Station de ski : saison blanche, pas de remontée en février

Les remontées mécaniques restent fermées au 1er février, a annoncé le gouvernement. Cette semaine, pas de mesures restrictives supplémentaires, mais un prolongement de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 1er juin 2021 et un possible reconfinement.

  • Remontées mécaniques
  • Saison blanche ?
  • Réservations vacances de février
  • Ski et vacances de février
  • Actualités stations de ski
  • Acteurs de la montagne
  • Activités sport d’hiver
  • Aides stations de ski
  • Protocole stations de ski
  • Réservation ski 2021
  • Remontées mécaniques pour qui ?

Les remontées mécaniques, fermées au moins jusqu’au 1er février

[Mise à jour du 22 janvier à 9h36]. Les remontées mécaniques resteront fermées au moins jusqu’au 1er février, a annoncé le gouvernement aux acteurs de la montagne ce 20 janvier. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal avait annoncé qu’il n’y aurait pas d’évolution des restrictions nationales cette semaine“. “Si la situation se dégrade d’autres décisions pourraient être prises“, a-t-il prévenu. En effet, un nouveau confinement n’est pas non plus exclu par le ministre de la Santé Olivier Véran, invité du JT de TF1 ce 21 janvier. On ne sait donc toujours pas à quelle date précise les remontées mécaniques pourront de nouveau fonctionner. Gabriel Attal a indiqué que le ministre de l’Economie Bruno Le Maire informera les professionnels des stations de sports d’hiver “d’ici la fin de la semaine”

Une saison blanche pour les stations de ski ?

Ce 20 janvier, Jean-Baptiste Lemoyne a quant à lui précisé que la réouverture des remontées mécaniques était “hautement improbable” pour mi-février. Le Sécrétaire d’État chargé du Tourisme parle même d’une saison blanche. Une source gouvernementale avait même indiqué à Reuters que “fort probablement, elles ne rouvriront pas de la saison”. Selon plusieurs sources concordantes, la réouverture des remontées mécaniques semble en effet compromise pour les vacances de février. Voici les dernières annonces :

  • Pas question de privilégier les enjeux économiques aux enjeux sanitaires“, avait, quant à lui, déclaré Jean Castex, ce 18 janvier sur le plateau de C à Vous. Un ministre s’est par ailleurs confié au journal Le Monde en rappelant : “Quand le président avait annoncé la fermeture des stations de sport d’hiver, il avait bien conditionné leur réouverture à une baisse de la diffusion du virus, avec moins de 5 000 contaminations par jour. Or, on n’y est pas du tout…
  • Remontées mécaniques fermées à minima jusqu’à fin janvier. Dans un communiqué du 15 janvier, les ministères de l’Education nationale et des Sports ont rappelé que “les remontées mécaniques resteront fermées jusqu’à fin janvier (a minima) sauf pour les mineurs licenciés dans un club affilié à la FFS ainsi que pour les sportifs professionnels, de haut niveau et les personnels en formation continue”. Ils précisent également que les autres activités de sports de neige (raquette, ski de fond, ski de randonnée) restent possibles pour tous dans le respect du couvre-feu, dans la limite de 6 personnes maximum lorsqu’il s’agit d’adultes (y compris si l’activité est encadrée par un professionnel).
  • Sur les réseaux sociaux, le porte-parole du gouvernement a annoncé ce 6 janvier “Il y a une demande très forte pour les vacances de février. Cela dépendra de l’évolution sanitaire, mais on travaille dès à présent avec les acteurs de la montagne pour anticiper tous les scénarios. Evidemment, l’accompagnement économique pour les restaurants, opérateurs de remontées, moniteurs de ski et saisonniers se poursuit”.
  • Prolongation de l’état d’urgence sanitaire. Ce 20 janvier, les députés ont voté la prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 1er juin 2021. Ils ont été 113 voix à voter pour, 43 voix contre, et quatre à s’abstenir. “Je comprends la lassitude et le souhait de sortir de la crise mais aujourd’hui nous ne pouvons nous priver d’aucun outil pour combattre le virus “, a expliqué Olivier Véran. Les sénateurs se pencheront sur cette question le 27 janvier en vue d’une adoption définitive du projet avant le 16 février, date actuelle de fin d’application de ce régime d’exception.

Peut-on réserver ses vacances de février ?

Avec le couvre-feu dès 18h (pour au moins 15 jours), peut-on réserver un séjour au ski ou ailleurs pour les vacances de février ? Si les déplacements restent limités, “il est trop tôt pour dire si l’on va limiter les déplacements pour les vacances de février, mais je ne recommande pas d’annuler les réservations, nous adapterons en fonction des circonstances” avait déclaré Jean Castex ce 14 janvier. 

