Une femme séquestrée en Charente-Maritime pendant 3 ans : Sa mère et sa sœur mises en examen

Après avoir réussi à s’échapper, la victime a raconté l’horreur qu’elle a vécu pendant de longues années…

Dans la nuit du 24 au 25 août, une jeune femme de 25 ans s’est échappée du lieu dans lequel elle était séquestrée depuis 3 ans dans la commune de Bignay en Charente-Maritime. Ses ravisseuses ? Sa mère et sa sœur, âgées respectivement de 58 et 27 ans. C’est chez sa voisine que la victime s’est réfugiée en attendant les forces de l’ordre. “Elle était pieds nus, en culotte, avec une sorte de dreadlock dans les cheveux, imbibée d’urine et d’excréments. Elle me dit que c’est la voisine, que ça fait trois ans qu’elle est séquestrée par sa mère et sa sœur et qu’il faut appeler la police”, a raconté Jennifer qui l’a recueillie à nos confrères de BFMTV. Lorsque les secours l’ont prise en charge, la jeune femme a pu raconter l’enfer qu’elle a vécu.

#victime #séquestration #mennonisme Charente-Maritime : séquestrée pendant 3 ans, elle parvient à s’enfuir @LePoint https://t.co/Sm8Pu42aG9

La victime a alors raconté aux gendarmes avoir été violentée à plusieurs reprises pour avoir tenté de se rebeller ou de s’enfuir, et d’avoir été régulièrement privée de repas. Une séquestration rythmée par “un rite religieux” suivi à la lettre par sa mère et sa sœur. Suite à ces révélations, la mère de famille a été interpellée et placée en garde à vue, après qu’elle ait été examinée par un psychiatre et hospitalisée. Les deux femmes ont par la suite été mises en examen pour “séquestration de nature criminelle” et ont été placées en détention provisoire. Selon le procureur, “une précédente procédure initiée en novembre 2020 à la suite d’un signalement transmis par les services sociaux, qui avaient alerté sur la précarité de cette famille”, a été jointe à l’enquête. “Je pense qu’il aurait fallu faire une perquisition pour savoir comment on vivait à l’intérieur”, a assuré Alain Mège, le maire de la commune. L’avocat de la victime a alors pointé du doigt un “couac” du “parquet de Saintes et/ou des services sociaux”…

Source: Lire L’Article Complet