PHOTOS – Défilé Etam 2021 : 3 choses à savoir sur ce show “plein d’amour” au Palais Garnier

Panne mondiale des réseaux oblige, seuls les spectateurs “in real life” ont pu se délecter du show Etam printemps-été 2022 au Palais Garnier. Un événement très attendu et à hauteur des espérances du public et des nombreuses stars présentes.

Ahhh l’amour… Il était vibrant et partout, lors du show Etam organisé sur le parvis de l’Opéra à Paris, en plein cœur de la Fashion week. De l’intro menée par le couple Constance Jablonski – égérie Etam et first look du défilé – et son amoureux Matthias Dandois à la manoeuvre sur son BMX ; jusqu’au final sur l’air de “All I need is your love tonight”, en passant par les sourires et les embrassades d’une assemblée so happy de se retrouver.

Si le défilé n’a duré qu’une trentaine de minutes, il a bien fallu une heure et demie pour accueillir et placer les invités venus en nombre, parmi lesquels des personnalités aussi diverses que Carla Bruni, Lena Mahfouf, Tiphaine Trogneux, Iris Mittenaere, Audrey Fleurot, Soko, Benoit Magimel, Nikola Karabatic… Preuve de la capacité d’Etam à s’adresser au plus grand nombre. Voici ce qu’il fallait retenir de ce show hors normes.

>Toutes les stars au défilé Etam Show 2021

1. Des performances spectaculaires et variées

Le très classique parvis de l’Opéra Garnier en aura vu de toutes les couleurs. D’abord un prologue assez traditionnel, avec la Sarabande d’Haendel joué par l’Orchestre national de Paris. Mais trois BMX avaient quand même fourni la petite note décalée, avec assaut de figures assez risquées, à côté du front row et presque au nez du chef d’orchestre. Puis c’est le duo Lala&Ce qui a électrisé l’assemblée, faisant danser les tops en petite tenue pour le plus grand plaisir du public. Juliette Armanet a enchaîné ensuite avec son titre Le dernier jour du disco. Imany, en robe boule à facettes, a continué dans cette veine rythmée avec Don’t be so shy : l’apogée du show. Puis le duo australien Shouse a clôt le défilé sur l’air de All I need is your love tonight. Du love, du love du love, avec un final spectaculaire, coloré.

2. Une collection sexy et vitaminée

Sur le catwalk, la lingerie noire sexy, les guêpières à plumes et vestes de costumes détournées en body, alternaient avec des tenues roses métallisées et guêtres fuchsia et des legging vinyles version disco. Un autre chapitre plus boudoir laissait apparaître des ensembles rose poudrés, des crinolines fleuries, et chaussettes gris perle au-dessus des genoux.

Les tops étaient perchés sur des sandales à talons et plateformes transparentes quand elles ne déambulaient pas en bottes et cuissardes noires. Bien sûr, Etam n’a pas failli à sa réputation de flatter toutes les morphologies, en consacrant une partie de sa collection à des femmes plus girondes et aux poitrines généreuses. On a aussi admiré les longs déshabillés transparents – avec peur parfois, que les talons ne se prennent dedans – et les ensembles en dentelles fleurs travaillées.

3. La danse comme fil rouge

Dès le first look, Constance Jablonski, plus de doute, le défilé allait rendre hommage à l’un des arts phares de l’Opéra de Paris: la danse. Son tutu blanc et diadème strassé était suivi de plusieurs autres looks dans cette veine, avec petites capes et bustiers à volants.

L’envie de danser ne nous a pas lâchées quand on s’est imaginées revêtir les tenues roses et métallisées disco, quand le clou du spectacle a sans doute été l’arrivée d’un crew de danseurs contemporains se déhanchant sur la chanson des Shouse. On aurait presque pu s’élancer avec eux jusqu’au bout de la nuit. Un show grandiose, qui s’installe définitivement comme le moment le plus populaire de la Fashion week parisienne.

>Toutes les stars au défilé Etam Show 2021

Crédits photos : Agence / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet