VIDEO. Ce jour de décembre 1960 où Charles Aznavour s’est enfin installé en haut de l’affiche après des années de bides

Le grand producteur de musique Eddie Barclay (1921-2005) n’a pas cru en Charles Aznavour pendant longtemps… avant de changer d’avis. L’homme au plus gros carnet d’adresses de Paris organise alors un grand concert à l’Alhambra le 12 décembre 1960. Il y invite les célébrités de l’époque : Jean Cocteau, Dalida, Louis Armstrong… “C’était un public de stars… Il fallait aller les chercher… Les publics de première, c’est pas évident”, se souvient pour le magazine20h30 le samedi” (Twitter) la chanteuse Jacqueline Boyer qui assurait la première partie du spectacle.

A 36 ans, c’est la première grande première de Charles Aznavour qui commençait à vendre des disques, mais à qui on ne prédisait pas un grand avenir après douze années de “bides”, comme il le reconnaissait lui-même. Ce soir-là, le concert commence plutôt mal. Le public reste de marbre. Les critiques dans la salle sont prêts à lui régler son compte… “C’est un monde extrêmement violent. A l’époque, les professionnels font attention à ne pas trop applaudir lors des premières de spectacles de variétés. Et cela fait une ambiance un petit peu glaciale”, rappelle le journaliste Bertrand Dicale, auteur de Tout Aznavour (éd. First)

“Et là, le public l’acclame”

Charles Aznavour s’accroche et décide de quitter la scène pour préparer son coup… En coulisses, il commence à se déshabiller, revient débraillé devant le public en jouant à celui qui est seul dans sa loge et commence à chanter Je m’voyais déjà : “A dix-huit ans / J’ai quitté ma province / Bien décidé / A empoigner la vie / Le cœur léger / Et le bagage mince / J’étais certain de conquérir Paris…” Le choc ! “Les gens ont pris ça en plein estomac, parce qu’on n’avait jamais vu ça”, témoigne Jacqueline Boyer. A la fin de la chanson, le chanteur habitué à l’insuccès quitte la scène dos au public, dans le silence…

Le chanteur croit alors à un nouvel échec… “Il entend les sièges qui claquent en se repliant quand les gens se lèvent pour partir… Il pense instinctivement qu’ils s’en vont”, explique le biographe Bertrand Dicale. La journaliste Sophie Dessein ajoute : “Il dit qu’il va peut-être arrêter, que c’est une fatalité et qu’il n’y arrivera jamais… Et puis, il revient sur scène quand même pour saluer. Pour dire au revoir, presque par politesse. Et là, le public l’acclame. C’est le soir de victoire sur nous, sur la critique, finalement…” Charles Aznavour, disparu le 1er octobre 2018 à 94 ans, s’est alors installé pour le restant de ses jours là où il se voyait depuis si longtemps : “En haut de l’affiche”.

Extrait du magazine “20h30 le samedi” diffusé le 7 septembre 2019, juste après le journal de France 2.

Source: Lire L’Article Complet