Toux allergique : comment la reconnaître et quels sont les meilleurs remèdes naturels ?

La toux est un symptôme classique des allergies respiratoires. On fait le point avec le Dr. Silcret-Grieu, médecin allergologue.

Restez informée

Toux allergique : de quoi s’agit-il exactement ?

Première chose à savoir : une allergie se définit comme une réaction inadaptée et exagérée du système immunitaire (qui est le ” système de défense ” de l’organisme) face à un allergène.

Toutes les allergies fonctionnent sur le même principe : d’abord, lors du premier contact avec l’allergène (pollens de graminées, poils de chats, acariens, moisissures… ce sont les allergènes les plus fréquents), le système immunitaire reconnaît (à tort) ce dernier comme potentiellement dangereux pour la santé et commence à fabriquer des anticorps spécifiques.

Cette phase de sensibilisation est dite ” muette ” car elle n’entraîne aucun symptôme : on pourrait dire que le système immunitaire ” se prépare à la guerre “… ” explique le Dr. Silcret-Grieu, médecin allergologue.

Ensuite, chaque contact avec l’allergène peut entraîner une réaction allergique avec des symptômes d’inflammation :

  • Une rhinite allergique,
  • Une conjonctivite allergique,
  • Des démangeaisons : le nez, la gorge, jusqu’aux oreilles parfois,
  • De la toux,
  • Des maux de gorge,
  • Une voix rauque,
  • De l’asthme allergique.

Toutes les allergies respiratoires (aux acariens, à la poussière de maison, aux poils d’animaux, aux moisissures, aux pollens de graminées, d’arbres ou d’herbacés…) peuvent ainsi provoquer de la toux, bien que celle-ci ne soit pas systématique ” ajoute le Dr. Silcret-Grieu.

À savoir. La toux allergique peut être laryngée (elle résulte alors d’une irritation des tissus du larynx) ou bronchique (l’irritation est plus profonde, elle atteint les bronches). Par ailleurs, la toux n’est pas forcément d’origine allergique – elle peut être infectieuse, médicamenteuse…

Toux allergique : comment la reconnaître ?

La toux allergique est facilement reconnaissable :

  • Elle se manifeste dans des circonstances particulières : ” elle revient périodiquement, par exemple chaque année au printemps ” note le Dr. Silcret-Grieu. Elle peut ne survenir que lorsqu’on dort dans un lit où il y a une forte concentration d’acariens (oreiller ou couette en plumes…), lorsqu’on rend visite à un ami qui possède un chat (les poils de chat constituent en effet des allergènes inhalés), lorsqu’on se promène à la campagne en été (saison des pollens)…
  • Elle dure depuis plusieurs semaines ou plusieurs mois.
  • Elle est plutôt sèche et évolue par quintes qui ” râpent ” la gorge, mais peut devenir grasse en cas de surinfection.
  • Elle s’accompagne d’autres symptômes allergiques : le nez qui gratte et/ou qui coule, des éternuements, les yeux rouges et/ou qui pleurent (rhinite et/ou conjonctivite allergiques).

À savoir. La toux peut aussi refléter la présence d’un asthme, une maladie inflammatoire des bronches associée à une allergie dans environ 80 % des cas (surtout chez l’enfant). ” Chez l’enfant asthmatique, on peut observer des quintes de toux très violentes qui peuvent aller jusqu’aux vomissements, en particulier durant la nuit ” remarque la spécialiste.

Toux allergique : quels traitements ?

Dans un premier temps, il est préférable de réaliser un bilan allergologique chez le médecin allergologue.

Celui-ci permet d’identifier le(s) allergène(s) en cause et de mettre en place des mesures d’éviction destinées à atténuer les symptômes de l’allergie – dont la toux allergique : changer la literie, rester vigilant pendant la saison des pollens, ne pas autoriser les animaux domestiques dans les chambres…

Le traitement de la toux allergique repose sur la prise de médicaments anti-histaminiques (sur prescription du médecin allergologue).

Si la toux allergique est associée à un asthme, le traitement de fond associe des corticoïdes inhalés et des bronchodilatateurs. ” Une désensibilisation allergique pourra être envisagée si nécessaire ” ajoute le Dr. Silcret-Grieu.

Merci au Dr. Sophie Silcret-Grieu, médecin allergologue.

Merci à l’association Asthme & Allergies.

Toux allergique : 3 remèdes naturels à essayer

Attention ! Ces remèdes naturels ne peuvent en aucun cas se substituer à un traitement médical. Demandez conseil à votre médecin traitant ou à votre médecin allergologue.

  • Gemmothérapie. Le bourgeon de cassis (Ribes Nigrum) possède des propriétés antihistaminiques et anti-inflammatoires : en gemmothérapie, on l’utilise surtout contre les symptômes de la rhinite allergique (rhume des foins). On le prend par voie orale à raison de 10 gouttes dès le début de la toux allergique.
  • Aromathérapie. Anti-inflammatoire et antitussive grâce aux terpènes qu’elle contient, l’huile essentielle de cyprès de Provence (Cupressus sempervirens L.) est indiquée contre la toux sèche d’origine allergique : elle calme l’irritation des tissus et, parce qu’elle est aussi antiseptique, prévient les surinfections. À partir de l’âge de 6 ans, on en prend 1 goutte dans 1 c. à c. de miel, 4 fois par jour. Cette huile essentielle est interdite pendant la grossesse et l’allaitement ; les asthmatiques et les épileptiques devront impérativement obtenir le feu vert du médecin.
  • Homéopathie. En cas de toux allergique, l’homéopathie recommande de prendre Poumon Histamine 7 CH, 5 granules 3 fois par jour jusqu’à amélioration : ce remède homéopathique est spécifiquement indiqué en cas d’allergies (asthme ou rhinite allergique).

Sources :

  • Le grand livre de la gemmothérapie – Laurine Pineau, éd. Leduc.S
  • Le grand livre de l’homéopathie – Dr. Dominique-Jean Sayous, éd. Eyrolles
  • La compagnie des sens

Source: Lire L’Article Complet