Vol de Blue Origin : oubliez Jeff Bezos, la véritable héroïne s’appelle Wally Funk

Cette aviatrice de 82 ans a fait partie du voyage spatial à bord de la capsule conçue par la société du milliardaire. Celle qui rêvait depuis soixante de devenir astronaute est ainsi devenue la personne la plus âgée à aller dans l’espace.

Elle est la preuve que quand on veut, on peut. À 82 ans, Wally Funk, désormais la personne la plus âgée à être allée dans l’espace, vient de réaliser le rêve d’une vie. Cette Américaine a embarqué ce mardi pour onze minutes à bord d’une capsule spatiale réalisée par Blue Origin, la société du patron d’Amazon, Jeff Bezos. Un véritable accomplissement pour l’aviatrice, qui a passé sa vie à côtoyer les nuages.  

Wally Funk a toujours rêvé de voler plus haut, mais a dû essuyer des refus sexistes tout au long de sa carrière. Dans les années soixante, elle participe déjà, avec treize autres femmes pilotes, à un programme très rigoureux et exigeant, « Mercury 13 », qui doit déterminer si les femmes sont aptes à effectuer des missions dans l’espace. Wally Funk, la plus jeune, bat tous les records, même masculins, en restant 10 heures et 35 minutes dans un bac d’eau, sans rien voir, entendre ou sentir.  

Mais, bien que ces femmes étaient tout aussi qualifiées que les hommes (voire parfois plus), aucune d’elles n’a pu devenir astronaute. Le programme de préparation aux sorties spatiales a été supprimé rapidement après cette expérience.  

Lire aussi >> Sexisme au travail : comment (enfin) ne plus se sentir démunie

Une détermination à toute épreuve 

Vidéo: À 82 ans, Wally Funk accompagnera Jeff Bezos dans l’espace (Dailymotion)

Mais Wally Funk s’accroche à son rêve. « On m’a appris que quand quelque chose ne marche pas, il y a toujours une alternative » a expliqué celle qui, dès sept ans, construisait des modèles d’avion en bois de liège.  

Cette amoureuse du ciel et de l’espace, de son vrai nom Mary Wallace Funk, naît le 1er février 1939 au Nouveau-Mexique. À 9 ans seulement, elle reçoit sa première leçon de pilotage. Wally Funk se confronte très vite au sexisme : lycéenne, en tant que fille, elle n’est pas libre de suivre tous les cours qui l’intéressent, comme par exemple la mécanique. Mais déjà, elle ne se laisse pas décourager. À 16 ans, elle intègre le Stephens College (Missouri), d’où elle sort avec une licence de pilote.  

Elle décroche ensuite un bachelor en science de l’université de l’état de l’Oklahoma, où elle reçoit également des qualifications pour devenir pilote, instructrice de vol, et des trophées. Wally Funk débute sa carrière d’aviatrice professionnelle à 20 ans : elle est embauchée en tant qu’instructrice de vol à Fort Sill (Oklahoma), un camp militaire, devenant ainsi la première femme à exercer cette fonction sur une base militaire américaine.  

Pionnière au « peps incroyable » 

Avant de se voir refuser des expéditions dans l’espace, même l’accès au ciel lui était parfois interdit : Wally Funk et d’autres pilotes qualifiées se heurtent aux réponses négatives des compagnies aériennes auxquelles elles postulent, en raison de leur sexe.  

En 1974, elle est embauchée par le National Transportation Safety Board (NTSB), et devient la première femme à enquêter sur la sécurité aérienne. Elle devient aussi la première à être inspecteur pour la Federal Aviation Administration (FAA) aux États-Unis.  

Wally Funk reprend espoir en son rêve d’astronaute en 1983, quand Sally Ride devient la première femme américaine à partir dans l’espace, après une vague d’embauches féminines finalement initiée par la Nasa dans les années 1970. L’aviatrice candidate plusieurs fois, mais le diplôme d’ingénieur et des expériences en tant que pilote d’essai lui font défaut. Au moment où il est possible pour elle de devenir pilote de navette spatiale, elle est déjà trop âgée. 

C’est donc finalement le 20 juillet 2021 que Wally Funk s’est envolée dans l’espace, après avoir reçu l’invitation de Jeff Bezos à l’accompagner lui, son frère et Oliver Daemen (un étudiant néerlandais de 18 ans, qui devient pour sa part le voyageur spatial le plus jeune), pour le premier vol spatial habité de Blue Origin. Elle devient donc la personne la plus âgée à s’envoler dans l’espace, dépassant John Glenn, un Américain qui s’y est rendu pour la dernière fois en 1998, à l’âge de 77 ans. Jean-François Clervoy, spationaute interrogé par franceinfo, précise à ce propos qu’« il n’y a pas de limite théorique d’âge pour aller dans l’espace, tant qu’on est apte médicalement… [Wally Funk] a un peps incroyable ».  

Source: Lire L’Article Complet