Les dernières actualités sur les stations de ski

  • 50000 saisonniers en situation de précarité. L’annonce par Jean-Baptiste Lemoyne d’une possible saison blanche est une douche froide pour les saisonniers du secteur de la montagne. Certains d’entre eux sont même dans une grande précarité.  “J’ai déjà reçu des centaines de témoignages de saisonniers qui se retrouvent sans rien (…) Ils n’ont pas droit au chômage partiel, car leurs employeurs ne leur ont rien fait signer“, a confié à Ouest France Antoine Fatiga, responsable des travailleurs saisonniers à la CGT, qui estime que 40 % des 120 000 saisonniers n’ont pas été embauchés et se retrouvent donc sans ressources.
  • Une simulation pour montrer l’efficacité du protocole sanitaire. Les professionnels de la montagne et le maire de Risoul (Hautes Alpes) s’attendent à faire une saison blanche. Mais ils ne baissent pas les bras pour autant ! Ce 19 janvier, 50 saisonniers ont simulé pendant quelques heures le fonctionnement normal de la station afin de montrer que les gestes barrières peuvent être respectés même sur des skis. Dans cette station, la prise de la température commence dès l’achat du forfait. Si elle est anormale, les figurants sont envoyés dans un centre de dépistage puis placés à l’isolement dans des appartements vides si le test au coronavirus est positif. Les personnes dont la température est normale peuvent, quant à elles, se diriger vers les remontées mécaniques après s’être désinfectées les mains et uniquement si elles portent un masque. Les remontées mécaniques ne fonctionnent pas mais, si elles l’étaient, une place serait laissée libre entre deux skieurs. Pour déjeuner, ces skieurs figurants n’auront droit qu’à un repas à emporter dans un restaurant de la station.
  • Descentes aux flambeaux des moniteurs de ski pour ne pas perdre espoir. Ce 16 janvier, les moniteurs de l’Ecole de Ski Français ont organisé une descente aux flambeaux à 17h30 dans toutes les stations de ski françaises, L’objectif de cette mobilisation était “ne pas laisser la flamme de la montagne s’éteindre” alors que les remontées mécaniques n’ont pas rouvert depuis le début de la saison de ski. Le grand public n’a pas pu participer à cette mobilisation en raison de la crise sanitaire, mais des photos de ces descentes aux flambeaux ont été relayées sur les réseaux sociaux.
  • Une adresse mail “SOS” pour les saisonniers. 120 000 saisonniers attendent la décision du gouvernement concernant la réouverture des remontées mécaniques repoussée pour le moment au mieux à février. Consciente que ces professionnels sont parfois dans la précarité, la CGT a créé une adresse mail pour les soutenir et répondre à leurs questions. Les saisonniers peuvent demander des conseils au syndicat concernant leur cas particulier en envoyant un mail à l’adresse suivante : [email protected]
  • Depuis ce 2 janvier, Andorre a rouvert ses domaines skiables mais uniquement pour ses résidents.
  • “La montagne en dépôt de bilan”. Cinq propriétaires de 200 magasins de sports estiment, dans une lettre adressée aux médias et intitulée “la montagne, en dépôt de bilan”, que “leur saison, à peine commencée, est d’ores et déjà terminée”. Ils se disent impuissant face “à l’agonie” de la montagne, bien que toutes les mesures sanitaires aient été respectées pour l’ouverture des commerces. “Pour les magasins de sport, tout se joue entre le 15 décembre et le 30 avril. On va redémarrer en février après le traditionnel creux de janvier avec une deuxième année de suite amputée de quasiment la moitié”, précise Francis Charbonnel, à l’initiative de cette démarche.
  • Les stations de ski de Savoie et Haute-Savoie peu fréquentées pendant les fêtes. Selon un baromètre du cabinet Contours pour l’agence Savoie Mont-Blanc révélé ce 15 décembre, la fréquentation devrait chuter de 56% lors des vacances de Noël par rapport à la même période l’an dernier en raison de la fermeture des remontées mécaniques et de la crise sanitaire. Or, cette période représente pour les 112 stations des Pays de Savoie, 19% des 41,1 millions de nuitées enregistrées chaque année. “Notre grand défi consiste maintenant à convaincre les indécis, qui pèsent encore à date 32 % et de renouer de manière progressive avec la clientèle étrangère de proximité, au fur et à mesure des éclaircies sanitaires espérées au plan européen dans les prochaines semaines”, a expliqué Michaël Ruysschaert, directeur général de l’agence Savoie Mont-Blanc dans un communiqué.

