Ces films sont les plus controversés de l'histoire du cinéma, âmes sensibles s'abstenir

Violents, choquants, sexuellement explicites, ces films ont suscité de vives réactions à leur sortie et ils restent encore très controversés. 

Il ne se passe pas une année sans qu’une sortie cinéma ne fasse polémique. La dernière en date ? Le sulfureux film 365 DNI, sur Netflix. Selon de nombreux spectateurs, le long-métrage érotiserait le viol avec des scènes sexuelles non consenties par la femme. Chacun se fera son propre avis, mais honnêtement, ce n’est pas grand chose comparé à d’autres films bien plus violents et bien plus choquants. D’ailleurs, lorsqu’ils sont sortis en salles, ces films ont tout de suite suscité la controverse, certains allant jusqu’à être censurés ou jusqu’à provoquer des réactions très brutales de la part du public. De Orange Mécanique à Nymphomaniac, voici les films les plus controversés de l’histoire du cinéma.

ORANGE MÉCANIQUE

Lors de sa sortie en 1972, le film de Stanley Kubrick a reçu un X et un C (pour Condamné) par le National Catholic Office for Motion Pictures. Ces deux notes ont finalement été révoquées après que le réalisateur ait remplacé quelques séquences sexuellement explicites, mais cela n’a pas empêché le public du film de manifester pour sa censure jusqu’à devant chez Stanley Kubrick. Orange Mécanique a même été interdit pendant quelques temps au Royaume-Uni, en Irlande, en Afrique du Sud et à Singapour.

LA DERNIÈRE TENTATION DU CHRIST

En adaptant le roman déjà controversé de Nikos Kazantzakis, Martin Scorsese savait probablement dans quoi il s’embarquait. Plutôt que de s’inspirer de l’Evangile, la film explore la lutte spirituelle interne de Jésus Christ, joué par Willem Dafoe, y compris les sentiments de dépression et de désir. Il n’en a pas fallu plus pour que des groupes chrétiens le prennent en grippe. Un groupe intégriste a même mis le feu au cinéma Saint-Michel à Paris lors d’une projection en 1988.

PINK FLAMINGOS

Nudité, blasphème, sodomie, cannibalisme, meurtre, excréments… Le film de John Waters a fait beaucoup parler de lui lors de sa sortie en 1972. C’était tout le but du réalisateur, qui ne se prenait pas du tout au sérieux et cherchait juste à être grotesque, choisissant même comme slogan du film “Un exercice de mauvais goût”. Cela a suffi pour qu’il soit initialement interdit en Suisse et en Australie. De nombreux spectateurs ont trouvé le sujet du film inquiétant, alors qu’en réalité, il fallait juste le prendre au second degré.

L’EXORCISTE

À l’époque de sa sortie, L’Exorciste a été au coeur d’une rumeur de malédiction. Pour commencer, plusieurs membres de la distribution se sont blessés gravement sur le tournage ou sont morts juste après. Ensuite, pendant les projections du film, plusieurs spectateurs ont été sujets à des réactions très intenses, comme des vomissements et des évanouissements, une femme se cassant notamment la mâchoire au passage. Au Royaume-Uni, certaines salles avaient même fini par avoir des ambulanciers présents lors des projections.

THE INTERVIEW

Mettant en scène un projet de tuer Kim Jung-un, la comédie de Seth Rogen et James Franco a suscité de vives réactions de la part de la Corée du Nord. Sa sortie a notamment été retardée car le gouvernement nord-coréen a menacé de prendre des mesures contre les Etats-Unis. Ensuite, la société Sony Pictures a subi une cyber-attaque de la part des Gardiens de la Paix, un groupe ayant des liens présumés avec la Corée du Nord. Résultat : les studios ont préféré sortir le film en VOD directement plutôt que de risquer davantage de démélés.

KIDS

Loin d’être un film pour les enfants comme son titre le clame haut et fort, Kids suit un groupe d’adolescents évoluant dans la ville de New York et consommant de la drogue, sans parler des scènes de sexe très équivoques entre les mineurs. Il n’en a pas fallu plus pour susciter des accusations d’obscénité infantile et de pornographie, mais le film de Larry Clark a réussi à éviter ces accusations finalement.

NYMPHOMANIAC

Dans ce film de Lars Von Trier, Charlotte Gainsbourg incarne une accro au sexe qui raconte ses diverses expériences à Stellan Skarsgård. Et elle n’y va pas par quatre-chemins, détaillant tout dans le moindre détail, offrant des scènes de sexe très explicites, très crues, parfois même très hard et surtout non simulées, avec de vrais acteurs pornos en doublure. Le film est d’abord sorti dans une version censurée de plus de 40 minutes de séquences, avant de sortir en non censuré. Jugé plus pornographique qu’autre chose par de nombreux spectateurs, il a notamment été interdit en Roumanie et en Turquie.

Source: Lire L’Article Complet