ABBA : 5 choses à savoir sur le légendaire groupe disco-pop suédois

ABBA fait son grand retour vendredi avec un nouvel album Voyage, après quarante ans de silence. Le groupe suédois de disco-pop peaufinent pour l’an prochain un concert d’avatars numériques dans une salle en construction à Londres. En attendant leur retour sur scène, voici 5 anecdotes sur ce quatuor de légende. 

1Un nom, quatre prénoms, et du hareng

Formé par étapes à l’aube des années 1970, le groupe connaît ses premiers succès en Suède. Mais il peine à se trouver un nom et après le flop du nom « Festfolk » et un concours lancé dans les journaux, Agnetha Fältskog, Björn Ulvaeus, Benny Andersson et Anni-Frid Lyngstad retiennent finalement « ABBA », un acronyme de leurs quatre prénoms. Problème: le nom est déjà utilisé par une conserverie de poissons. Après un coup de fil au directeur de l’entreprise, Agnetha obtient l’autorisation d’utiliser le nom, en échange d’une promesse facile de ne jamais se lancer dans la poissonnerie. Le hareng Abba – sans majuscules – se vend toujours dans tous les supermarchés de Suède.

2« Waterloo », un triomphe à l’Eurovision

Après avoir manqué le coche en 1973 avec le single Ring Ring, le quatuor parvient à se qualifier pour représenter la Suède à l’Eurovision 1974, qui se tient à Brighton, dans le sud de l’Angleterre. Avec leur guitare en forme d’étoile et leurs costumes si « seventies » en satin moulant, ABBA triomphe avec Waterloo, reléguant à la sixième place la diva de Grease, Olivia Newton-John. Devant des millions de téléspectateurs, le phénomène est né. Son titre, filant la métaphore sentimentale sur la fameuse défaite napoléonienne, devient numéro un en Europe. Mamma Mia (1975), puis Dancing Queen (1976) – joué pour la première fois à l’occasion du mariage du roi de Suède Carl XVI Gustav avec la reine Silvia en juin 1976 – confirmeront la lancée d’une longue liste de tubes.

3Des costumes « fous »

Voulus au départ pour se distinguer de la masse des concurrents de l’Eurovision, les costumes scintillants deviendront la marque de fabrique d’ABBA. « J’ai demandé à Björn: ‘qu’est ce que vous voudriez, qu’est ce que je peux produire pour vous?’ Et il m’a répondu: ‘rien n’est trop fou' », explique Owe Sandström, le designer des célèbres tenues du groupe, devant une sélection exposée au musée ABBA de Stockholm. Un appel à l’extravagance suivi avec joie par le costumier, qui mêle des influences de cabarets, de cirque, d’animaux… Sequins, perles, cristaux, tout ce qui brille est pour ABBA. Un de ses préférés: celui porté par Björn lors de la présentation du tube Chiquitita (1979) aux Nations Unies, une tenue inspirée du flamenco.

4La Suède, championne de l’exportation de musique

Encore aujourd’hui, seuls trois pays dans le monde exportent plus de musique qu’ils n’en importent: les Etats-Unis, le Royaume-Uni et… la Suède, selon une récente étude indépendante commandée par Export Music Sweden. Avec ses 400 millions de ventes sur tous supports revendiquées par la maison de disques Universal, Abba est un des plus gros vendeurs de disques de l’histoire et a contribué à installer le pays nordique de quelque 10 millions d’habitants au sommet. Mais la tendance s’est poursuivie avec le succès de groupes suédois comme Roxette, Ace of Base, The Cardigans, ou plus récemment Swedish House Mafia, Lykke Li ou le regretté Avicii, sans compter de très influents producteurs comme Max Martin, père naturel de dizaines de hits.

Source: Lire L’Article Complet