Sports d’hiver : les acteurs de la montagne inquiets pour leur survie

  • Inquiète de ne pas avoir de visibilité concernant la réouverture des remontées mécaniques en février, la présidente de la région Occitanie interpelle le gouvernement ce 18 janvier. Il faut rouvrir le plus rapidement possible les stations de ski. Je ne comprends pas leur fermeture, alors que c’est en extérieur, que les gens portent des gants et des masques et qu’ils ne sont pas collés les uns aux autres, a déclaré Carole Delga, qui ajoute qu’une organisation bien rodée devrait permettre de limiter les risques sanitaires.
  • Henri Giscard d’Estaing, le PDG du Club Med, a interpellé le Premier ministre dans le Journal du Dimanche pour “sauver la montagne du désespoir” en autorisant les stations de ski à fonctionner normalement lors des prochaines vacances scolaires. “Le 20 janvier, vous déciderez de la survie de la montagne française. C’est le destin de l’un des rares leaders mondiaux français, et de ses acteurs, qui est entre vos mains (…) Les sports d’hiver représentent 50 % du PIB de la Savoie, et un peu moins en Haute-Savoie (…) plus de 100 000 emplois saisonniers pourraient disparaître“, explique Henri Giscard d’Estaing.
  • Pour Dominique Marcel, PDG de la Compagnie des Alpes,  la réouverture des remontées mécaniques en février est aussi “une question de vie ou de mort pour un certain nombre d’acteurs” a-t-il déclaré ce 8 janvier sur BFM Business. “Si on n’ouvre pas en février, il faut regarder la réalité en face, la saison est terminée, des stations vont avoir de vrais problèmes d’existence (…) Il faut de la visibilité pour que les gens puissent réserver suffisamment à l’avance“, a ajouté Dominique Marcel avant de rappeler que les vacances de février représentaient “40 % voire davantage du chiffre d’affaires “. 
  • Déjà fin décembre, l’Agence Savoie Mont Blanc, qui représente 112 stations de ski en Savoie et Haute-Savoie, réclamait au gouvernement une date de réouverture précise pour les stations de ski afin d’avoir une visibilité sur les prochaines vacances de février.  Dans un communiqué du 5 janvier, les Domaines Skiables de France (DSF) estimaient, quant à eux, que “plus rien ne justifiait la fermeture complète des domaines skiables” et proposaient une ouverture immédiate “selon la situation sanitaire de chaque département”.  “L’enjeu est majeur pour remettre en route les stations, privées de 80% d’activité à Noël” précisait la chambre professionnelle des opérateurs de domaines skiables. Pour Alexandre Maulin, Président de DSK, ‘rien ne justifie que l’on interdise une activité qui se déroule en plein air et avec des protocoles sanitaires adaptés“.

Quelles activités peut-on faire sans remontées mécaniques ?

Le ski alpin n’est pas la seule activité de sport d’hiver. Et même si les remontées mécaniques ne sont actuellement pas en marche, il est tout à fait possible de faire de la luge, du ski de randonnée, du parapente, du ski de fond, du patin à glace, des balades en raquettes ou encore de l’escalade sur glace. Dans son livre “Management et marketing des stations de montagne (Territorial Editions), Armelle Solelhac analyse la situation des stations de ski face à la crise sanitaire. Depuis le 19 décembre 2020, les 317 stations françaises doivent se diversifier et proposer des activités “hors ski”. Comment se renouveler et faire émerger de nouvelles pratiques sportives ? “En faisant notamment appel aux locaux afin de proposer des solutions concrètes et créer de nouvelles activités du côté du patrimoine, mais également accentuer la digitalisation des stations afin de développer le tourisme de chez soi“. La station de Saint-Gervais Mont-Blanc propose, par exemple, de faire une ascension virtuelle du Mont-Blanc sans embouteillage et dans des conditions climatiques d’exception. Le Pays des Écrins propose également un “escape game avalanche” : les participants ont 18 minutes pour retrouver du matériel de sécurité perdu sous la neige. Atelier de neige et prévention des avalanches, marche en forêt, randonnée en raquette et dégustation de produits locaux sont également au programme.

  • Top 10 des stations de ski : les activités pour les familles

    En attendant la réouverture des stations de sport d'hiver avec leurs remontées mécaniques, voici notre sélection des stations de ski pour partir en famille au grand air. Quelles sont les activités proposées pour les petits et les grands ?

Quelles aides pour les stations de ski ?

Conscient que les professionnels de la montagne sont en grande difficulté en raison du report de la réouverture des remontées mécaniques, le Premier ministre a confirmé ce 14 janvier, le maintien des mesures de soutien exceptionnelles “aussi longtemps que cela sera nécessaire“.  Et d’ajouter : “Nous devons entendre le besoin de sécurité et de stabilité que nous expriment les acteurs économiques. Nous ne devons pas ajouter de l’incertitude économique à l’incertitude sanitaire. Nous devons rester à leur écoute et savoir ajuster encore, lorsque c’est juste et nécessaire, nos dispositifs d’aide.” Roselyne Bachelot, ministre de la culture a précisé ce 14 janvier que le gouvernement allait prolonger “les dispositifs spécifiques qui ont été mis en place pour la culture pour chaque secteur, qu’il s’agisse des aides aux entreprises ou aux personnes : fonds de sauvegarde, fonds d’urgence, dispositifs d’indemnisation. Tout cela sera maintenu avec une attention particulière sur la préservation de l’emploi artistique et culturel et sur les artistes auteurs”.

