Dylan Corlay, un chef d'orchestre en roue libre dans "Comic Orchestra"

Entre le vélo et la musique, Dylan Corlay n’a pas voulu choisir. Comic orchestra, le spectacle qu’il a imaginé avec l’orchestre symphonique de Tours, uni ses deux passions. Et comme à son habitude, c’est à vélo qu’il rejoint la ville où il joue ce dimanche- là. Casque sur la tête, veste de scène sur les épaules et baguette à la main, il est accompagné d’une dizaine de cyclistes sur la route qui le mène au Dianetum, la salle de spectacle d’Anet en Eure-et-Loire. 

« Je trouve ça sympa de rouler avec les futurs spectateurs, » glisse-t-il entre deux coups de pédale, avant de remercier ses compagnons de route et de monter sur scène pour une autre performance. Qu’il soit en tenue de vélo ou en queue de pie, la même fantaisie et le même esprit de découverte. Comic Orchestra est un mélange de chefs-d’œuvre symphoniques revisités, de comique de situation et d’arrangements improbables de Mozart à Montand, le tout traité de manière festive et ludique. Un répertoire déroutant qui a d’emblée séduit les musiciens.

« Pour moi c’est un génie »

« Il fait confiance aux musiciens d’orchestre comme au public pour un partage qui n’existe nulle part ailleurs, pour moi c’est un génie, confie Tiphaine Gaigne
violoniste à l’orchestre de Tours. Il y a énormément de travail derrière tout ce qu’il fait même si on a l’impression que c’est super naturel. C’est un travail de dingue, tout est pensé de A à Z et nous sommes juste les interprètes. C’est une chance énorme de pouvoir faire ça. »

L’orchestre a un vrai rôle, c’est un personnage.

chef d’orchestre

Diplômé du conservatoire de Paris, le chef d’orchestre est un touche-à-tout. Piano, harmonica, claquette, et même magie, sur scène il ne s’interdit rien et garde le vélo comme fil rouge. « On peut dire que c’est un spectacle atypique dans le sens où c’est rare de voir un orchestre symphonique comme ça qui est mis en scène réellement, explique Dylan Corlay. Du coup c’est un vrai duo qu’on expérimente, on se lance des petits défis. On ne communique pas par la parole mais par de petits objets, par les sons, par la musique. »

Avec ce spectacle insolite, Dylan Corlay parvient à s’affranchir des carcans de la musique classique et la rend accessible au plus grand nombre.

Source: Lire L’Article Complet