Virginie Grimaldi quitte Fayard après la nomination d'Isabelle Saporta

Virginie Grimaldi ne se sent plus en phase avec sa maison d’édition. La romancière à succès a annoncé mardi soir quitter « avec beaucoup de tristesse » les éditions Fayard, après la nomination lundi d’Isabelle Saporta à la tête de la maison d’édition.

« J’ai passé sept années formidables, entourée et portée par des personnes extraordinaires, tant sur le plan humain, que sur le plan professionnel, mais mes valeurs et mes convictions ne sont plus en phase avec la direction que prend la maison », affirme Virginie Grimaldi sur Twitter.

🙏 pic.twitter.com/Grc8QhzrLA

Illustration

L‘accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur « J‘ACCEPTE », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires

Et pour mieux rémunérer 20 Minutes, n’hésitez pas à accepter tous les cookies, même pour un jour uniquement, via notre bouton « J‘accepte pour aujourd‘hui » dans le bandeau ci-dessous.

Plus d’informations sur la page Politique de gestion des cookies.

Isabelle Saporta nommée à la tête des Editions Fayard

Cette écrivaine rencontre un grand succès avec ses romans qui « font du bien » : en 2021, comme en 2020, elle était en France celle qui vendait le plus de livres après Guillaume Musso. Jusqu’ici directrice littéraire chez Fayard, Isabelle Saporta, ancienne journaliste d’investigation, a été nommée à la tête des Editions Fayard pour une prise de fonction en fin de semaine.

Chez Fayard, Isabelle Saporta avait notamment publié en octobre 2021, en amont de la campagne présidentielle, le livre de Cyril Hanouna Ce que m’ont dit les Français. Ces changements interviennent alors que le monde français de l’édition est en pleine ébullition.

La prise de contrôle du groupe Lagardère par Vivendi doit entraîner la fusion entre les deux premiers acteurs de l’édition en France, Hachette (Lagardère) et Editis (Vivendi). L’issue de cette opération reste soumise à l’autorisation de plusieurs instances, dont la Commission européenne, gardienne de la concurrence en Europe.

Source: Lire L’Article Complet