  • Les exploitants de remontées mécaniques peuvent prétendre à un fonds de soutien leur permettant de compenser 70 % des charges fixes liées à l’exploitation des remontées mécaniques, elles-mêmes fixées à 70 % du chiffre d’affaires, calculé sur la moyenne des trois dernières années correspondant à la période de fermeture.
  • Les commerces situés dans les stations de ski qui ont moins de 50 salariés et qui souffrent d’une perte de chiffre d’affaires de plus de 50 %, intègrent les secteurs faisant l’objet du “plan tourisme”. Ils peuvent bénéficier d’une aide au titre du fonds de solidarité pouvant aller jusqu’à 10 000 euros et de l’activité partielle avec une prise en charge à 100 %. Cette mesure concerne aussi les communes qui dépendent des stations de ski.
  • Les moniteurs de ski peuvent aussi prétendre au fonds de solidarité leur permettant de compenser la perte de leur chiffre d’affaires allant jusqu’à 10 000 euros ou 20 % de leur chiffre d’affaires réalisé sur la même période en 2019. Enfin, les autres activités touristiques et hôtelières de la montagne continuent à bénéficier d’une aide renforcée du fonds de solidarité grâce à leur intégration au “plan tourisme “. 

Quel protocole sanitaire dans les stations de ski ?

Lors de la réouverture des stations de ski, les Français ne devront pas relâcher leur vigilance pour autant :

  • Le masque sera obligatoire dans les stations de ski que soit en extérieur ou en intérieur, mais aussi dans la file d’attente des remontées mécaniques.
  • Les enfants devront porter leur masque à partir de 11 ans.
  • Les skieurs non masqués pourront se voir refuser l’accès aux équipements de ski et un contrôle sera effectué par les personnels des remontées mécaniques.
  • A noter que le port du masque n’est pas obligatoire : pour les skieurs sur les remontées lorsque chaque siège suspendu n’est occupé que par une personne ou par des personnes laissant entre elles au moins une place vide.
  • Une réduction du nombre de personnes présentes dans les téléphériques, les œufs ou les télésièges est également à l’étude, mais rien n’a été décidé pour le moment.
  • Un local destiné à l’isolement des personnes contaminées sera mis à disposition dans chaque station. France Montagnes a diffusé une version simplifiée du protocole sanitaire qui sera imposé dans les stations de ski.

Remontées mécaniques, dans quels cas, pour qui ?

D’ici le mois de janvier, les remontées mécaniques sont accessibles sous conditions. Ce 5 décembre est paru le décret concernant la fermeture des remontées mécaniques et il prévoit quelques exceptions. Ainsi, elles seront accessibles, avant leur réouverture totale :

  • aux “professionnels dans l’exercice de leur activité” (techniciens chargés de l’entretien et de la maintenance des remontées mécaniques, pisteurs chargés d’assurer la sécurité des pistes, professionnels en formation comme les moniteurs).
  • aux sportifs de compétition ou en formation (sportifs de haut niveau pour leurs entraînements sur les pistes)
  • aux “pratiquants mineurs licenciés au sein d’une association sportive affiliée à la Fédération française de ski”. Il s’agit des élèves des clubs de ski, des jeunes espoirs, des athlètes de clubs listés Projet de performance fédéral (PPF) qui se forment à une carrière professionnelle pour représenter la France en compétitions (qui avaient déjà accès aux remontées mécaniques).

Newsletter

Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l’envoi de votre newsletter.

Elles seront également utilisées sous réserve des options souscrites, à des fins de ciblage publicitaire.

Vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification de vos données personnelles, ainsi que celui d’en demander l’effacement dans les limites prévues par la loi.

Vous pouvez également à tout moment revoir vos options en matière de ciblage. En savoir plus sur notre politique de confidentialité.

Voir un exemple

Le décret prévoit aussi que les préfets pourront autoriser le fonctionnement des “remontées mécaniques à vocation urbaine et interurbaine”, pour “l’accueil d’autres usagers dans les services de transport collectif public de voyageurs”. Dès qu’il a pris connaissance de ce point du décret, le PDG de la Compagnie du Mont-Blanc a entamé des discussions avec le préfet de Haute-Savoie pour maintenir ouvert le téléphérique de l’aiguille du Midi.

Source: Lire L’Article Complet