos courses dans des centres commerciaux d’une superficie de moins de 20 000 m2 sans présenter le moindre document.

Quelle amende si on ne présente pas son pass sanitaire ?

Toute personne qui n’est pas en mesure de fournir un pass sanitaire dans les endroits où il est exigé encourt des sanctions. La contravention en cas de premier manquement pourra aller jusqu’à 1500 euros. Dans les cas de récidive ou de détention d’un document caduc, le client s’expose à une amende de 10 000 euros et à six mois d’emprisonnement. Toutes ces sanctions interviendront après une période de tolérance. “Après une semaine de pédagogie pour les établissements concernés, viendra le temps des sanctions”, a expliqué Jean Castex lors de son intervention ce mercredi sur TF1.

Source: Lire L’Article Complet