VIDÉO. À Noirmoutier, Matthieu Chedid teste une guitare offerte par un luthier vendéen

La rencontre s’est faite sur l’île de Noimoutier, où ils ont tous les deux leurs habitudes. Le luthier Bertrand Gangloff, basé à La Roche-sur-Yon, a pu y rencontrer Matthieu Chedid, à qui il a offert une guitare créée spécialement pour lui. Il a expliqué sa démarche sur les réseaux sociaux.

Certainement un moment magique. Avec un grand M, forcément. « Un immense et chaleureux merci à Matthieu Chedid d’avoir accepté cette rencontre », savourait en effet Bertrand Gangloff, en louant la « gentillesse légendaire » du musicien.

C’est sur sa page Facebook que le luthier non professionnel, qui vit à La Roche-sur-Yon (Vendée), a exprimé son bonheur d’avoir pu partager un moment autour de cette guitare avec la star, comme l’a repéré le Courrier Vendéen. Une guitare qu’il a fabriquée spécialement pour le célèbre chanteur et guitariste -M-, durant le confinement du printemps dernier.

Matériaux de récupération

Créer avec des matériaux de récupération, le luthier amateur expliquait notamment sur son blog toutes les étapes de la fabrication ​et espérait, en s’adressant au guitariste, que l’instrument « t’inspirera des choses et complétera d’une certaine manière ta palette sonore ».

Dans une vidéo, partagée en complément de ces messages et de quelques photos, on constate que l’artiste ne met pas longtemps à faire « sonner » l’instrument, sur lequel on le voit enchaîner quelques riffs.

Lié à une publication Facebook

Toujours sur son blog, Bertrand Gangloff indiquait par ailleurs que Matthieu Chedid faisait partie « de ces « guitar heroes » à la française qui m’ont donné envie de jouer de la guitare et d’en être passionné ».

Encouragé par le créateur de la Billie rose

Il saluait également l’intérêt de la star, « pour le travail des luthiers français à l’instar de Fred Kopo ou Cyril Guérin ». En rappelant que ce dernier est d’ailleurs le créateur et fabricant de la célèbre Billie rose, que l’on retrouve sur la pochette de l’album Qui de nous deux ? « C’est également le luthier qui m’a le plus encouragé depuis mes débuts et je lui suis très reconnaissant », remerciait-il.

Maintenant, reste à surveiller les futures apparitions de la guitare, en public, sur scène, ou sur une pochette de disques. Mais quoiqu’il arrive, c’est déjà un « grand privilège de savoir son instrument entre de si bonnes mains ».

Source: Lire L’Article Complet