Mon fourreau va craquer : cette soirée où Keira Knightley a failli se retrouver nue sur le tapis rouge

En 2005, l’actrice britannique foulait le tapis rouge des British Independant Film Awards à Londres dans une robe moulante blanche. Une tenue qui remplaçait un autre vêtement, qui l’avait lâchée seulement quelques minutes avant l’événement.

Sur le tapis rouge, tout est beau, lisse, parfait. Rarement se pose-t-on la question de ce qui a pu se passer auparant. Et pourtant. Le 30 novembre 2005, quelques minutes précédant la cérémonie des British Independant Film Awards, Keira Knightley a dû faire face à un incident déstabilisant. Initialement, c’est dans une robe Hervé Léger que l’actrice aurait dû fouler le tapis rouge.

Mais le vêtement en a décidé autrement. «Je suis sortie et elle s’est fendue de bas en haut. Mon corps entier était à l’air libre», a confié l’épouse de James Righton au site People. Panique à bord, il a fallu absolument trouver une solution. Keira Knightley a donc troqué la tenue abîmée contre un autre modèle Hervé Léger qui lui avait été également livré pour l’événement : une robe midi moulante blanche à col montant.

En vidéo, Keira Knightley en 10 films

La star de Pirates des Caraïbes a ajouté : «Dieu merci, cela ne s’est pas produit sur le tapis rouge, car ç’aurait pu se passer à n’importe quel moment de la soirée et j’ai eu une chance incroyable.»

Keira Knightley portait une robe de secours Hervé Léger après que la sienne est craquée juste avant les British Independant Film Awards. (Londres, le 30 novembre 2005.)

La pro des changements de dernière minute

À l’avant-première du film Le Journal de Bridget Jones (Londres, le 4 avril 2001).

À l’avant-première de Joue la comme Beckham (Londres, le 11 avril 2002).

À l’avant-première de Pirates des Caraïbes (Londres, le 14 juillet 2003).

Au Gala du Festival du Film de Hollywood (Los Angeles, le 18 octobre 2004).

Dans une des scènes mythiques de Love Actually, l’actrice de 36 ans porte une énorme casquette bleue. Ce n’était ni un choix stylistique, ni une intention réelle du réalisateur mais bel et bien pour cacher un bouton. Des changements express qui révèlent les coulisses parfois hautes en couleurs de moments cultes, ou d’instants de perfection.

Source: Lire L’Article Complet